En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 921.16 PTS
+0.63 %
5 937.5
+0.91 %
SBF 120 PTS
4 670.44
+0.89 %
DAX PTS
13 334.40
+0.85 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0. %
8 466.89
+0. %
1.116
-0.15 %

Reconnaissance faciale: la Cnil dit oui à l'expérimentation mais dans un cadre strict

| AFP | 331 | 4.50 par 2 internautes
Une démonstration d'un système de reconnaissance faciale dans la foule au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas le 10 janvier 2019
Une démonstration d'un système de reconnaissance faciale dans la foule au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas le 10 janvier 2019 ( DAVID MCNEW / AFP/Archives )

La Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a défendu vendredi le développement de l'utilisation de la reconnaissance faciale par les pouvoirs publics, tout en traçant des "lignes rouges" claires à ne pas franchir, notamment en matière de respect de la vie privée des citoyens.

"Tout n'est pas et ne sera pas permis en matière de reconnaissance faciale", résume un rapport de la Cnil qui souligne le "potentiel de surveillance inédit pouvant mettre en cause des choix de société".

Si le gendarme français des données personnelles ne s'oppose sur le principe à aucune forme d'utilisation de la reconnaissance faciale, il préconise plusieurs exigences pour en encadrer l'expérimentation.

D'abord, "dessiner des frontières" et ce avant tout usage, même expérimental, afin de définir le champ de ce qui est "souhaitable" politiquement et socialement et de ce qui est "possible" technologiquement et financièrement.

La Cnil rappelle par exemple qu'elle reconnaît la légitimité de certaines pratiques comme le contrôle de l'accès au carnaval de Nice, sur un échantillon de volontaires.

A l'inverse, elle indique qu'elle s'est opposée à son usage pour l'accès à des établissements scolaires, à Nice et Marseille.

La Cnil préconise également de donner une attention toute particulière au respect des données personnelles qui pourraient être utilisées via la reconnaissance faciale.

Elle met en avant quelques points cardinaux à respecter sur le sujet: le "consentement" des personnes ciblées, le "contrôle" des données par les individus, la "transparence", le "droit de retrait du dispositif et d'accès aux informations" et enfin la "sécurité" des données biométriques.

"Les expérimentations ne sauraient éthiquement avoir pour objet ou pour effet d'accoutumer les personnes à des techniques de surveillance intrusive", martèle l'institution.

Enfin, la Cnil préconise une véritable démarche expérimentale et non un cadre figé de l'utilisation de cette technologie.

"Une véritable démarche expérimentale permettra de tester et de parfaire des solutions techniques respectueuses du cadre juridique", estime le rapport.

"L'ensemble de ces impacts doit être mûrement soupesé car ce sont les termes du contrat social que certaines évolutions technologiques peuvent redéfinir à bas bruit", prévient la Cnil.

La reconnaissance faciale a fait d'énormes progrès ces dernières années grâce aux avancées technologiques de l'intelligence artificielle. Elle est notamment massivement utilisée en Chine.

En France, le groupe ADP compte notamment expérimenter cette technologie l'an prochain à l'aéroport de Paris-Orly où la reconnaissance faciale permettra au passager de passer différents contrôles, de l'enregistrement à l'embarquement.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

Et rembourser un emprunt...

Publié le 13/12/2019

Mauvaise semaine pour Ipsen...

Publié le 13/12/2019

Par courriers reçus le 12 décembre 2019 par l'AMF, la société de droit anglais Amber Capital UK LLP, agissant pour le compte de fonds dont elle assure...

Publié le 13/12/2019

Dans le sillage des marchés et des espoirs de concrétisation d'un accord entre Pékin et Washington sur le commerce, Kering s'adjuge 2,3% à 564,5 euros...

Publié le 13/12/2019

Outre l'automobile et les matières premières, le secteur bancaire est aussi l'un des grands gagnants du jour en Bourse...