Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 616.35 PTS
-
6 627.0
-
SBF 120 PTS
5 185.72
-
DAX PTS
15 673.64
-0.13 %
Dow Jones PTS
34 393.75
-0.25 %
14 128.20
+0.93 %
1.212
-0.01 %

Premier feu vert de l'Assemblée à un texte pour concilier numérique et environnement

| AFP | 311 | 3 par 3 internautes
Tas de téléphones destinés à être reconditionnés sur le site de l'entreprise Remade, lors d'un conflit social en décembre 2019 sur le site de Poilley
Tas de téléphones destinés à être reconditionnés sur le site de l'entreprise Remade, lors d'un conflit social en décembre 2019 sur le site de Poilley ( Damien MEYER / AFP/Archives )

L'Assemblée nationale a approuvé jeudi à l'unanimité un texte visant à concilier développement du numérique et environnement, après un compromis sur une redevance pour les smartphones d'occasion, objet de vives tensions entre mondes de la culture et de l'industrie.

Les députés ont validé en première lecture en fin de soirée la proposition de loi sur "la réduction de l'empreinte environnementale du numérique" par 40 voix pour et aucune contre. Le texte doit maintenant retourner au Sénat, d'où il provient à l'origine.

Ce compromis, issu d'amendements du gouvernement et de la majorité, prévoit que les téléphones d'occasion reconditionnés seront soumis à la "rémunération pour copie privée" (RCP), mais à un taux "spécifique et différencié" par rapport aux appareils neufs, tenant compte notamment de leur ancienneté.

Les entreprises du secteur social et solidaire spécialisées dans ce reconditionnement en seront quant à elles exemptées, un point sensible pour de nombreux députés.

La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, s'est félicitée d'une "solution gagnant-gagnant" pour les artistes et la filière économique.

Le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O à l'Assemblée nationale le 25 mai 2021
Le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O à l'Assemblée nationale le 25 mai 2021 ( Alain JOCARD / AFP/Archives )

La perspective de voir cette loi exonérer les téléphones portables reconditionnés de cette redevance avait provoqué un tollé dans le monde culturel, qui y a vu une possible brèche dans un dispositif important de soutien aux artistes.

Créée en 1985, cette redevance s'applique aux fabricants d'appareils permettant de copier des oeuvres culturelles.

La RCP a généré 273 millions d'euros - l'équivalent de 7% du budget du ministère de la Culture - en 2020 au profit des ayants droit et de projets culturels comme les festivals.

A l'inverse, les entreprises du secteur souhaitaient cette exemption, estimant que cette redevance, si elle était pérennisée dans la loi, pourrait casser le dynamisme d'une filière fortement créatrice d'emplois, notamment dans l'économie solidaire.

Le secteur du reconditionnement a représenté 15% des ventes de téléphones en France en 2020.

La proposition de loi émane à l'origine du Sénat, qui l'a déjà approuvée en première lecture.

Mais plusieurs sénateurs, dont le rapporteur du texte Guillaume Chevrollier, ont publié jeudi dans le JDD une tribune réclamant avec vigueur l'exonération de cette redevance pour les appareils de seconde main, laissant augurer de nouveaux débats sur ce point en deuxième lecture à la chambre haute.

"Angle mort"

Un travailleur indien assemble un téléphone mobile dans une usine à Noida, en août 2019
Un travailleur indien assemble un téléphone mobile dans une usine à Noida, en août 2019 ( Sajjad HUSSAIN / AFP/Archives )

La proposition comprend de nombreuses mesures visant en particulier à soutenir le recyclage et le réemploi des appareils numériques (smartphones, ordinateurs, tablettes etc.) pour réduire leur impact sur l'environnement.

"Il ne faut pas opposer deux transitions (écologique et numérique) mais faire en sorte qu'elles se nourrissent", a plaidé dans l'hémicycle le secrétaire d'Etat au Numérique, Cédric O.

"Angle mort des politiques environnementales", la pollution numérique "va s'imposer comme une problématique centrale des prochaines années", a souligné le rapporteur au Palais Bourbon, Vincent Thiébaut (LREM).

Selon les travaux d'une mission d'information sénatoriale, si rien n'est fait, le numérique serait à l'horizon 2040 à l'origine de 24 millions de tonnes équivalent carbone, soit environ 7% des émissions de la France, contre 2% aujourd'hui.

Smartphones, tablettes et autres ordinateurs seraient responsables de près de 70% de l'impact du numérique.

Le texte propose notamment la création d'un "observatoire des impacts environnementaux du numérique" afin d'établir des données plus précises sur cette problématique complexe.

Car s'ils sont énergivores et soumis à un renouvellement rapide, les appareils numériques permettent aussi de remplacer des déplacements encore plus générateurs de CO2.

Le texte veut inciter enfants, étudiants et professionnels à la "sobriété numérique" ou encore promouvoir des centres de données et réseaux moins gourmands en électricité.

Parmi les autres mesures proposées: renforcer la lutte contre l'obsolescence programmée des logiciels.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 juin 2021

CODE OFFRE : FLASH21

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : FLASH21 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/06/2021

EDF a demandé une réunion du CA de la joint venture propriétaire et exploitant de cette centrale, dont le groupe français détient 30%.

Publié le 14/06/2021

Au 31 mars, Avenir Telecom disposait d'une trésorerie de 16,2 ME pour un endettement financier de 3,3 ME...

Publié le 14/06/2021

Le produit expérimental mdc-STM vise à réduire la transmission du paludisme, en tuant les moustiques porteurs de la maladie...

Publié le 14/06/2021

Nomination de Claire Valencony au Comité de Direction...

Publié le 14/06/2021

Amundi lance l'augmentation de capital réservée aux salariés sous le nom We Share Amundi...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne