En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.140
+0.11 %

Réforme de la SNCF: projet "bien modeste", selon Lagarde (UDI)

| AFP | 300 | Aucun vote sur cette news
Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, le 20 mars 2016 à Versailles
Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, le 20 mars 2016 à Versailles ( Alain JOCARD / AFP/Archives )

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a estimé dimanche sur BFMTV que le projet de réforme de la SNCF était "bien modeste", et non "à marche forcée", appelant les organisations syndicales à ne pas être dans "le conservatisme".

M. Lagarde "soutient" le projet gouvernemental de réforme, en réalité "progressive et assez raisonnable" selon lui.

Notamment la réforme du statut des cheminots, "c'est pour l'avenir". "Faire grève pour que ses enfants aient droit au statut d'aujourd'hui, ça me paraîtrait un peu exagéré", a lancé le député de Seine-Saint-Denis, critiquant une "logorrhée" de la CGT-cheminots.

Il a épinglé la grève en pointillé annoncée d'avril à juin, qui n'est selon lui "pas une grève créative": "c'est ne perdre que deux jours de salaire en mettant le bazar dans l'entreprise cinq jours dans la semaine".

Le gouvernement ne prévoit "même pas" de "toucher à des avantages sociaux acquis par les cheminots comme ce million de personnes qui ont le droit de voyager gratuitement à la SNCF", a encore pointé M. Lagarde.

"Le métier de cheminot a changé, le statut de l'entreprise doit évoluer" face à l'ouverture à la concurrence, a aussi appuyé M. Lagarde, qui n'était cependant pas favorable à cette ouverture.

"L'avenir de la SNCF, ça ne peut être dans l'immobilisme", selon lui. Et "le gouvernement ne doit pas rester au milieu, sinon il serait dans une lâcheté qui conduirait à la mort de la SNCF face à la concurrence".

"A priori", le coprésident du groupe UAI (UDI, Agir et indépendants) de l'Assemblée nationale votera pour une habilitation du gouvernement à légiférer par ordonnances sur l'entreprise ferroviaire.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…