En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 036.26 PTS
-1.29 %
5 026.00
-1.48 %
SBF 120 PTS
4 021.49
-1.41 %
DAX PTS
11 320.83
-1.32 %
Dowjones PTS
25 286.49
-0.40 %
6 830.91
+0.00 %
1.128
-0.11 %

Retrait d'un traité nucléaire: Washington vise autant Pékin que Moscou

| AFP | 142 | Aucun vote sur cette news
John Bolton, conseiller à la sécurité de la Maison Blanche est reçu par le ministre russe des Affaires Etrangères Sergueï Lavrov, à Moscou, le 22 octobre 2018 (transmise par le ministère des affaires étrangères russe)
John Bolton, conseiller à la sécurité de la Maison Blanche est reçu par le ministre russe des Affaires Etrangères Sergueï Lavrov, à Moscou, le 22 octobre 2018 (transmise par le ministère des affaires étrangères russe) ( - / RUSSIAN FOREIGN MINISTRY/AFP )

En annonçant leur retrait d'un traité de désarmement majeur sur les armes nucléaires, les Etats-Unis visent autant la Chine, qui a développé ces dernières années des armes interdites par ce texte dont elle n'est pas signataire, que la Russie, accusée de le violer.

Officiellement, c'est la Russie qui est citée comme coupable de violation du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF) avec son nouveau système 9M729, des missiles tirés à partir d'un dispositif terrestre et dont la portée dépasse, selon Washington, les 500 km, ce que Moscou dément.

"La Russie n'a pas respecté le traité. Nous allons donc mettre fin à l'accord et développer ces armes", a déclaré Donald Trump en annonçant le retrait américain du traité INF (Intermediate Nuclear Forces), signé en 1987 par les présidents américain et soviétique de l'époque Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev.

M. Trump n'a pas précisé si un nouveau traité pourrait être négocié, mais il a indiqué lundi que les Etats-Unis développeraient ces armes à moins que la Russie et la Chine n'acceptent d'arrêter elles-mêmes de les développer.

"Tant que les gens ne seront pas revenus à la raison, nous en développerons", a déclaré le président à des journalistes à la Maison Blanche. "C'est une menace pour qui vous voulez. Et ça inclut la Chine, et ça inclut la Russie, et ça inclut quiconque veut jouer à ce jeu-là."

Les traités nucléaires entre Moscou et Washington
Les traités nucléaires entre Moscou et Washington ( Selim CHTAYTI / AFP )

Depuis plusieurs années, Washington accuse Moscou de ne pas respecter ce traité qui, en abolissant l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5.500 km, avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires ciblant les capitales occidentales.

C'est donc en Russie que le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, s'est rendu aussitôt la décision annoncée, mais il a noté qu'il y aurait "d'autres participants" au processus de négociation.

Il a précisé à la radio Echo de Moscou que des consultations seraient ensuite menées "avec nos amis en Europe et en Asie".

Pour John Lee, un expert du centre de réflexion conservateur Hudson Institute, "le problème de la Chine, qui n'est limitée par aucun accord, est très différent et beaucoup plus pressant" que celui de la Russie.

- Mattis "parfaitement d'accord" -

Le secrétaire d'Etat américain à la Défense James Mattis, le 19 octobre 2018 à Singapour
Le secrétaire d'Etat américain à la Défense James Mattis, le 19 octobre 2018 à Singapour ( ROSLAN RAHMAN / AFP/Archives )

Ces dernières années, Pékin a "développé des missiles de portée intermédiaire terrestres capables d'emporter des charges conventionnelles et nucléaires", ajoute cet expert dans une tribune publiée lundi sur le site de CNN. Quelque 95% des missiles de l'armée chinoise violeraient le traité INF si la Chine en était signataire, ajoute-t-il.

Sur ce dossier, le Pentagone et la Maison Blanche paraissent sur la même longueur d'onde.

Le ministre de la Défense Jim Mattis "est parfaitement d'accord avec le président et il est en contact étroit avec lui là-dessus", a indiqué lundi un porte-parole du ministère, le colonel Rob Manning.

Dans sa nouvelle "posture nucléaire" publiée en début d'année, le Pentagone affirme que "la violation la plus grave de la Russie porte sur un système interdit par le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire". Mais le document mentionnait aussi les missiles développés par la Chine, qui cherche à affirmer sa suprématie militaire en Asie.

Au début du mois, M. Mattis avait prévenu que la Russie devait "se conformer de nouveau au traité INF ou les Etats-Unis ser(aient) dans l'obligation de réagir au mépris cavalier (de ses) limites spécifiques". La situation actuelle est "intenable", avait-il précisé à l'issue d'une réunion des ministres de la Défense des pays de l'Otan à Bruxelles.

L'arsenal nucléaire mondial en 2018
L'arsenal nucléaire mondial en 2018 ( Sabrina BLANCHARD / AFP )

Signe que le Pentagone envisageait ce retrait du traité INF depuis des mois, la nouvelle politique américaine sur ses missiles ballistiques, annoncée pour début 2018, n'a pas encore été publiée, et sa sortie est annoncée depuis des mois pour "dans quelques semaines".

Interrogé à ce sujet lundi, le colonel Manning a indiqué qu'il n'avait aucune date précise à annoncer, mais il a souligné que "tous les facteurs seraient pris en compte avant sa publication".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/11/2018

ARKIA Israeli Airlines a reçu le premier A321LR, devenant ainsi l'opérateur de lancement de l'appareil...

Publié le 14/11/2018

En octobre 2018, l'indice des prix à la consommation a rebondi légèrement à +0,1 % sur un mois, après un repli de 0,2 % en septembre. Sur un an, l’inflation sous-jacente, c'est-à-dire hors…

Publié le 14/11/2018

Un nouvel acteur du ciel européen va-t-il disparaitre ? Dans une situation compliquée, Flybe étudie diverses options, dont une éventuelle vente...

Publié le 14/11/2018

Seb a annoncé l'acquisition de 750g International, éditeur de sites et services culinaires en Allemagne, Espagne, Italie, Portugal, Brésil, USA et Royaume Uni. 750g International a développé une…

Publié le 14/11/2018

Alstom gagne 4,31% à 39,48 euros dans les premiers échanges. Au premier semestre, clos fin septembre, le résultat net part du groupe du spécialiste du matériel ferroviaire a atteint 563 millions…