En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 620.65 PTS
+0.09 %
5 634.00
+0.32 %
SBF 120 PTS
4 434.36
+0.07 %
DAX PTS
12 389.62
+0.14 %
Dowjones PTS
27 147.08
+0.13 %
7 888.56
-0.00 %
1.103
-0.35 %

Robert Mugabe, héros de l'indépendance devenu despote

| AFP | 198 | 1 par 1 internautes
L'ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe lors de son investiture le 29 juin 2008 à Harare
L'ancien président du Zimbabwe Robert Mugabe lors de son investiture le 29 juin 2008 à Harare ( ALEXANDER JOE / AFP/Archives )

Pendant son règne de trente-sept ans à la tête du Zimbabwe jusqu'à sa chute en 2017, Robert Mugabe, décédé à l'âge de 95 ans, est passé du statut de héros de l'indépendance et ami de l'Occident à celui de tyran qui a provoqué l'effondrement économique de son pays.

Il a survécu moins de deux ans à peine après son humiliante démission en novembre 2017, sous la pression de l'armée.

"Il fut un formidable dirigeant dont le pouvoir a dégénéré au point de mettre le Zimbabwe à genoux", résume Shadrack Gutto, professeur à l'Université sud-africaine Unisa.

Lorsqu'il a pris les rênes de l'ex-Rhodésie, devenue indépendante en 1980, Robert Mugabe a séduit.

Sa politique de réconciliation, au nom de l'unité du pays, lui vaut des louanges générales, particulièrement dans les capitales étrangères. "Vous étiez mes ennemis hier, vous êtes maintenant mes amis", lance l'ex-chef de la guérilla.

Des membres du mouvement ZALA, mené par Robert Mugabe, rassemblés le 6 février 1980, quelques semaines avant l'indépendance
Des membres du mouvement ZALA, mené par Robert Mugabe, rassemblés le 6 février 1980, quelques semaines avant l'indépendance ( - / AFP )

Il offre des postes ministériels clés à des Blancs et autorise même leur chef, Ian Smith, à rester au pays.

Bardé de diplômes, le révolutionnaire Mugabe apparaît comme un dirigeant modèle. En dix ans, le pays progresse à pas de géant: construction d'écoles, de centres de santé et de nouveaux logements pour la majorité noire.

Très tôt pourtant, le héros a la main lourde contre ses opposants.

Paria

Dès 1982, il envoie l'armée dans la province "dissidente" du Matabeleland (sud-ouest), terre des Ndebele et de son ancien allié pendant la guerre, Joshua Nkomo. La répression, brutale, fait environ 20.000 morts.

Mais le monde ferme les yeux. Il faudra attendre les années 2000, ses abus contre l'opposition, des fraudes électorales et surtout sa violente réforme agraire pour que l'idylle s'achève.

Affaibli politiquement, déstabilisé par ses compagnons d'armes de la guerre d'indépendance, Robert Mugabe décide de leur donner du grain à moudre en les lâchant contre les fermiers blancs, qui détiennent toujours l'essentiel des terres du pays.

Robert Mugabe en meeting électoral à Bindura, au nord de la capitale, le 7 avril 2000
Robert Mugabe en meeting électoral à Bindura, au nord de la capitale, le 7 avril 2000 ( PAUL CADENHEAD / AFP/Archives )

Des centaines de milliers de Noirs deviennent propriétaires, mais au prix de violences qui contraignent la plupart des 4.500 fermiers blancs à quitter le pays et font la Une des médias occidentaux.

La réforme précipite l'effondrement d'une économie déjà à la peine. Les liquidités manquent et 90% des Zimbabwéens sont au chômage.

Le petit homme à la fine moustache et aux épaisses lunettes, qui incarnait la réussite d'une Afrique indépendante, rejoint alors définitivement le rang des parias de la scène internationale, ce dont il s'accommodera bien volontiers.

Dans des diatribes anti-impérialistes au vitriol, Robert Mugabe rend l'Occident responsable de tous les maux de son pays, notamment sa ruine financière, et rejette toutes les accusations de dérive autoritaire.

"Si des gens disent que vous êtes un dictateur (...), vous savez qu'ils le font surtout pour vous nuire et vous ternir, alors vous n'y prêtez pas attention", confie-t-il en 2013.

Caricature

Dans les dernières années de sa vie, il balaie de la même façon les spéculations sur son état de santé. La rumeur le dit atteint d'un cancer, son entourage explique ses fréquents séjours à Singapour par le traitement d'une cataracte.

"Mes 89 ans ne signifient rien", plastronne-t-il en 2013 juste avant son énième réélection. "Est-ce qu'ils m'ont changé ? Ils ne m'ont pas flétri, ni rendu sénile, non. J'ai encore des idées, des idées qui doivent être acceptées par mon peuple".

Malgré ces assurances, sa santé décline. En 2015, il est surpris à prononcer le même discours à un mois d'intervalle. Les photos de ses siestes pendant les réunions internationales n'en finissent plus de faire rire la planète.

Hugo Chavez, l'ex-président vénézuélien, félicite Robert Mugabe après son discours lors du 60e anniversaire de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), le 17 octobre 2005 à Rome
Hugo Chavez, l'ex-président vénézuélien, félicite Robert Mugabe après son discours lors du 60e anniversaire de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), le 17 octobre 2005 à Rome ( GIULIO NAPOLITANO / AFP/Archives )

Incarnation jusqu'à la caricature du despote africain prêt à tout pour prolonger son règne, il promet pourtant de fêter ses 100 ans au pouvoir. Il ne tiendra pas parole.

En octobre 2017, il limoge son vice-président Emmerson Mnangagwa, sous la pression de son influente et ambitieuse épouse Grace qui s'invite dans la course à sa succession. C'est l'erreur fatale. L'armée le lâche. Son parti, la Zanu-PF, et la rue également.

Le plus vieux chef d'Etat en exercice de la planète, longtemps considéré indéboulonnable, est acculé à la démission le 21 novembre 2017. Il a 93 ans.

Il dénoncera plus tard un "coup d'Etat", et plein de ressentiment, appellera à demi-mots, à la veille des élections générales de 2018, à voter pour l'opposition.

Obsession du pouvoir

Né le 21 février 1924 dans la mission catholique de Kutama (centre), Robert Gabriel Mugabe est décrit comme un enfant solitaire et studieux, qui surveille son bétail un livre à la main.

Il caresse un temps l'idée de devenir prêtre. Il sera enseignant.

Séduit par le marxisme, il découvre la politique à l'université de Fort Hare, la seule ouverte aux Noirs dans l'Afrique du Sud de l'apartheid. En 1960, il s'engage dans la lutte contre le pouvoir rhodésien, blanc et ségrégationniste.

Arrêté quatre ans plus tard, il passe dix années en détention, qui lui laissent un goût amer: les autorités lui refusent d'assister aux obsèques du fils de quatre ans qu'a eu sa première femme, Sally Hayfron, morte en 1992.

Robert Mugabe devant les membres de son parti lors d'un meeting de soutien à son épouse, Grace Mugabe (à sa droite), le 8 novembre 2017 à Harare
Robert Mugabe devant les membres de son parti lors d'un meeting de soutien à son épouse, Grace Mugabe (à sa droite), le 8 novembre 2017 à Harare ( Jekesai NJIKIZANA / AFP/Archives )

Peu après sa libération, il trouve refuge au Mozambique voisin, d'où il prend la tête de la lutte armée jusqu'à l'indépendance de son pays et son arrivée au pouvoir.

Tout au long de son parcours, il fait preuve d'une détermination et d'une intelligence sans faille.

"Sa vraie obsession n'était pas la richesse personnelle mais le pouvoir", explique l'un de ses biographes, Martin Meredith.

"Mugabe s'est maintenu au pouvoir en (...) écrasant ses opposants, violant la justice, piétinant le droit à la propriété, réprimant la presse indépendante et truquant les élections", ajoute-t-il.

Il "n'était pas humain", se souvient l'ancien secrétaire britannique aux Affaires étrangères Peter Carrington, qui a négocié avec lui l'indépendance. "Vous pouviez admirer ses qualités et son intellect (...) mais il était terriblement fuyant."

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2019

Même si le marché mondial de production automobile est attendu en retrait sur l'exercice, les plans de développement de nouveaux produits se poursuivent...

Publié le 18/09/2019

D'autres actionnaires ont également participé à cette cession d'un montant global de 900 M$, dont 650 M$ pour Wendel...

Publié le 18/09/2019

Cette opération d'apport partiel d'actif n'entraînera pas la comptabilisation d'une prime d'apport...

Publié le 18/09/2019

Le résultat net-part du groupe U10 s'apprécie de +6,4%...

Publié le 18/09/2019

Au 1er semestre 2019, le Groupe a généré un flux de trésorerie d'exploitation de +51ME...