En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-

"Révolution" ou "régression", la réforme de l'apprentissage fait débat à l'Assemblée

| AFP | 196 | Aucun vote sur cette news
La
La "révolution copernicienne" de l'apprentissage voulue par le gouvernement pour "booster" cette voie mal aimée s'est heurtée jeudi à l'Assemblée à une forte opposition de la gauche, inquiète de "régressions", la droite saluant "des contraintes levées". ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

La "révolution copernicienne" de l'apprentissage voulue par le gouvernement pour "booster" cette voie mal aimée s'est heurtée jeudi à l'Assemblée à une forte opposition de la gauche, inquiète de "régressions", la droite saluant "des contraintes levées".

Pour sortir du "statu quo", selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud, le projet de loi pour "la liberté de choisir son avenir professionnel" tend à rapprocher l'apprentissage, qui concerne environ 400.000 jeunes, du droit commun des contrats de travail.

Il repousse l'âge limite juste avant 30 ans, assouplit le temps de travail pour les mineurs, facilite les ruptures de contrat, dispositions votées en fin d'après-midi jeudi.

Les députés ont adopté un amendement de la rapporteure qui reformule les possibilités de dérogation à la durée hebdomadaire de 35 heures de travail pour les apprentis mineurs, afin d'éviter une "confusion", sur l'idée qu'elle serait augmentée pour tous. La durée pourra être portée à 40 heures pour certaines activités définies par décret.

Dans le même temps, le gouvernement prévoit d'augmenter les rémunérations des apprentis, et d'aider de 500 euros le passage du permis de conduire. Des élus LFI et PCF ont plaidé en vain pour revoir à la hausse les rémunérations.

Le texte réforme aussi la gouvernance et le financement de l'apprentissage, en donnant plus de responsabilités aux partenaires sociaux dans la construction des diplômes et dans la gestion des centres de formation d'apprentis (CFA). Mesure saluée par le Medef, mais vilipendée par les régions, qui perdent une partie de leurs prérogatives et affirment qu'"environ 700" CFA sont "menacés de fermeture".

Plusieurs députés LREM ont défendu un système "désormais plus lisible" pour salariés et entreprises, dont Fadila Khattabi. Il faut donner "le pilotage aux branches et aux entreprises, parce que c'est là que se crée l'apprentissage, c'est là que se créent les emplois", a plaidé le chef de file des "marcheurs" sur ce texte Sylvain Maillard.

S'ils ont affirmé que la filière a besoin "de souplesse et d'ambition", des élus LR ont dénoncé une "volonté de centralisation" au "détriment de nos régions", disant craindre des fermetures de CFA. "Il n'était pas nécessaire de retirer la compétence aux régions" et "démembrer tous les acteurs de l'apprentissage", a plaidé Stéphane Viry, tandis que Guillaume Larrivé dénonçait une réforme "extrêmement technocratique" conçue "en chambre".

L'UDI-Agir Francis Vercamer s'est aussi dit "désolé que pour faire rentrer les branches" le gouvernement fasse "sortir les régions".

- "Propagande" -

Des élus de gauche ont estimé, à l'instar du socialiste Boris Vallaud, que confier le pilotage "à plus de 510 branches" c'est "prendre le risque de saper durablement l'élan de l'apprentissage", ou regretté qu'on "porte atteinte à l'enracinement de l'apprentissage dans la réalité du terrain" (Pierre Dharréville, PCF).

Ce texte "détourne le sens de ce qu'est l'apprentissage" qui n'est pas "une main d'oeuvre bon marché", ont critiqué certains, Sabine Rubin (LFI) dénonçant une "vision myope" de cette filière.

Dénonçant une "régression sans précédent de la conception même de l'apprentissage", Pierre Dharréville a jugé que ce serait "une triste" nouvelle si le nombre d’apprentis augmente grâce à un "abaissement des droits".

Face aux critiques, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a ironisé: "Tout va bien, nous n'avons que 1,3 million de jeunes qui sont nulle part, ni en formation, ni en emploi. Ca fait 20 ans qu'on n'a pas dépassé les 450.000 apprentis (...), les régions sont les pilotes depuis plus de 20 ans et tout va très bien".

"On ne peut pas rester au statu quo, sinon c'est ne pas rendre service aux jeunes et aux entreprises", a plaidé cette ancienne DRH, ajoutant que dans "tous les pays européens qui ont réussi l'apprentissage, comme par hasard, les entreprises sont mobilisées".

Elle a notamment mis en avant une "triste réalité" avec le fait qu'"une région sur deux n'utilise pas tout l'argent qu'elle reçoit" de la taxe d'apprentissage pour la filière.

La ministre a également dénoncé une "propagande" qui n'a "ni queue ni tête" sur la fermeture de 700 CFA, et affirmé que "les rares régions qui osent dire qu'ils sont en train de couper les investissements parce qu'ils n'ont plus l'argent, mentent" et c'est "scandaleux".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

Alors qu'Air France KLM cherche son nouveau PDG, la compagnie néerlandaise KLM s'est plainte de ne pas être suffisamment considérée. Son conseil réclame un changement de gouvernance, selon le…

Publié le 22/06/2018

Montrouge, France, le 22 juin (22H00 CEST), 2018 DBV Technologies annonce les résultats de son Assemblée générale ordinaire et extraordinaire 2018 et la nomination…

Publié le 22/06/2018

Un résumé de l'Assemblée générale sera bientôt disponible sur le site Noxxon...

Publié le 22/06/2018

Le prix d'émission des actions nouvelles sera au moins égal à la moyenne pondérée par les volumes des 5 dernières séances de bourse...

Publié le 22/06/2018

Le Groupe a souhaité clarifier sa politique de marques et décidé ainsi de se concentrer sur Somfy et les marques associées...