En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-4.23 %
4 311.50
-4.97 %
SBF 120 PTS
3 414.93
-4.22 %
DAX PTS
9 632.52
-3.68 %
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
-3.91 %

Retraites: quand la bataille parlementaire est aussi un exercice de style

| AFP | 426 | 4.33 par 3 internautes
Clémentine Autain (LFI) à l'Assemblée nationale, le 11 février 2020 à Paris
Clémentine Autain (LFI) à l'Assemblée nationale, le 11 février 2020 à Paris ( Philippe LOPEZ / AFP/Archives )

Entre noms d'oiseaux et "novlangue" orwellienne, la bataille autour de la réforme des retraites se joue aussi sur le terrain des mots à l'Assemblée. Petite revue de cet exercice de style, alors que les débats piétinent.

Le bestiaire

L'insoumise Clémentine Autain est partie à la chasse dès l'examen en commission, soulevant "un nouveau lièvre tous les jours" dans le texte du gouvernement, là où ses collègues insoumis et socialistes pistent des "loups". Idem pour le LR Thibault Bazin, qui reprend la célèbre formule "quand c'est flou, c'est qu'il y a un loup". Toujours le canidé avec François Ruffin (LFI), quand il assimile à un "loup qui veut devenir végétarien" les mots "justice sociale" dans la bouche de la majorité.

Mais quand le ton monte, ce sont les noms d'oiseaux qui fusent: mardi, le communiste André Chassaigne compare les élus de la majorité à des "cacatoès". Plus tard, c'est le MoDem Bruno Millienne qui convoque la basse-cour, dénonçant "un combat de coqs (...) ou de poules" qui empêche "d'en venir à l'examen de fond du projet". Un "cirque" déploré par la "marcheuse" Valérie Gomez-Bassac.

La météo

Boris Vallaud (PS) à l'Assemblée nationale, le 14 janvier 2020 à Paris
Boris Vallaud (PS) à l'Assemblée nationale, le 14 janvier 2020 à Paris ( Ludovic Marin / AFP/Archives )

Les socialistes font des incursions dans les nuages: Boris Vallaud reproche au gouvernement la "nébulosité" de sa pensée, son collègue apparenté Régis Juanico constate être plongé dans "un brouillard épais". Leur consœur du Calvados Laurence Dumont regrette l'invention d'un "indice gazeux", le revenu moyen d'activité par tête. Les Républicains demandent de la "visibilité" sur le financement.

En face, la majorité plaide que le débat permette de "clarifier, éclairer".

L'illusion

Le député LR Fabrice Brun attaque "l'entourloupe" sur la valeur du point, avant que Boris Vallaud ne fustige à plusieurs reprises "l'esbroufe" de cette réforme sous tous ses aspects, de l'étude d'impact aux cas types.

Laurent Pietraszewski à l'Assemblée nationale, le 19 février 2020 à Paris
Laurent Pietraszewski à l'Assemblée nationale, le 19 février 2020 à Paris ( Alain JOCARD / AFP/Archives )

Et quand le secrétaire d'Etat chargé des Retraites Laurent Pietraszewski défend la réforme, le communiste Jean-Paul Dufrègne crie à "l'enfumage". Pour François Ruffin, le discours gouvernemental relève même de la "novlangue" de Georges Orwell: "Tous les mots se lisent à l’envers, justice signifie bien sûr injustice." Les oppositions épinglent encore à tout-va un "amateurisme" général.

Le bâtiment

Laurent Pietraszewski oppose à ces critiques une réforme opérant une "refondation" sociale, un "système solide". Sur ces briques, le MoDem Brahim Hammouche veut "bâtir l'Etat-providence du XXIe siècle". "Marcheuses" ou architectes, Cendra Motin et Carole Grandjean ont elles aussi appelé à "construire" l'avenir du système de retraites.

Pour le communiste Sébastien Jumel, ils sont plutôt des "plombiers indélicats", voire des "Briconautes" aux yeux de Régis Juanico. Pas d'édifice à bâtir selon le porte-parole des socialistes Boris Vallaud, qui ne voit en la réforme qu'un "vaste capharnaüm". "Lorsque les fondations sont mal construites, l’édifice est bancal", juge aussi Eric Woerth (LR).

L'autorité

Devant l'obstruction de la gauche de la gauche, les MoDem Richard Ramos et Bruno Millienne préviennent à l'unisson que le "monologue, c'est l'antichambre des dictatures", rejoints par le "marcheur" Rémy Rebeyrotte qui conspue une "dictature procédurale".

Pour communistes et insoumis, la "dictature" est plutôt au perchoir, avec la règle visant à restreindre les amendements ayant le même objet prise par le président Richard Ferrand, un "maccarthysme" dénoncé vivement par Fabien Roussel (PCF). L'élu apparenté socialiste Christian Hutin a même évoqué le "tribunal révolutionnaire", comparant le président de l'Assemblée à l'un de ses procureurs.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 4.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

"Nous nous préparons à devoir faire face à un climat économique entièrement nouveau du fait de la crise du COVID-19"...

Publié le 27/03/2020

Le secteur du tourisme à Paris a été affecté par un ralentissement sur le 1er trimestre 2019 dû au mouvement des gilets jaune et par un second ralentissement en décembre 2019 relatif aux…

Publié le 27/03/2020

Thierry Lescasse reprend les fonctions de Benoît Jacheet, dont la mission prend fin avec l'aboutissement du plan de restructuration financière...

Publié le 27/03/2020

Le Groupe CAFOM, acteur majeur de l'équipement de la maison en Europe et en Outre-Mer, fait un point sur l'impact à ce jour de l'épidémie de Covid-19...

Publié le 27/03/2020

ALD dit surveiller étroitement l'évolution du Covid-19 (Coronavirus) et a mis en place les mesures nécessaires pour maintenir la continuité de ses...