5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Référendum en Catalogne: la presse française craint un "chemin sanglant"

| AFP | 261 | 1 par 1 internautes
Des manifestants partisans du référendum d'indépendance de la Catalogne, face à la police espagnole à Madrid le 1er octobre 2017
Des manifestants partisans du référendum d'indépendance de la Catalogne, face à la police espagnole à Madrid le 1er octobre 2017 ( JAVIER SORIANO / AFP )

Les violences qui ont marqué le référendum d'autodétermination interdit en Catalogne laissent craindre à la presse française de lundi que le bras de fer entre indépendantistes et gouvernement de Madrid ne ravive les démons de la guerre civile.

Pour Le Figaro, "les violences creusent le fossé entre Madrid et la Catalogne".

"L’Espagne ne doit pas prendre ce chemin sanglant qu’elle ne connaît que trop bien", insiste Johan Hufnagel dans son éditorial de Libération.

Référendum en Catalogne
Référendum en Catalogne ( Thomas SAINT-CRICQ / AFP )

"La situation n’a pourtant pas d’autre issue positive qu’une discussion politique et une résolution démocratique", martèle Patrick Apel-Muller. "C’est ce chemin qui doit être exploré, plutôt que les charges matraque en main ou les tirs de balles en caoutchouc."

"C’est moins le résultat du référendum que la manière dont le pouvoir central a géré cette affaire qui fait des séparatistes, passant pour les victimes, les vainqueurs du bras de fer", estime Laurent Bodin dans L'Alsace.

Dans La République des Pyrénées, Jean-Michel Helvig regrette "des scènes de violences policières qui permettent maintenant aux indépendantistes de se poser en victimes, quand ils n’étaient que des apprentis-sorciers".

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy lors d'une conférence de presse à Madrid le 1er octobre 2017
Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy lors d'une conférence de presse à Madrid le 1er octobre 2017 ( JAVIER SORIANO / AFP )

"Ce référendum était un piège et (le président du gouvernement) Mariano Rajoy s’y est jeté tête la première", constate Pascal Coquis des Dernières Nouvelles d'Alsace.

"L’exemple espagnol montre qu’à vouloir réprimer trop durement les indépendantistes, on prend le risque de les victimiser, donc de les conforter", confirme Benoît Gaudibert dans L'Est républicain.

Photo fournie par la Generalitat de Catalunya montrant le président de la région autonome Carles Puigdemont entouré de son gouvernement, parlant à la presse à Barcelone après le référendum
Photo fournie par la Generalitat de Catalunya montrant le président de la région autonome Carles Puigdemont entouré de son gouvernement, parlant à la presse à Barcelone après le référendum ( Handout / GENERALITAT DE CATALUNYA/AFP )

"La journée d’hier démontre que la violence est à portée de main. Au coin de la rue, les rêves d’indépendance peuvent se muer en guerre civile, comme autrefois", met en garde Jean Levallois dans La Presse de la Manche.

"Au sortir du franquisme, l’Espagne s’est réinventée comme un pays très décentralisé", rappelle Jean-Christophe Ploquin dans La Croix. "Peut-être le pays peut-il évoluer vers un fédéralisme plus poussé."

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS