Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 792.79 PTS
+1.57 %
5 808.00
+1.91 %
SBF 120 PTS
4 580.28
+1.57 %
DAX PTS
14 012.82
+1.64 %
Dow Jones PTS
31 535.51
+1.95 %
13 282.95
+2.89 %
1.204
-0.23 %

Précarité étudiante: les protections périodiques bientôt gratuites

| AFP | 413 | 3 par 4 internautes
La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal s'adresse à des étudiants à Poitiers, le 23 février 2021
La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal s'adresse à des étudiants à Poitiers, le 23 février 2021 ( GUILLAUME SOUVANT / AFP )

Empêtrée dans une polémique sur l'islamo-gauchisme, Frédérique Vidal a remis mardi la question des étudiants au centre des débats en annonçant que les protections périodiques seraient bientôt gratuites pour toutes, une mesure supplémentaire de lutte contre la précarité des jeunes.

Dans les prochaines semaines, les résidences universitaires des Crous et les services de santé universitaires seront équipés en distributeurs de protections hygiéniques, a annoncé Mme Vidal lors d'une rencontre à Poitiers avec des étudiants. "On vise 1.500 distributeurs et une gratuité complète à la rentrée de septembre", a-t-elle ajouté.

Les protections périodiques seront gratuites à la rentrée prochaine pour toutes les étudiantes
Les protections périodiques seront gratuites à la rentrée prochaine pour toutes les étudiantes ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Un objectif "ambitieux" mais réaliste, selon elle, pour une mesure "pérenne" dont le coût est estimé autour de 15 millions par an et qui s'accompagnera d'une campagne de communication.

Ces protections seront "respectueuses de l'environnement", précise le ministère.

Cette annonce intervient alors que la ministre est apparue fragilisée ces derniers jours, après la polémique suscitée par sa demande d'une enquête sur "l'islamo-gauchisme" à université, confiée au CNRS (Centre national de la recherche scientifique).

Plus de 600 universitaires (enseignants, chercheurs...) ont réclamé sa démission.

Des étudiants manifestent à l'occasion de la visite de la ministre de l'Enseignement supérieur à Poitiers, le 23 février 2021
Des étudiants manifestent à l'occasion de la visite de la ministre de l'Enseignement supérieur à Poitiers, le 23 février 2021 ( GUILLAUME SOUVANT / AFP )

Mardi, non loin de la préfecture de Poitiers où se tenait le débat, une centaine d'étudiants et de lycéens se sont brièvement rassemblés en criant "Vidal démission".

Semblant pressée de tourner la page de ce "procès d'intention", la ministre assure "défendre la liberté de la recherche depuis toujours" et rappelle que sa "priorité", "ce sont les étudiants".

La gratuité des protections périodiques dans l'enseignement supérieur a été décidée après un travail de concertation entre la ministre et différents acteurs: parlementaires, organisations étudiantes représentatives, ou encore l'association Règles Elémentaires.

Un tiers des étudiantes aurait besoin d'aide pour pouvoir acheter des protections périodiques, selon une étude réalisée par l'Association fédérative des étudiants de Poitiers, l'Association nationale des étudiants sages-femmes et la Fage en février.

En novembre, l’Ecosse est devenue le premier pays à mettre à disposition des protections périodiques dans tous les bâtiments publics.

"Plan d'urgence"

Jusqu'à présent en France, des initiatives existaient mais restaient souvent locales. Début février, la région Ile-de-France a ainsi annoncé que les facs et les résidences étudiantes sur son territoire seraient bientôt équipées en distributeurs gratuits de protections périodiques bio.

Cette mesure s'ajoute à d'autres, prises en faveur des jeunes, durement touchés par la crise sanitaire. En janvier, Emmanuel Macron avait annoncé la création d'un "chèque psy" pour les étudiants, une prise en charge inscrite dans un parcours de soins.

Ce "chèque psy" a concerné la première semaine de février 1.200 étudiants, puis 2.000 étudiants par semaine, selon Mme Vidal.

Le chef de l'Etat avait aussi annoncé la mise en place de deux repas par jour à un euro dans les restos U pour tous les étudiants, pas seulement les boursiers.

Des avancées "insuffisantes" aux yeux d'organisations comme l'Unef, qui réclame un "plan d'urgence" d'1,5 milliard d'euros, en commençant par une hausse immédiate des bourses et des APL (aides personnalisées au logement) et la mise en place d'un filet de sécurité sociale pour l'ensemble des étudiants.

"Nous avons doublé le montant des aides d'urgence; tout étudiant qui en a besoin peut obtenir une première aide de 500 euros", a aussi rappelé Frédérique Vidal mardi, interpellée à plusieurs reprises sur le sujet de la précarité.

La ministre s'est en revanche montrée défavorable à l'idée, réclamée par plusieurs organisations de jeunesse, d'introduire un RSA (revenu de solidarité active) pour les jeunes de moins de 25 ans en recherche d’emploi.

"Le fond de ma pensée, c'est que ce n'est même pas ce que souhaitent forcément les étudiants", a confié Mme Vidal.

Plusieurs syndicats étudiants et organisations politiques de gauche appellent à une nouvelle mobilisation de la jeunesse le 16 mars en France pour obtenir de nouvelles mesures contre la précarité.

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 01/03/2021

Le redressement de l'activité du Groupe Encres Dubuit au cours du second semestre 2020 n'a pas été suffisant pour atténuer les pertes du 1er semestre...

Publié le 01/03/2021

Ekpo Fuel Cell Technologies, la coentreprise entre ElringKlinger (60%) et Plastic Omnium (40%), est désormais opérationnelle. Le management de la société commune est assuré par 3 directeurs…

Publié le 01/03/2021

La FDA a donné son feu vert à la mise sur le marché en urgence du vaccin de J&J contre le Covid-19, qui a pour avantage de ne nécessiter qu'une seule injection.

Publié le 01/03/2021

Le montant et les détails financiers de l'opération ne sont pas divulgués...

Publié le 01/03/2021

Avec plus de 50 sessions, 80 leaders d'opinion et des milliers de participants, l'événement OTT Summit USA 2021 se concentre sur 3 thèmes principaux : la stratégie, le contenu et la technologie...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne