En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.174
-0.03 %

Raqa, Kirkouk: le problème kurde de Washington

| AFP | 255 | Aucun vote sur cette news
Des partisans et membres des unités kurdes de protection du peuple (YPG) célèbrent dans une rue de Qamichli la reprise de Raqa par les Forces démocratiques syriennes, le 17 octobre 2017
Des partisans et membres des unités kurdes de protection du peuple (YPG) célèbrent dans une rue de Qamichli la reprise de Raqa par les Forces démocratiques syriennes, le 17 octobre 2017 ( DELIL SOULEIMAN / AFP )

La chute de Raqa et les affrontements pour le contrôle de Kirkouk montrent, de façon simultanée, l'efficacité militaire de la stratégie américaine en Syrie et en Irak, appuyée sur les Kurdes, mais aussi ses faiblesses politiques.

Le référendum sur l'indépendance kurde, dont Washington n'a pas su empêcher la tenue fin septembre, a semé la discorde entre les deux principaux alliés des Etats-Unis en Irak et en Syrie: l'armée irakienne équipée et entraînée par Washington, et les combattants kurdes qui ont empêché en 2014 le groupe Etat islamique de s'emparer de Kirkouk et qui ont largement contribué à la prise de Raqa en Syrie.

"Nous ne prenons pas parti", a déclaré lundi Donald Trump, apparaissant impuissant alors que les Etats-Unis ont des troupes déployées aussi bien aux côtés de l'armée irakienne que des peshmergas kurdes.

Les Etats-Unis veulent "calmer les choses", a indiqué le ministre de la Défense Jim Mattis. Ils sont "très inquiets" et "encouragent le dialogue", a renchéri Heather Nauert, la porte-parole de la diplomatie américaine.

Pour Linda Robinson, du centre de recherche Rand, le gouvernement américain s'est mobilisé "trop tard", en appelant le président kurde Massoud Barzani à annuler son référendum deux jours avant la date prévue.

Le oui à l'indépendance de la région autonome kurde ainsi que des zones disputées, notamment la province de Kirkouk, riche en pétrole, "a placé (Haider) al-Abadi dans une situation très difficile", indique Mme Robinson, ajoutant que le Premier ministre irakien, qui est chiite, craignait de se faire déborder par des factions chiites plus radicales, soutenues par l'Iran.

- 'Exaspérée' -

L'administration américaine est "exaspérée" par les Kurdes irakiens, ajoute-t-elle, estimant que les divergences avec M. Barzani ne devraient pas affecter la coopération de Washington avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de combattants arabes et kurdes.

De fait, les aspirations kurdes à l'indépendance menacent la stabilité de trois pays avec lesquels les Etats-Unis entretiennent des relations compliquées: l'Iran, la Turquie et la Syrie.

Alors que les tensions diplomatiques sont au plus haut avec la Turquie, pays membre de l'Otan, Washington cherche à garder de bonnes relations avec les militaires turcs, qui ouvrent notamment leur base d'Incirlik à la coalition anti-jihadiste menée par les Etats-Unis. Or la Turquie est confrontée depuis 1984 à une sanglante guerilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation classée "terroriste" par Ankara.

L'Iran, ennemi historique des Etats-Unis qui abrite lui aussi un forte minorité kurde, a tout intérêt à voir les combattants kurdes perdre du terrain en Irak, mais aussi en Syrie où Téhéran est engagé en aux côtés du régime de Bachar al-Assad pour lutter contre les jihadistes ainsi que les groupes rebelles soutenus par Washington.

Le Pentagone salue la qualité des combattants kurdes, mais les militaires américains se gardent bien de toute promesse à leur égard.

"Les FDS se sont révélés (...) des partenaires efficaces et capables", a indiqué mardi le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition.

Interrogé sur la possibilité que la formation militaire des Kurdes par la coalition puisse être suspendue en raison du référendum, il a répondu qu'aucune décision n'avait été prise et que la formation se poursuivait.

Pour David Pollock, du Washington Institute for Near East Policy, les tensions à Kirkouk bénéficient largement à Téhéran et les Kurdes ont quitté la ville sans combattre car "ils ont compris que personne ne viendrait à leur secours".

Les Etats-Unis ont "utilisé les Kurdes contre Daesh et ils les ont laissé tomber en Irak, et ça peut se produire peut-être en Syrie aussi", ajoute cet analyste qui s'est récemment rendu à Erbil, la capitale de la région autonome kurde. "On leur dit: vous avez tout donné depuis trois ans, mais on vous laisse tomber".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

  A propos du contrat Rafale en Inde     Saint-Cloud, le 21 septembre 2018 - A propos du contrat signé en 2016 avec l'Inde pour la fourniture de 36 avions de combat…

Publié le 21/09/2018

Le boycott qui affecte depuis avril les produits Danone au Maroc a fait plonger dans le rouge les résultats de Centrale Danone, la filiale marocaine du géant français des produits laitiers.

Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...