En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 342.53 PTS
-0.83 %
5 341.00
-0.83 %
SBF 120 PTS
4 284.87
-0.77 %
DAX PTS
12 414.15
-1.32 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 338.15
-0.79 %

Réforme des institutions: Larcher dit ne pas être "dans une partie de bras de fer"

| AFP | 183 | Aucun vote sur cette news
Le président du Sénat Gérard Larcher arrive à Matignon pour une réunion sur les frappes en Syrie, le 15 avril 2018 à Paris
Le président du Sénat Gérard Larcher arrive à Matignon pour une réunion sur les frappes en Syrie, le 15 avril 2018 à Paris ( FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives )

Le président du Sénat Gérard Larcher a assuré jeudi ne pas être "dans une partie de bras de fer" avec l'exécutif à propos de la réforme des institutions, rappelant ne pas être hostile au "principe" d'une baisse du nombre de parlementaires.

Les points les plus emblématiques de la réforme des institutions (30% de parlementaires en moins, 15% de proportionnelle aux législatives et trois mandats consécutifs maximum) ont été adoptés mercredi en Conseil des ministres et vont désormais être débattus au Parlement.

Interrogé sur Sud Radio pour savoir s'il y avait accord avec l'exécutif, M. Larcher a répondu: "ah non, on est au début de la phase parlementaire, c'est un dialogue que nous allons avoir avec l'Assemblée nationale, c'est aussi un dialogue que j'ai avec le président de la République et le Premier ministre".

"Le Sénat n'est pas dans une attitude repliée, conservatrice (...) Je ne suis pas dans une partie de bras de fer", a-t-il assuré, rappelant "deux principes": "que les droits du Parlement soient préservés, et qu'on se préoccupe du territoire, dans sa représentation".

"Je ne suis pas hostile au principe de baisse du nombre de parlementaires" mais il faut qu'il y ait "un député, un sénateur minimum dans chaque département, et qu'on soit très attentif à ce qu'il n'y ait pas 40 départements avec un seul sénateur et une trentaine avec un seul député".

Évoquant un possible référendum, il a noté que "le président de la République a toujours la possibilité sur une loi ordinaire de (l')utiliser", tout en jugeant que "s'agissant d'une affaire parlementaire, il faut laisser le temps au Parlement d'en débattre".

Le président de la commission des Lois au Sénat, Philippe Bas (Les Républicains), a dit sur Public Sénat "nullement se sentir sous la pression" du gouvernement, notant que "le président de la République, le gouvernement, propose, mais c'est le Parlement qui décide".

Il a critiqué le projet de faire élire 61 députés sur des listes nationales pour appliquer une dose de 15% de proportionnelle: ces listes seraient "la cooptation par les partis politiques de gens qui n'ont jamais rencontré un Français, n'ont pas de base locale et sont tout à fait aériens, en apesanteur", a-t-il souligné.

Quant à un possible renouvellement intégral de la chambre haute en septembre 2021, et non par moitié comme actuellement, M. Bas a estimé qu'il s'agit de "la politique politicienne".

Avec cette idée, a-t-il dit, Emmanuel Macron espère que les municipales de 2020 "vont le faire progresser dans les communes et qu'ensuite ces communes voteront pour des sénateurs qu'on remplacera d'un seul coup et qui lui seront plus favorables".

"Pourquoi vouloir modifier le calendrier électoral et imposer un renouvellement intégral du Sénat contraire à l’esprit de la Vème République?", a demandé de son côté dans un communiqué le président des sénateurs centristes Hervé Marseille pour qui la réforme "est compatible avec le respect du calendrier actuel".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2018

Le titre a enfoncé la zone de support des 66.6 euros qui soutenait les cours depuis avril dernier. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances sont sur le point…

Publié le 25/06/2018

Acquisition d'actions sur le marché...

Publié le 25/06/2018

Harley Davidson perd encore 3% en pré-séance à Wall Street, le fabricant de motos ayant prévenu que les prélèvements douaniers de l'Union européenne...

Publié le 25/06/2018

Sous les 5% des droits de vote...