En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 220.96 PTS
+0. %
4 230.50
-
SBF 120 PTS
3 317.69
-
DAX PTS
9 570.82
-
Dow Jones PTS
21 413.44
+2.24 %
7 635.66
+0. %

Retraites: Djebbari pas favorable au 49-3 mais n'exclut pas son recours

| AFP | 314 | 4.40 par 5 internautes
Le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari à l'Elysée, le 15 janvier 2020
Le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari à l'Elysée, le 15 janvier 2020 ( Ludovic Marin / AFP/Archives )

Le secrétaire d'Etat aux Transports n'a pas complètement exclu vendredi un recours au 49-3 pour faire adopter sans vote la réforme des retraites à l'Assemblée nationale, mais préfère "aller au bout de ce qui est possible du débat parlementaire".

Le recours au 49-3 "n'est pas à exclure, évidemment", a indiqué M. Djebbari sur RTL, alors que les débats sont englués à l'Assemblée nationale.

"C'est un outil à la disposition du gouvernement", a-t-il rappelé. Ce dispositif "a été voulu par le général De Gaulle pour éviter ce genre de situation où vous avez une majorité ou un Parlement qui est dans l'impossibilité de travailler".

L'article 49 alinéa 3 permet au Premier ministre d'engager la responsabilité du gouvernement devant l'Assemblée nationale sur un texte de loi. Le projet de loi est alors considéré comme adopté sans vote, sauf motion de censure votée par l'Assemblée.

Le nouveau ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran avait déjà indiqué mardi que le gouvernement était "(habilité) à utiliser tous les moyens pour adopter cette réforme", même si ce n'était pas encore "l'option envisagée".

"La majorité présidentielle est extrêmement mobilisée. (...) Les députés de la majorité ne se situent pas dans cette hypothèse constitutionnelle-là pour l'instant", a relevé Jean-Baptiste Djebbari vendredi.

"Je me situe dans la dynamique qui est celle de la majorité présidentielle, qui est celle d'aller au bout de ce qui est possible du débat parlementaire. Mais je le dis: la détermination du gouvernement à faire voter ce texte (...) est totale, et donc ce texte sera voté", a-t-il asséné.

"Je me situe pour l'instant dans la dynamique d'un débat retrouvé, je l'espère, dans les jours qui viennent, à l'Assemblée nationale", a insisté le secrétaire d'Etat.

A la question de savoir si le gouvernement déciderait de l'action à mener en temps utile, il a répondu: "Comme vous dites."

"Pointons les responsabilités", a-t-il dit, accusant le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, de pratiquer "une sorte de détournement du droit d'amendement". "Il impossibilise ce faisant le débat politique!", a-t-il ajouté.

Le débat à l'Assemblée "est catastrophique", a regretté M. Djebbari: "C'est rappel au règlement sur rappel au règlement, c'est invectives personnelles... Ce n'est pas du niveau d'un débat parlementaire que doivent mener les députés de la nation."

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.40
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Sous la pression de la BCE, BNP Paribas a rejoint jeudi les autres grandes banques française, qui ont renoncé à verser un dividende.

Publié le 02/04/2020

A ce jour, le constat de Cofidur est un niveau de charge très faible en mars, pratiquement inexistant en avril. Par contre, Cofidur envisage un redémarrage progressif à partir de début mai...

Publié le 02/04/2020

Le producteur californien de voitures électriques a livré 88.400 véhicules au premier trimestre.

Publié le 02/04/2020

Comment le casinotier gère la crise...

Publié le 02/04/2020

Avec un ratio CET 1 de 20,3% au 31 décembre 2019, la Caisse régionale affiche une solvabilité largement supérieure aux exigences réglementaires...