5 379.54 PTS
-
5 383.00
+0.17 %
SBF 120 PTS
4 281.93
-
DAX PTS
13 008.55
-
Dowjones PTS
23 526.18
-0.27 %
6 386.12
+0.00 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Premier ministre d'Irak, de "plus dur métier du monde" à "héros" populaire

| AFP | 180 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre Haider al-Abadi avec des généraux de l'armée irakienne et des forces du contre-terrorisme à Bagdad le 9 juillet 2016
Le Premier ministre Haider al-Abadi avec des généraux de l'armée irakienne et des forces du contre-terrorisme à Bagdad le 9 juillet 2016 ( Handout / IRAQI PRIME MINISTER'S OFFICE/AFP/Archives )

Arrivé au pouvoir il y a trois ans dans un pays déliquescent, le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a surpris les sceptiques en regonflant le moral des troupes, reprenant aux jihadistes de larges pans du pays et aux Kurdes des régions disputées.

Aujourd'hui, en tenue militaire ou en costume croisé, il annonce régulièrement des victoires et est même célébré comme l'homme providentiel sur les réseaux sociaux, longtemps ironiques à son encontre.

Cet fils de fonctionnaire, ancien ministre et parlementaire, semblait pourtant avoir hérité en 2014 d'une "mission impossible" quand il devint Premier ministre. "Le métier le plus dur du monde", selon Sajad Jiyad, qui dirige le centre de réflexion irakien al-Bayan.

Le groupe Etat islamique (EI) venait de s'emparer de près d'un tiers du territoire, l'armée était en débandade et les finances publiques grevées par la corruption et la chute des cours du pétrole.

A l'approche des élections législatives prévues au printemps 2018, ce musulman chiite né en 1952 dans un quartier cossu, mixte mais majoritairement chrétien de Bagdad, a relevé le défi.

L'air bonhomme et avenant, cet homme chauve et râblé a remobilisé des dizaines de milliers d'hommes avec l'aide de formateurs étrangers venus pour reconstituer une force irakienne à même d'en finir avec l'EI.

- 'Parle peu, agit beaucoup' -

Sous son commandement, les forces irakiennes ont chassé les jihadistes de plus de 90% des territoires qu'ils avaient conquis et même repris le contrôle de zones dont les pershmergas s'étaient emparés hors des frontières de leur région autonome du Kurdistan (nord de l'Irak).

Une opération que ce diplômé d'ingénierie de l'université anglaise de Manchester a récemment expliqué dans une longue tribune au quotidien New York Times.

Des Irakiens fêtent à Bagdad la
Des Irakiens fêtent à Bagdad la "libération" de Mossoul annoncée par le gouvernement de Haider al-Abadi, le 9 juillet 2017 ( SABAH ARAR / AFP/Archives )

Aujourd'hui, sur les réseaux sociaux et dans la rue où il était jugé à son arrivée "indécis, faible et trop conciliant pour la scène politique irakienne", selon Fanar Haddad, chercheur au Middle East Institute, certains voient en lui le nouveau leader que l'Irak attendait.

"Vous voulez que je vous reprenne le Koweït?", s'amuse même un photomontage largement partagé au lendemain de l'avancée irakienne face aux Kurdes, en référence à l'invasion du pays voisin menée par l'ex-dictateur Saddam Hussein en 1990.

L'homme, également connu sous son surnom "Abou Youssour", ne s'est pas seulement illustré sur le plan militaire.

Face à des Irakiens remontés contre des années de gabegie de l'Etat, il peut égrener la liste des responsables épinglés pour des détournements se comptant en millions de dollars.

La politique des petits pas, menée sans coup d'éclat par ce cadre du parti Daawa --le plus ancien mouvement d'opposition à Saddam Hussein--, a porté ses fruits, si l'on en croit les commentaires des 2,5 millions d'abonnés de sa page Facebook.

"C'est le meilleur Premier ministre de l'Histoire de l'Irak, il parle peu, mais agit beaucoup", affirme l'un d'eux. C'est un "héros", assurent de nombreux autres.

"Son calme, ses manières conciliantes et son ouverture au dialogue avec un large spectre d'acteurs marquent un fort contraste avec son prédécesseur" Nouri al-Maliki, accusé par ses détracteurs d'autoritarisme et de sectarisme confessionnel, explique M. Haddad à l'AFP.

Au cours de ses longues années d'exil à lutter contre le dictateur déchu en 2003, M. Abadi a noué des liens avec d'autres leaders, notamment kurdes. Ses deux frères ont été exécutés pour leur opposition à Saddam.

- Entre Ryad et Téhéran -

Très ancré dans Daawa et le militantisme chiite, il a toutefois, fait rare en Irak où les tensions confessionnelles restent latentes, réussi à être apprécié d'une partie de la minorité sunnite, note M. Jiyad. Selon lui, de récents sondages indiquent que "plus de 75% des Irakiens" approuvent sa politique.

Le Premier ministre Haider al-Abadi reçu à Paris par le président français Emmanuel Macron, le 5 octobre 2017
Le Premier ministre Haider al-Abadi reçu à Paris par le président français Emmanuel Macron, le 5 octobre 2017 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Il a aussi fini par séduire à l'étranger, des diplomates à Bagdad le décrivant comme un interlocuteur ayant su s'imposer auprès de tous.

M. Abadi est parvenu à "positionner l'Irak sur la scène internationale", affirme M. Jiyad, en ménageant des alliés parfois ennemis.

Il a ainsi réussi la périlleuse mission de reprendre langue avec Ryad, sans froisser Téhéran. Un pas "impensable sous son prédécesseur", souligne M. Haddad.

Mais, "il y a des limites à ce qu'il peut faire", affirme le spécialiste, citant entre autres les plus de trois millions d'Irakiens déplacés, la question kurde, les réformes économiques et des services de sécurité. "Ces défis titanesques dépassent le contrôle d'un seul acteur", affirme l'expert.

"Une sorte de culte monte autour de M. Abadi", et le danger serait "qu'il prenne la grosse tête. En 2008-2009, M. Maliki était dans la même position".

Quelques années plus tard, lâché par ses alliés américains, iraniens et des membres de son propre parti, mais aussi rendu responsable de la percée de l'EI et des tensions avec les sunnites, M. Maliki, abdiquait au profit de Haider al-Abadi.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

La famille Le Cottier, principal actionnaire de Lexibook avec 33% du capital - Aymeric Le Cottier est le président du Directoire du groupe - a annoncé qu'elle exercera aujourd'hui ses BSAR (bons de…

Publié le 24/11/2017

Engie Ineo, en groupement avec NHV, a remporté un contrat de services d'entretien et de réparation portant sur le maintien en condition opérationnelle (MCO) d'une flotte d'hélicoptères Dauphin N…

Publié le 24/11/2017

Laurent-Perrier a vu son bénéfice net part du groupe chuter de 23,9% au premier semestre, clos fin septembre, pour atteindre 7,9 millions d'euros. Il est fortement impacté par une charge…

Publié le 24/11/2017

SCBSM dévoile au titre de son premier trimestre 2017-2018 des revenus locatifs des actifs stabilisés de 3,9 millions d'euros, en hausse de de +5,1%...

Publié le 24/11/2017

Paragon ID (ASK), spécialiste de identification dédié aux marchés de l'e.ID, du Transport & Smart Cities, a enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 27,4 millions d'euros au premier…

CONTENUS SPONSORISÉS