En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.141
-0.08 %

Prélèvement à la source: victorieux, Gérald Darmanin n'a plus droit à l'erreur

| AFP | 287 | Aucun vote sur cette news
Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, sortant du Conseil des ministres qui s'est tenu au Palais de l'Élysée le 5 septembre 2018.
Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, sortant du Conseil des ministres qui s'est tenu au Palais de l'Élysée le 5 septembre 2018. ( ludovic MARIN / AFP )

Il défendait la réforme depuis des mois, par pragmatisme autant que par conviction: le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin se retrouve conforté par le maintien du prélèvement à la source, mais se sait attendu en cas de "bug" technique.

"Je serai le ministre qui fera l'impôt à la source", répétait à l'envi l'ancien maire de Tourcoing, chargé par Emmanuel Macron de mener à bien cette réforme délicate. "Sur le plan purement technique, nous sommes prêts et c'est ma responsabilité d'y veiller".

Un discours de fermeté à mille lieues du message véhiculé par Emmanuel Macron, qui a laissé transparaître ses hésitations en estimant avoir "besoin d'une série de réponses très précises" pour "être sûr" de ce que vivront les Français avec cette réforme.

Prudence ou défiance? "Le président de la République s'est posé des doutes sérieux, mais ce sont des doutes qui font avancer", a jugé mercredi sur France Info le ministre des Comptes publics, refusant de parler de "victoire" après la décision de l'Elysée.

Pour l'ancien coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy, qui a multiplié depuis janvier les entretiens et les visites de terrain pour faire la pédagogie de la réforme, un abandon ou un report aurait pourtant sonné comme une humiliation.

"Je sers le président et sa politique. Soit je le convaincs, et il fera l'impôt à la source, soit je ne le convaincs pas, et ce sera une erreur du ministre", avait d'ailleurs reconnu lundi le locataire de Bercy.

Le maintien de l'impôt à la source, dans ce contexte, constitue un succès personnel pour ce proche d'Edouard Philippe. Ce succès lui permet de soigner son image d'élu pugnace, capable de défendre ses dossiers.

"La décision de L'Elysée lui a permis de conforter sa position au sein de la majorité comme à Bercy. Il s'est fait le porte-parole de la fiabilité de ses services", analyse Pascal Perrineau, politologue au Cevipof.

"C'est une réforme qu'il a défendue bec et ongles. Pour lui, l'annonce d'Edouard Philippe est forcément un soulagement", abonde une source gouvernementale, pour qui Gérald Darmanin -- en montant en première ligne -- a toutefois "pris un risque".

- "Attendu au tournant" -

Qu'adviendra-t-il en cas de problème technique fin janvier, lorsque les contribuables verront arriver leur feuille de paye leur salaire net amputé de l'impôt sur le revenu? Interrogé par l'AFP, le principal intéressé s'est voulu rassurant mardi soir.

"On aura ici ou là des petites difficultés en janvier prochain, c'est normal", mais "il n'y aura pas de bug systématique", a déclaré l'élu, souvent loué au sein de la majorité pour son "sens politique".

Le débat, cependant, n'est pas complètement clos. "Il essaye de se rassurer lui-même", juge Alexandre Derigny, de la CGT Finances publiques, qui reste "objectivement inquiet" pour l'entrée en vigueur de la réforme.

"Darmanin a montré ses biscotos, c'était une façon pour lui de s'affirmer. Mais nous, on a des informations très différentes sur l'état du futur dispositif, et qui ne sont pas rassurantes. On va vers un naufrage fiscal", maintient le responsable syndical.

Pour le ministre, qui a fait adopter cet été son projet de loi sur le droit à l'erreur, une telle perspective serait forcément compliquée à gérer politiquement parlant -- quand bien même la décision de maintenir la réforme a été prise collectivement.

"Je pense que l'hésitation de Macron visait sans doute à atténuer ou détourner les critiques, par exemple sur Darmanin, si en effet les choses se passaient mal", estime Chloé Morin, politologue à l'institut Ipsos.

"Mais in fine le Président est toujours responsable de tout aux yeux des Français, et c'est bien lui qui a validé la décision", ajoute-t-elle.

"Gérald Darmanin est attendu au tournant, mais comme l'ensemble du gouvernement", abonde la source gouvernementale, qui se veut rassurant sur la capacité de l'exécutif à gérer les interrogations qui pourraient survenir.

"Le débat qu'on a eu cette semaine a servi à mettre la question du prélèvement à la source sur le devant de la scène. Du coup, les enjeux sont à présent connus".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/11/2018

La ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault à l'Assemblée nationale, le 24 octobre 2018 à Paris ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )Emmanuel Macron a écrit à "tous les maires"…

Publié le 18/11/2018

La Première ministre britannique Theresa May quitte le 10, Downing Street, le 16 novembre 2018, à Londres ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )La Première ministre britannique, Theresa May,…

Publié le 18/11/2018

Des militants de l'organisation altermondialiste Attac se sont rassemblés le 18 novembre 2018 devant l'Apple Store sur les Champs-Élysées, pour dénoncer les pratiques d'évasion fiscale de…

Publié le 18/11/2018

Le député communiste du Nord Fabien Roussel s'exprime lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris, le 3 avril 2018 ( Thomas Samson / AFP/Archives )Ian Brossat, tête de…

Publié le 18/11/2018

Donald Trump constate l'ampleur des dégâts à Paradise, le 17 novembre 2018, aux côtés de la maire de la petite ville californienne, Jody Jones ( SAUL LOEB / AFP )Fumée épaisse, maisons en…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…