En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 754.08 PTS
-0.95 %
4 765.0
-0.57 %
SBF 120 PTS
3 776.40
-0.94 %
DAX PTS
10 740.89
-0.29 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.67 %
1.136
+0.14 %

Qui sont les électeurs de Bolsonaro ?

| AFP | 434 | Aucun vote sur cette news
Une partisane du candidat à la présidentielle brésilienne Jair Bolsonaro le 6 octobre 2018 à Brasilia
Une partisane du candidat à la présidentielle brésilienne Jair Bolsonaro le 6 octobre 2018 à Brasilia ( EVARISTO SA / AFP )

Exaspérés par la crise économique, les scandales de corruption et l'insécurité, des millions de Brésiliens devaient voter dimanche pour le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro, qui a particulièrement séduit les hommes diplômés, aux revenus élevés, ainsi que les évangéliques.

Dans toutes les couches sociales qui lui ont apporté leur soutien, les arguments sont les mêmes : il ramènera l'ordre pour protéger "les gens de bien" de la délinquance, il défendra les valeurs de la famille traditionnelle et c'est un homme politique "honnête", qu'aucun scandale de corruption n'a sali.

1. Le vote d'hommes diplômés, aux revenus élevés

"Bolsonaro fait un meilleur score chez les électeurs ayant de hauts revenus et un bon niveau d'études, que chez les pauvres. Il séduit aussi davantage les hommes que les femmes", explique à l'AFP le politologue, Jairo Nicolau, sur la base des tendances mises en lumière par les dernières enquêtes d'opinion.

Quelque 44% des personnes ayant une formation universitaire le soutiennent, selon l'un des derniers sondages réalisés par l'institut Datafolha.

Parmi les familles ayant des revenus inférieurs à deux salaires minimum, l'adhésion est de 22%, mais grimpe à 53% parmi ceux qui gagnent plus de cinq salaires minimum. Le salaire minimum s'élève au Brésil à 954 réais (environ 215 euros).

Pour le politologue, le candidat d'extrême droite est un "véritable phénomène électoral" car, s'il ne s'attire pas la sympathie des régions pauvres du Nordeste (un bastion de la gauche), il bénéficie d'un soutien "bien distribué" sur l'ensemble du territoire national.

2. La résistance des femmes ?

Environ 50% des Brésiliennes affirment qu'elles ne voteront jamais pour Bolsonaro, en raison vraisemblablement des nombreuses saillies machistes et misogynes qui ont émaillé ses 27 ans de mandat de député.

Considéré en début de campagne comme un foyer de résistance au candidat d'extrême droite, l'électorat féminin s'est toutefois montré perméable au discours de l'ex-capitaine de l'armée.

Les intentions de vote en sa faveur chez les femmes ont doublé au fil de la campagne.

Sur les réseaux sociaux, que Bolsonaro a largement utilisés pour sa campagne après avoir été poignardé pendant un bain de foule, le représentant d'extrême droite est considéré par beaucoup comme le seul candidat se souciant de la sécurité des femmes.

"Indépendamment des polémiques, nous savons que c'est un candidat sans casier judiciaire et cela va faire une différence", expliquait récemment à l'AFP Maria Aparecida, une professeure de 36 ans qui, outre "l'honnêteté" de Bolsonaro, apprécie ses propositions en matière de sécurité.

3- Le vote évangélique

L'autre frange de la population où Bolsonaro a engragé des voix est l'électorat évangélique, qui dans le plus grand pays catholique du monde représente près d'un tiers des habitants.

Environ 26% des fidèles des églises pentecôtistes ou néo-pentecôtistes le soutenaient selon un sondage du 22 août. Mais après une intense campagne des principaux dirigeants de ces églises en sa faveur, les intentions de vote pour le candidat d'extrême droite ont bondi à 42%.

"Bolsonaro est celui qui défend le mieux nos positions" contre l'avortement, la "théorie du genre", pour la défense de la famille traditionnelle, a expliqué à l'AFP Josimar da Silva, présidente du Conseil des pasteurs évangéliques du district fédéral.

A la veille du scrutin toutefois, il a adouci le ton, pour la première fois, à l'égard de la communauté homosexuelle. "Nous gouvernerons pour tout le monde, même pour les homosexuels, car il y en a qui sont pères, qui sont mères", a-t-il lancé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Après prise en compte du résultat semestriel, les capitaux propres part du Groupe au 30 septembre 2018 sont positifs et s'élèvent à 1 ME...

Publié le 18/12/2018

Le paiement en numéraire et/ou la livraison des actions seront effectués à compter du 15 février 2019...

Publié le 18/12/2018

Claude Tempé quitte ses fonctions. Sylvestre Blavet lui succède...

Publié le 18/12/2018

Cet ensemble de sociétés vend aux grandes surfaces de bricolage et grandes surfaces alimentaires en France et en Espagne une gamme très complète de robinetterie pour les salles de bain et les…

Publié le 18/12/2018

Tikehau Capital et Bpifrance entrent au capital de GreenYellow, via une augmentation de capital de 150 ME...