En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-
DAX PTS
10 865.77
-
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.131
+0.06 %

PS: Faure et Vallaud taclent DSK et ses commentaires "d'outre-tombe"

| AFP | 570 | Aucun vote sur cette news
Le porte-parole du groupe Nouvelle Gauche (PS) à l'Assemblée, Boris Vallaud, lors d'un discours à
Le porte-parole du groupe Nouvelle Gauche (PS) à l'Assemblée, Boris Vallaud, lors d'un discours à "La fête de la Rose", le 27 août 2017 à Frangy-en-Bresse ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP/Archives )

Des responsables socialistes ont attaqué lundi Dominique Strauss-Kahn, Boris Vallaud assimilant ses "commentaires" à des "voix d'outre-tombe" et Olivier Faure critiquant le "nihilisme" de l'ancien ministre, "guidé plus par la rancœur que par la raison".

L'ancien patron du FMI et ancien dirigeant socialiste avait affirmé samedi qu'il était "temps que le PS disparaisse". "Ce parti qui est le mien - et je le dis avec tristesse, mais c'est comme ça - n'a pas su accompagner la mondialisation, se transformer quand le monde se transformait", avait-t-il déclaré depuis Marrakech où se tenait la World Policy Conference.

"Je n'ai pas l'habitude de commenter les commentaires et en particulier quand c'est des voix d'outre-tombe", a répliqué Boris Vallaud sur France 2.

"C'est toujours gênant d'entendre des gens qui sont guidés plus par la rancœur que par la raison", a de son côté tancé le président du groupe Nouvelle gauche à l'Assemblée nationale, Olivier Faure, ajoutant: "si Dominique Strauss-Kahn n'a pas pu concourir à l'élection présidentielle, le Parti socialiste n'y est pas pour grand chose".

"Aujourd'hui, le voir éteindre la lumière en partant parce qu'il n'est plus lui-même dirigeant de ce parti, ça a quelque chose de très triste, parce que c'est une intelligence, un talent, et qu'il est aujourd'hui dans une forme de nihilisme qui est difficilement compréhensible", a regretté le député.

"Qui était le PS ces dernières années ? Qui a conduit le PS jusqu'ici ? Dominique Strauss-Kahn et d'autres. Donc voir cette génération expliquer que finalement elle a échoué, et que parce qu'elle a échoué on doit tout arrêter, ça a quelque chose de très difficile à comprendre", a-t-il critiqué.

Boris Vallaud a affirmé vouloir "faire le choix de la refondation" plutôt que "des funérailles"."Ce qui m'intéresse, c'est savoir ce que l'on fait après une défaite monumentale (...) et dont on peut se demander si ce n'est pas (la défaite) d'une offre politique, et de la social-démocratie, ce qui est bien plus grave".

"Le problème est peut-être que le Parti socialiste a accompagné la mondialisation, au lieu de se poser la question de ce tournant de la mondialisation, (...) de la réorganisation du capitalisme, qui a fait beaucoup de victimes, car ce qui a gagné dans la bataille politique et culturelle, c'est le néolibéralisme", a regretté M. Vallaud.

Devant des "mutations considérables" du monde du travail, "le grand sujet ce n'est pas la simplification du droit du travail c'est comment on crée des protections nouvelles", a-t-il jugé.

"Il faut une nouvelle génération, y compris sur cette question de la mondialisation, (...) mais on ne peut pas laisser pour acquis le fait que le néolibéralisme l'a emporté définitivement. Il y a eu des combats très difficiles au siècle passé contre le capitalisme, et si aujourd'hui nous avons un modèle qui (...) mêle à la fois l'économique et le social, c'est parce qu'il y a des femmes et des hommes qui ont choisi de se battre, et qui ont réussi à construire un rapport de force avec le capital pour imposer des droits", a de son côté expliqué Olivier Faure.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Vivendi invoque un "manque substantiel d'indépendance" de 5 administrateurs...

Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...