En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 878.97 PTS
-0.69 %
5 888.00
-0.54 %
SBF 120 PTS
4 629.60
-0.62 %
DAX PTS
13 173.75
-0.83 %
Dow Jones PTS
27 691.49
+0. %
8 263.79
+0. %
1.101
+0.01 %

Retraites: "rien n'est tranché" sur l'entrée en vigueur de la réforme, dit Matignon

| AFP | 1011 | 4.83 par 6 internautes
Manifestation contre la réforme des retraites le 24 septembre 2019 à Paris
Manifestation contre la réforme des retraites le 24 septembre 2019 à Paris ( DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives )

La réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron pourrait s'appliquer à partir de 2025, mais "d'autres options" sont sur la table et "rien n'est tranché sur la durée de la période de transition", réaffirme Matignon jeudi.

Face à une contestation grandissante, avec une menace de "grève interprofessionnelle" le 5 décembre, le gouvernement tente à nouveau de déminer le débat sur la réforme des retraites. Edouard Philippe doit échanger sur le sujet avec des parents d'élèves jeudi soir à Lons-le-Saulnier.

"La concertation est ouverte et le projet de loi n'est pas écrit", rappelle l'entourage du Premier ministre, alors que syndicats et patronat sont actuellement consultés sur l'épineux sujet de la transition entre le système actuel et le futur "régime universel" promis par le chef de l'Etat.

Dans un document de travail remis aux partenaires sociaux, le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye rappelle ainsi sa proposition d'une "entrée en vigueur en 2025", qui reviendrait à "appliquer la réforme, au plus tôt, à la génération née en 1963".

Mais "d'autres options sont soumises à la concertation", ajoute-t-il, évoquant une mise en oeuvre "à partir de générations postérieures", voire seulement pour les "nouveaux entrants sur le marché du travail".

Des pistes déjà mentionnées, presque mot pour mot, dans le rapport remis mi-juillet par M. Delevoye à M. Philippe.

Le Premier ministre avait lui-même insisté sur ce point mi-septembre: "Peut-être le nouveau système ne devra-t-il s'appliquer, pour certains régimes, qu'à des personnes plus jeunes, plus éloignées de la retraite. Là-dessus, je n'ai aucun tabou", avait-il déclaré devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese).

En revanche, "le gouvernement ne transigera pas sur les grands objectifs de la réforme", à savoir "un système universel remplaçant les 42 régimes actuels, où les règles seront les mêmes pour tous", souligne encore Matignon.

"Tout le reste est négociable", a insisté jeudi le patron des députés LREM, Gilles Le Gendre sur Radio Classique, défendant "une méthode qui permettra de réussir" cette réforme.

Le président des Républicains, Christian Jacob, a au contraire estimé sur RTL que l'exécutif "met la poussière sous le tapis" et "annonce la réforme pour le quinquennat d'après".

Pour l'heure, il est prévu que la concertation, ainsi qu'une "consultation citoyenne" lancée en parallèle, se poursuivent jusqu'à la fin de l'année, en vue d'un vote du futur projet de loi en première lecture à l'Assemblée au plus tard fin juillet 2020.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
6 avis
Note moyenne : 4.83
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Privatisation de La Française des Jeux du 7 au 19 novembre 2019

Ouvrez dès aujourd’hui votre compte chez Bourse Direct : c'est rapide, gratuit et 100% en ligne !

Investir dans des instruments financiers comporte des risques de perte en capital, pouvant aller jusqu'à une perte totale du capital investi pour les investissements en titres de capital (actions).Le rendement et la performance d'un investissement en actions ne sont pas garantis. Nous vous invitons à consulter notre guide investisseur.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2019

Le coupon change la donne

Publié le 13/11/2019

Frey lance une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription d'un montant d'environ 161,5 millions d'euros et renforce...

Publié le 13/11/2019

Société Générale annonce la nomination de Gaëlle Olivier en tant que Directrice de Société Générale pour la Région Asie-Pacifique. Elle remplace Hikaru Ogata qui a décidé de poursuivre de…

Publié le 13/11/2019

Le groupe SII a réalisé au cours du premier semestre de l'exercice 2019/2020 un chiffre d'affaires de 325,9 millions d'euros, en croissance de 10,2%. La dynamique reste solide aussi bien en France…

Publié le 13/11/2019

Le constructeur de maisons individuelles AST Groupe totalisait à fin septembre un chiffre d'affaires de 149,7 millions d'euros, en baisse de 9% en raison d'une base de comparaison défavorable.…