5 114.15 PTS
-0.64 %
5 104.50
-0.63 %
SBF 120 PTS
4 088.40
-0.67 %
DAX PTS
12 165.19
-0.31 %
Dowjones PTS
21 674.51
-0.35 %
5 790.91
-0.09 %
Nikkei PTS
19 470.41
-1.18 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Renseignement militaire: une académie pour les "guerres de demain"

| AFP | 208 | Aucun vote sur cette news
L'Ecole militaire de Strasbourg où des élèves
L'Ecole militaire de Strasbourg où des élèves "espions" sont formés comme linguistes d'écoute, le 7 juillet 2017 ( FREDERICK FLORIN / AFP )

De la traque d'informations sur le net à la prise de vues sur le terrain, le Renseignement militaire, en première ligne dans la lutte antiterroriste, forme un nombre croissant d'agents "espions" aux "guerres de demain" dans son école de Strasbourg.

Véritable académie militaire, le Centre de formation interarmées au Renseignement (CFIAR) accueille chaque année plus de 2.000 stagiaires - jeunes recrues ou militaires confirmés - qu'il forme au plus près des besoins opérationnels.

Son activité ne cesse d'augmenter (+20% de stagiaires entre 2014 et 2016) au rythme des recrutements de la Direction du renseignement militaire (DRM), en interne ou dans le civil.

"Le renseignement est là pour anticiper, pour avoir un temps d'avance sur les forces adverses", souligne le colonel Emmanuel, chef du CFIAR.

Dans l'enceinte de la caserne Stirn, au cœur de Strasbourg, certains apprennent en accéléré des langues rares, du persan au chinois. D'autres s'entraînent à scruter les réseaux sociaux.

"En plus des moyens strictement militaires, de nombreuses informations nécessaires se trouvent en source ouverte. L'astuce c'est de faire de cette info un renseignement directement exploitable", résume le patron du Centre.

Les stagiaires apprennent notamment à gérer des "flux RSS" pour recenser par thèmes les titres des dernières informations consultables, sur des sites radicaux par exemple.

Sur une vidéo exhibant des combattants jihadistes, ils vont recouper ce qu'ils voient, un pont, une ligne d'arbres, une pancarte avec des images disponibles ailleurs sur le net, jusqu'à localiser l'adversaire.

Dans le Renseignement militaire, fausses identités, personnages virtuels et autres pratiques illégales sont bannis, insiste-t-on.

"On n'est pas une fabrique à James Bond, on n'a pas d'Aston Martin devant la porte !", lance le numéro deux du CFIAR, le lieutenant-colonel Gilles.

"On n'apprend pas à casser des codes, on ne va pas pirater le Pentagone", renchérit le colonel Patrick, responsable de la formation à la recherche sur internet.

Sur les réseaux, "si la personne est bavarde en France, elle le sera aussi en Syrie", poursuit-il. "Même les Russes, si rigoureux en matière d'infos, racontent leur vie sur les réseaux sociaux !", sourit-il.

Une fois le renseignement capté, il faut apprendre à l'interpréter, le synthétiser et l'exploiter à des fins militaires. Pour s'entraîner, les stagiaires travaillent sur des cas réels, souvent classifiés.

Côté image, ils s'exercent à prendre des clichés en toute discrétion, en dissimulant l'appareil et en le télécommandant à distance (jusqu'à 1.500 mètres).

Niché dans une fausse souche, un tronc d'arbre artificiel, sous un champignon, l'objectif se fond avec son environnement. "Coupage, coloriage, collage", rien n'est laissé au hasard, s'amuse un expert de la prise de vue.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/08/2017

Cela laisse 1% de hausse sur la semaine pour l'indice parisien

Publié le 18/08/2017

Aucune publication d'importance n'est attenduesource : AOF

Publié le 18/08/2017

Le 18 août 2017    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social   Article 223-16 du Règlement Général de…

CONTENUS SPONSORISÉS