En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 925.82 PTS
+1.07 %
5 911.00
+0.88 %
SBF 120 PTS
4 674.67
+1.02 %
DAX PTS
13 323.69
+0.9 %
Dow Jones PTS
28 722.85
+0.66 %
9 090.93
+1.55 %
1.102
+0.04 %

Retraites: après le retrait de l'âge pivot, "il va falloir continuer à peser", estime Berger

| AFP | 472 | 3.80 par 5 internautes
Laurent Berger à Matignon le 10 janvier 2020
Laurent Berger à Matignon le 10 janvier 2020 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP/Archives )

Le retrait de l'âge pivot de la réforme des retraites, réclamé par la CFDT, n'est pas "la fin de l'histoire" et "il va falloir continuer à peser", notamment concernant les sources alternatives de financement, a déclaré lundi son secrétaire général, Laurent Berger, sur RTL.

"On est loin d'être à la fin de l'histoire sur ce système universel des retraites et il va falloir continuer à peser", a déclaré le leader syndical, reconnaissant qu'il n'avait "pas la solution de la sortie de crise" et qu'"il va falloir que chacun y mette du sien".

M. Berger avait salué comme une "victoire" dimanche le retrait annoncé la veille par le Premier ministre Edouard Philippe de la mesure de court terme d'âge pivot devant atteindre 64 ans en 2027, assorti d'un malus pour ceux qui partiraient plus tôt, même en ayant suffisamment cotisé.

Ce retrait, réclamé par les syndicats réformistes dont la CFDT, "est extrêmement important en terme de justice sociale", a souligné M. Berger lundi.

Mais le gouvernement l'a assorti de l'obligation, à travers une conférence de financement, de trouver des solutions alternatives pour que le régime soit à l'équilibre en 2027, et a confirmé que le futur régime universel comporterait un âge d'équilibre, autrement dit un âge pivot.

"On va discuter de tout, de tout, de tout", a insisté M. Berger, en insistant sur la nécessité de "mettre sur la table d'abord des chiffres" pour connaître "l'état du besoin de financement de notre système de retraites".

"Il faut sans doute interroger l'utilisation des réserves, elles sont sans doute en partie faites pour cela". On pourrait aussi "très bien imaginer dans le futur système universel (...) qu'il y ait une contribution supplémentaire" sur les hauts salaires.

Quant à prolonger la contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), il a estimé qu'il fallait "peut-être la garder pour une autre question extrêmement importante pour notre société, qui est la prise en charge de la dépendance".

Il a par ailleurs pointé la responsabilité des employeurs, dont il faudra "regarder la part de contribution", notamment "sur la question de la pénibilité, sur la question des seniors", car "si tous les salariés allaient au bout de leur carrière en étant en emploi, en termes de ressources et de dépenses sociales, ce ne serait pas exactement la situation d'aujourd'hui".

Le secrétaire général de l'Unsa, Laurent Escure, a évoqué les mêmes pistes de financement sur CNews, disant avoir "plein de solutions à mettre sur la table", sachant que "la trajectoire d'équilibre pour 2027 c'est à peu près 46 milliards d'euros en cumulé sur plusieurs années à trouver".

Il a évoqué "un fonds de réserve de 30 milliards qui pourrait pour une partie couvrir ce déficit programmé", ou encore "la mobilisation d'une "petite partie" de la CRDS, "une surcotisation" pour "ceux qui gagnent plus de 10.000 euros par mois" et "un geste des employeurs" en termes à la fois de cotisations et d'"engagement sur l'emploi des seniors".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 3.80
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/01/2020

Airbus indique avoir conclu un accord de principe avec le parquet national financier français, le 'Serious Fraud Office' britannique et les autorités...

Publié le 28/01/2020

Décalage de la publication des résultats pour l'exercice clos au 30...

Publié le 28/01/2020

Le géant américain du ecommerce publiera ses résultats du 4e trimestre 2019 jeudi, après la clôture de Wall Street.

Publié le 28/01/2020

Madvertise propose désormais la suite la plus complète du marché, notamment avec le déploiement de son offre de Header Bidding in app.

Publié le 28/01/2020

Le coût du risque demeure maîtrisé à 8,1 ME en 2019..