En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.95 PTS
-
4 832.00
-
SBF 120 PTS
3 852.26
-
DAX PTS
12 557.64
-
Dow Jones PTS
28 210.82
-0.35 %
11 665.37
-0.11 %
1.184
-0.14 %

Reçus par Macron, les syndicats de police satisfaits d'annonces pour mieux les "protéger"

| AFP | 377 | 4.56 par 9 internautes
Les syndicats de police lors d'un point de presse à l'issue de leur rencontre avec Emmanuel Macron à l'Elysée après une série d'agressions de policiers, le 15 octobre 2020
Les syndicats de police lors d'un point de presse à l'issue de leur rencontre avec Emmanuel Macron à l'Elysée après une série d'agressions de policiers, le 15 octobre 2020 ( Ludovic MARIN / AFP )

Les syndicats de police, reçus à l'Elysée par Emmanuel Macron après une série d'agressions, se sont félicités jeudi d'avoir obtenu des "engagements" sur une loi prévoyant un durcissement de la répression pour les "agresseurs de policiers".

Il y a eu une "annonce assez forte du garde des Sceaux sur les aménagements de peine", a assuré Christophe Rouget, du Syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI), à l'issue de la réunion, qui a duré un peu plus de deux heures, en présence également d'Eric Dupond-Moretti et de Gérald Darmanin, ministres de la Justice et de l'Intérieur.

"Pour nous, c'est un premier geste vers les policiers. On aura un regard très attentif dans les semaines et mois à venir", a-t-il ajouté.

Les députés LREM et Agir ont déposé jeudi une proposition de loi pour protéger davantage les forces de l'ordre. Piloté par Jean-Michel Fauvergue et Alice Thourot, le texte devrait être débattu par l'Assemblée mi-novembre.

Parmi les propositions, l'interdiction de "l'usage malveillant" de l'image des forces de sécurité ou une limitation du bénéfice des mesures de réduction de peine pour les personnes déclarées coupables d'agression envers les forces de l'ordre.

"Jamais nous n'accepterons la violence et l'irrespect envers nos policiers", a écrit sur Twitter Emmanuel Macron, à l'issue de la réunion.

"Je l'ai dit ce matin à leurs représentants: nous allons amplifier les moyens, mieux les protéger. Comme tous les Français, nous comptons sur eux", a ajouté le président de la République.

"On va voir si tout ce qui nous a été dit sera bien écrit" dans la loi, a de son côté déclaré Fabien Vanhemelryck, secrétaire général d'Alliance.

"Si c'est le cas, on peut se satisfaire d'un renforcement de la protection des policiers avec la fin des réductions automatiques de peine", a-t-il ajouté.

"C'est une bonne chose", s'est aussi félicité Grégory Joron, secrétaire général délégué pour Unité-SGP-FO. "Les aménagements de peines et les peines alternatives, ça nous pose problème", a-t-il dit.

"Le symbole était fort de pouvoir nous exprimer ici après les jours difficiles", a ajouté M. Joron, en référence à la série de violences ayant visé des policiers, à Herblay, Champigny-sur-Marne ou Savigny-sur-Orge.

"On a pu avoir un discours libre, des mots forts", a dit M. Joron.

Le chef de l'Etat s'est engagé à les revoir dans "un an", ont assuré les syndicats.

Dans les heures précédant cette rencontre, des incidents ont eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi en région parisienne: un jeune policier a été blessé par un automobiliste qui a percuté son véhicule après avoir refusé de s'arrêter à un contrôle à Mitry-Mory (Seine-et-Marne).

A Bagneux (Hauts-de-Seine) une enquête a été ouverte après qu'un automobiliste a manqué de renverser un policier en prenant la fuite après un contrôle routier, a annoncé à l'AFP le parquet de Nanterre.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
9 avis
Note moyenne : 4.56
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/10/2020

Rassemblant des millions de joueurs, Ubisoft Connect est l'interface universelle pour se connecter avec des amis ou participer à des événements et des activités liés aux jeux...

Publié le 21/10/2020

Les premiers résultats de cette étude d'Onxeo sont attendus début 2021...

Publié le 21/10/2020

Les produits Cast fournissent des données inédites sur l'état structure000

Publié le 21/10/2020

Les concours bancaires utilisés par Courtois dans les comptes consolidés s'élèvent au 30 septembre à 5,38 ME...

Publié le 21/10/2020

Grâce à sa solidité financière, Lisi maintient également intactes ses ambitions stratégiques de croissance à moyen et long terme...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne