5 289.86 PTS
-
5 259.5
-
SBF 120 PTS
4 239.49
-
DAX PTS
12 487.90
+0.83 %
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.13 %
Nikkei PTS
21 906.98
-0.08 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Richard Ferrand estime "agaçante" l'information judiciaire qui le vise

| AFP | 246 | Aucun vote sur cette news
Richard Ferrand lors des questions au gouvernement le 17 octobre 2017
Richard Ferrand lors des questions au gouvernement le 17 octobre 2017 ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

Le chef des députés LREM, Richard Ferrand, visé par une information judiciaire pour prise illégale d'intérêts, a estimé qu'une telle procédure était "agaçante", en affirmant à nouveau qu'il n'avait "rien commis qui soit répréhensible", lors d'un entretien mardi soir sur BFM TV.

"C'est agaçant, pas très agréable. Mais moi je sais que je n'ai rien commis qui soit répréhensible", a soutenu le député du Finistère, qui avait bénéficié en octobre d'un classement sans suite par le parquet de Brest dans cette même affaire.

L'éphémère ministre du premier gouvernement Philippe est soupçonné d'avoir profité de sa fonction de directeur général des Mutuelles de Bretagne (1998-2012) pour favoriser sa compagne, l'avocate Sandrine Doucen, dans une transaction immobilière. Cette dernière avait acquis un bien immobilier pour 375.000 euros, "financé" par les loyers versés par les Mutuelles de Bretagne, selon la plainte d'Anticor dont a eu connaissance l'AFP.

L'association anticorruption Anticor a contesté ce classement en déposant une plainte avec constitution de partie civile. Renaud Van Ruymbeke, doyen des juges d'instruction du pôle financier de Paris, a alors ouvert le 12 janvier une information judiciaire pour "prise illégale d'intérêts" et mènera les investigations.

"C'est la loi", a admis Richard Ferrand sur BFMTV. "Nous ne connaissons qu'une seule décision de justice, celle qui reconnaît par le classement sans suite que je n'ai rien commis d'illégal, d'immoral", en déplorant qu'"une association (ait) souhaité poursuivre et s'acharner".

"Comme on est en droit français, dans une logique qui fait que quand quelqu'un dépose une plainte, on l'examine, la justice doit passer, c'est ça l'Etat de droit", a-t-il encore estimé, en disant avoir "confiance dans la justice de (son) pays".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2018

Gaussin précise leurs modalités financières et le calendrier de réalisation...

Publié le 20/02/2018

"Nous abordons 2018 avec confiance et détermination tout en restant très vigilants sur les évolutions de nos marchés à court terme", dit Christel Bories, PDG du Groupe Eramet...

Publié le 20/02/2018

Drive & Share s'adresse à ceux qui souhaitent bénéficier de la flexibilité que procure la possession d'une voiture, mais qui n'ont pas besoin de l'utiliser régulièrement...

Publié le 20/02/2018

En particulier, 1,71 MdE de travaux vont échoir à Eiffage...

Publié le 20/02/2018

Cette opération s'inscrit dans la stratégie du Groupe BPCE de recentrage dans les secteurs et zones prioritaires de développement...

CONTENUS SPONSORISÉS