En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Rahul Gandhi, l'héritier face à son destin

| AFP | 182 | Aucun vote sur cette news
Le président du parti indien du Congrès Rahul Gandhi en compagnie de sa soeur Priyanka à Amethi, dans le nord de l'Inde, le 10 avril 2019.
Le président du parti indien du Congrès Rahul Gandhi en compagnie de sa soeur Priyanka à Amethi, dans le nord de l'Inde, le 10 avril 2019. ( SANJAY KANOJIA / AFP )

Nouveau porte-flambeau de la célèbre dynastie politique des Nehru-Gandhi, dont le destin glorieux et tragique se mêle à celui de l'Inde, Rahul Gandhi espère écrire une nouvelle page de l'Histoire en ramenant au pouvoir le vieux parti du Congrès.

Fils, petit-fils et arrière-petit-fils de Premiers ministres indiens, l'héritier de 48 ans affronte la redoutable machine politique des nationalistes hindous du Premier ministre sortant Narendra Modi à l'occasion des élections législatives indiennes, qui commencent jeudi et dureront près de six semaines.

Portant toujours une tunique blanche, arborant souvent une barbe châtain de trois jours, celui qui était perçu comme un dilettante a mis longtemps à éclore. Après un patient apprentissage dans l'ombre de sa mère Sonia, ce célibataire a fini par prendre la direction du Congrès fin 2017 et s'est jeté corps et âme dans l'arène politique indienne.

Les temps où il comparait le pouvoir à un "poison" semblent loin désormais. Né et élevé en vue de gouverner, Rahul Gandhi a donné bien du fil à retordre ces derniers mois aux nationalistes hindous du Bharatiya Janata Party (BJP), qui avaient infligé au Congrès une série d'humiliantes défaites.

Il les a d'abord empêchés de prendre le contrôle du Karnataka, un grand État du sud où ils étaient pourtant arrivés en tête à une élection régionale. Il leur a également ravi les régions du Rajasthan, de Madhya Pradesh et de Chhattisgarh, trois États-clés du nord hindiphone où le BJP avait fait le plein de voix aux législatives de 2014.

Embrassade

Le président du parti indien du Congrès Rahul Gandhi à Amethi, dans le nord de l'Inde, le 10 avril 2019.
Le président du parti indien du Congrès Rahul Gandhi à Amethi, dans le nord de l'Inde, le 10 avril 2019. ( SANJAY KANOJIA / AFP )

Pendant plus d'un an, il a entretenu une virulente polémique sur l'achat de 36 avions Rafale à la France en septembre 2016. Sa formation accusait notamment le Premier ministre Modi d'avoir privilégié le conglomérat privé d'un magnat indien, dont il est considéré comme proche, au détriment d'une entreprise publique, en tant que partenaire du constructeur français Dassault.

Si cette controverse n'a pas eu de suites judiciaires, elle a toutefois contribué à brouiller l'image du chef du gouvernement, présenté comme l'allié des riches et des puissants. On ignore encore si cette stratégie s'avérera électoralement payante, dans un scrutin où les votes sont souvent déterminés par des enjeux locaux et communautaires.

En matière d'attaques frontales, le BJP n'est pas en reste. Le parti au pouvoir se plaît à pourfendre le "prince" Gandhi, issu d'une des plus grandes familles du pays et éduqué dans une bulle dorée, par opposition aux origines populaires de Narendra Modi.

Ses détracteurs lui ont même collé le surnom péjoratif de "pappu", un terme familier désignant un idiot. "Vous pouvez m'insulter, vous pouvez m'appeler +pappu+, je n'ai pas une once de haine contre vous", a rétorqué l'année dernière Rahul Gandhi dans un discours mémorable au Parlement... avant de franchir l'hémicycle pour aller serrer dans ses bras un Narendra Modi gêné.

Assassinats

Rahul Gandhi, le président du parti du Congrès, le 2 avril 2019 à New Delhi.
Rahul Gandhi, le président du parti du Congrès, le 2 avril 2019 à New Delhi. ( PRAKASH SINGH / AFP/Archives )

Venu au monde le 19 juin 1970, Rahul Gandhi n'a aucun lien de parenté avec le Mahatma Gandhi. Le nom Gandhi provient du mariage d'Indira Nehru, fille du héros de l'indépendance et premier chef du gouvernement indien Jawaharlal Nehru, avec Feroze Gandhi en 1942.

Il a 14 ans lorsque sa grand-mère Indira est assassinée par ses gardes du corps sikhs en 1984 dans la résidence où la Première ministre vit avec toute sa famille, 20 ans lorsque son père Rajiv est tué dans un attentat suicide en 1991.

Traumatisée par ces morts violentes, sa mère d'origine italienne Sonia finit par se laisser convaincre de reprendre les rênes d'un Congrès moribond à la fin des années 1990. Elle le ramène aux responsabilités en 2004. Si elle refuse alors de devenir Première ministre, elle n'en gouvernera pas moins son pays dans l'ombre pendant une décennie.

Légataire d'une dynastie politique qui remonte à Motilal Nehru (1861-1931), le jeune Rahul a étudié dans les plus prestigieuses écoles d'Inde avant de fréquenter Harvard et Cambridge. Il a vécu un temps à Londres et travaillé en tant que consultant en management.

Il se jette dans la politique indienne en 2004 en se présentant dans le circonscription familiale d'Amethi, dans l'Uttar Pradesh (nord).

Le Congrès a fait de la lutte contre la pauvreté un des grands axes de sa campagne électorale. Il promet notamment un revenu minimum garanti pour 50 millions de foyers s'il remporte les législatives.

Rahul Gandhi "semble s'accrocher aux idées socialistes de sa grand-mère (Indira Gandhi) et ne réalise pas que les gens ont changé, même les pauvres ont changé", estime à cet égard le commentateur politique Parsa Venkateshwar Rao.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…