En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 873.71 PTS
+1.66 %
4 875.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 887.16
+1.71 %
DAX PTS
11 148.76
+2.11 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.00 %
6 718.45
+0.00 %
1.140
+0.09 %

Révision de la Constitution: "des lignes rouges ou fortement clignotantes", selon Larcher

| AFP | 434 | Aucun vote sur cette news
Le président du Sénat Gérard Larcher sort de l'ELysée à Paris, le 20 novembre 2017
Le président du Sénat Gérard Larcher sort de l'ELysée à Paris, le 20 novembre 2017 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Le président du Sénat Gérard Larcher (LR) a fait état dimanche de "lignes rouges ou très fortement clignotantes" sur la révision de la Constitution, dénonçant notamment comme "un gadget" la limitation des mandats dans le temps et disant sa "méfiance" vis-à-vis de la proportionnelle.

"Cette année, on va commémorer les 60 ans de la Constitution de la Ve République. On l'a déjà beaucoup modifiée, on l'a déjà trop modifiée" et donc il ne faut y toucher que "d'une main tremblante", a déclaré M. Larcher dans l'émission "Le Grand jury" RTL-Le Figaro-LCI, où il était interrogé sur la réforme voulue par le président de la République et annoncée pour le premier semestre.

"Si l'objectif est de contribuer (...) à mieux réconcilier les Français avec le politique, le Parlement, l'exécutif et donc à faire mieux fonctionner la démocratie, à mieux fabriquer la loi, alors il faut y aller. Mais si c'est pour faire un coup qui sera oublié quelques mois après, alors ca ne sert à rien", a-t-il ajouté.

Le sénateur des Yvelines, qui a rappelé qu'un "groupe de travail transpartisan" au Sénat doit formuler des propositions le 24 janvier, a évoqué des points de convergence sur la réforme institutionnelle ou sur lesquels il est possible de travailler, comme la suppression de la Cour de Justice de la République (CJR) ou la composition du Conseil constitutionnel.

Mais, a-t-il prévenu, "j'ai plusieurs lignes rouges ou très fortement clignotantes".

Il a ainsi exprimé sa "méfiance vis-à-vis de la proportionnelle", se disant aussi "très attentif à une France fracturée" et à la "territorialisation des députés et des sénateurs".

M. Larcher de nouveau critiqué l'idée "gadget" d'une limitation des mandats dans le temps, soulignant que "cela concerne 12 sénateurs sur 348 aujourd'hui".

Quant à la réduction du nombre de parlementaires, il a campé sur sa demande de conserver pour les sénateurs "un ratio mathématique de O,6 du nombre de députés". Ce seuil, qui reviendrait si les députés sont réduits de 577 à 400 à avoir 240 sénateurs, correspond à "la pratique constitutionnelle des 3/5e", le seuil de suffrages exprimés requis au Congrès pour toute révision de la Constitution, a-t-il observé.

Il s'est aussi prononcé contre l'inscription du nombre de parlementaires dans la Constitution, pour ne pas "figer les lois électorales qui peuvent être amenées à répondre à des crises politique ou à des situations particulières".

Le président LR du Sénat, pour qui Emmanuel Macron "doit prendre en compte plus le Parlement", s'est par ailleurs présenté comme "rond dans tous les sens du terme", mais "aussi déterminé".

"Quand je dis non, c'est le non d'Antigone, un non rare mais sur lequel on ne revient pas", a-t-il glissé

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Schlumberger a réalisé au quatrième trimestre 2018 un bénéfice net de 538 millions de dollars, ou 39 cents par action, contre une perte de 2,26 milliards, ou 1,63 dollar par action, un an plus…

Publié le 18/01/2019

IDI, groupe coté spécialiste du capital investissement, a pris une participation minoritaire dans Group Label pour un investissement en fonds propres de 12 millions d’euros. Group Label…

Publié le 18/01/2019

GameStop, le premier distributeur mondial de jeux vidéo, a enregistré des ventes meilleures que prévu en fin d’année. Sur la période de 9 semaines s’étant achevée le 5 janvier, ses revenus…

Publié le 18/01/2019

Neopost annonce la nomination de Martha Bejar (57 ans), experte américaine dans le domaine des logiciels, en qualité d’administratrice indépendante au Conseil d`administration et ce, à compter…

Publié le 18/01/2019

Le titre se retourne à la hausse au-dessus du support à 24.64 euros. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances sont sur le point d'effectuer un croisement…