5 379.54 PTS
-
5 372.50
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 281.93
-
DAX PTS
13 008.55
-0.05 %
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.12 %
Nikkei PTS
22 402.61
-0.54 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Raqa, Kirkouk: le problème kurde de Washington

| AFP | 127 | Aucun vote sur cette news
Des partisans et membres des unités kurdes de protection du peuple (YPG) célèbrent dans une rue de Qamichli la reprise de Raqa par les Forces démocratiques syriennes, le 17 octobre 2017
Des partisans et membres des unités kurdes de protection du peuple (YPG) célèbrent dans une rue de Qamichli la reprise de Raqa par les Forces démocratiques syriennes, le 17 octobre 2017 ( DELIL SOULEIMAN / AFP )

La chute de Raqa et les affrontements pour le contrôle de Kirkouk montrent, de façon simultanée, l'efficacité militaire de la stratégie américaine en Syrie et en Irak, appuyée sur les Kurdes, mais aussi ses faiblesses politiques.

Le référendum sur l'indépendance kurde, dont Washington n'a pas su empêcher la tenue fin septembre, a semé la discorde entre les deux principaux alliés des Etats-Unis en Irak et en Syrie: l'armée irakienne équipée et entraînée par Washington, et les combattants kurdes qui ont empêché en 2014 le groupe Etat islamique de s'emparer de Kirkouk et qui ont largement contribué à la prise de Raqa en Syrie.

"Nous ne prenons pas parti", a déclaré lundi Donald Trump, apparaissant impuissant alors que les Etats-Unis ont des troupes déployées aussi bien aux côtés de l'armée irakienne que des peshmergas kurdes.

Les Etats-Unis veulent "calmer les choses", a indiqué le ministre de la Défense Jim Mattis. Ils sont "très inquiets" et "encouragent le dialogue", a renchéri Heather Nauert, la porte-parole de la diplomatie américaine.

Pour Linda Robinson, du centre de recherche Rand, le gouvernement américain s'est mobilisé "trop tard", en appelant le président kurde Massoud Barzani à annuler son référendum deux jours avant la date prévue.

Le oui à l'indépendance de la région autonome kurde ainsi que des zones disputées, notamment la province de Kirkouk, riche en pétrole, "a placé (Haider) al-Abadi dans une situation très difficile", indique Mme Robinson, ajoutant que le Premier ministre irakien, qui est chiite, craignait de se faire déborder par des factions chiites plus radicales, soutenues par l'Iran.

- 'Exaspérée' -

L'administration américaine est "exaspérée" par les Kurdes irakiens, ajoute-t-elle, estimant que les divergences avec M. Barzani ne devraient pas affecter la coopération de Washington avec les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de combattants arabes et kurdes.

De fait, les aspirations kurdes à l'indépendance menacent la stabilité de trois pays avec lesquels les Etats-Unis entretiennent des relations compliquées: l'Iran, la Turquie et la Syrie.

Alors que les tensions diplomatiques sont au plus haut avec la Turquie, pays membre de l'Otan, Washington cherche à garder de bonnes relations avec les militaires turcs, qui ouvrent notamment leur base d'Incirlik à la coalition anti-jihadiste menée par les Etats-Unis. Or la Turquie est confrontée depuis 1984 à une sanglante guerilla du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation classée "terroriste" par Ankara.

L'Iran, ennemi historique des Etats-Unis qui abrite lui aussi un forte minorité kurde, a tout intérêt à voir les combattants kurdes perdre du terrain en Irak, mais aussi en Syrie où Téhéran est engagé en aux côtés du régime de Bachar al-Assad pour lutter contre les jihadistes ainsi que les groupes rebelles soutenus par Washington.

Le Pentagone salue la qualité des combattants kurdes, mais les militaires américains se gardent bien de toute promesse à leur égard.

"Les FDS se sont révélés (...) des partenaires efficaces et capables", a indiqué mardi le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition.

Interrogé sur la possibilité que la formation militaire des Kurdes par la coalition puisse être suspendue en raison du référendum, il a répondu qu'aucune décision n'avait été prise et que la formation se poursuivait.

Pour David Pollock, du Washington Institute for Near East Policy, les tensions à Kirkouk bénéficient largement à Téhéran et les Kurdes ont quitté la ville sans combattre car "ils ont compris que personne ne viendrait à leur secours".

Les Etats-Unis ont "utilisé les Kurdes contre Daesh et ils les ont laissé tomber en Irak, et ça peut se produire peut-être en Syrie aussi", ajoute cet analyste qui s'est récemment rendu à Erbil, la capitale de la région autonome kurde. "On leur dit: vous avez tout donné depuis trois ans, mais on vous laisse tomber".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/11/2017

ABC arbitrage Distribution novembre 2017       Le groupe ABC arbitrage procède à la distribution d'un montant de 0,20EUR par action ordinaire conformément aux décisions…

Publié le 23/11/2017

Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Article 223-16 du Règlement Généralde l'Autorité des Marchés…

Publié le 23/11/2017

Par arrêté du ministre de l'économie et des finances en date du 13 novembre 2017, Auplata, 1er producteur d'or français coté en Bourse, s'est vu octroyer, par l'intermédiaire de sa filiale…

Publié le 23/11/2017

Ce succès confirme la forte capacité d'innovation et d'industrialisation des deux groupes Keopsys et Quantel réunis

Publié le 23/11/2017

Keopsys, un spécialiste de la technologie laser, a annoncé la signature d'un contrat de 6 millions d'euros sur une durée de 12 ans avec un acteur majeur de la Défense Française, pour un système…

CONTENUS SPONSORISÉS