En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 615.51 PTS
+0.24 %
5 613.50
+0.21 %
SBF 120 PTS
4 431.20
+0.21 %
DAX PTS
12 372.61
-0.06 %
Dowjones PTS
27 023.01
-0.20 %
7 855.17
+0.04 %
1.106
+0.58 %

Pour un portrait de Macron, des militants prêts à risquer la prison

| AFP | 299 | Aucun vote sur cette news
Portait renversé du président Macron lors d'une manifestation le 25 août 2019 à Bayonne
Portait renversé du président Macron lors d'une manifestation le 25 août 2019 à Bayonne ( GEORGES GOBET / AFP )

"On n'a plus le temps d'attendre" : Comme Cécile et Pauline, des militants écologistes ont fait le choix "conscient" de risquer un procès et la prison en décrochant de mairies des portraits d'Emmanuel Macron, dont certains ont été exhibés dimanche à Bayonne pour protester contre le G7.

Sept des 128 portraits que les organisateurs revendiquent avoir "décrochés" dans le cadre d'une campagne de désobéissance civile depuis février ont été brandis lors d'une marche "non violente", organisée par les mouvements alternatifs et écologistes ANV COP 21, Alternatiba et Bizi pour dénoncer "la politique climaticide" du président de la République.

Parmi les militants présents à Bayonne, Pauline Boyer, 36 ans, assure avoir décroché le portrait d'Emmanuel Macron dans la mairie du 5e arrondissement de Paris, le 21 février.

Venue avec un groupe d'une quinzaine de militants "pacifiques" du mouvement Action non-violente ANV COP21", à visages découverts, cette ancienne employée de l'industrie pharmaceutique raconte être "entrée pacifiquement dans les locaux" et "s'être dirigée directement dans la salle de mariage pour décrocher le portrait".

Le 11 septembre, elle sera jugée devant la XVIe chambre correctionnelle du TGI de Paris avec d'autres militants. "Un procès? ce n'est pas anodin c'est même stressant, mais c'est nécessaire car nous n'avons plus le temps d'attendre", dit-elle, même si elle trouve tout cela "surréaliste et hallucinant".

Elle s'est engagée quatre ans auparavant pour le climat : "c'est à ce moment que j'ai compris qu'il fallait parler de notre avenir en faisant des actions salutaires", explique Pauline, devenue aujourd'hui salariée du "mouvement citoyen" Alternatiba.

Quelques semaines après son action à Paris, elle a passé neuf heures en garde à vue, "une journée pas très agréable..."

Pauline "savait qu'elle risquait d'être poursuivie pour vol en réunion", encourant ainsi cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

"Pas là pour rigoler"

Depuis le début du mouvement "Décrochons Macron", 152 personnes ont été auditionnées et 94 placées en garde à vue. 74 perquisitions ont eu lieu et 57 procès sont prévus, détaillent les organisateurs de la campagne.

Comme Pauline, Cécile Marchand, salariée de l'ONG Les Amis de la Terre, a participé à des "décrochages", dans les mairies des 3e, 4e et 5e arrondissements de Paris, et sera jugée le 11 septembre.

"Les actions se sont toutes passées dans le calme car nous les avons menées pacifiquement". Une fois seulement, un "vigile s'est interposé" mais "nous avons quand même pu prendre le portrait", raconte la jeune femme de 24 ans, originaire de Roubaix (Nord).

Quelques jours après, "on s'est retrouvé dans le bureau de la brigade antiterroriste alors que nous n'avions fait que de la désobéissance civile", s'offusque Cécile, qui avait déjà participé à des actions de ce type, dans des banques ou devant des tours à La Défense.

Pour le procès, la jeune femme sait qu'elle "ne sera pas là pour rigoler" et appréhende "l'exposition médiatique et personnelle" mais estime qu'elle n'avait pas "d'autre choix".

Elle explique que son "discours a beaucoup évolué" depuis le début de son engagement : "J'ai pris conscience qu'il fallait agir plus fermement et prôner des mesures plus drastiques".

Elodie Nace, porte-parole d'Alternatiba, a elle aussi "décroché" un portrait de Macron. C'était à Irissary (Pyrénées-Atlantique), près de Biarritz, juste avant le début du G7. "On connaît les risques mais on les assume, on mène nos actions à visage découvert", revendique la militante.

Le 12 juin, lors du premier procès de "décrocheurs", six militants avaient écopé d'amendes, ferme ou avec sursis. Condamnations dont le parquet a fait appel. Le 26 juin, trois autres militants ont été relaxés à Strasbourg. Selon Elodie Nace, 15 autres procès de ce type sont prévus.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/09/2019

Un profit opérationnel de 1 ME...

Publié le 17/09/2019

Sous-performance des récoltes précoces

Publié le 17/09/2019

Visiativ a dégagé au premier semestre une perte nette de 3,5 millions d’euros contre une perte de 3,6 millions un an plus tôt. Le résultat d’exploitation ressort pour sa part à 1 million…

Publié le 17/09/2019

Le groupement Balfour Beatty VINCI SYSTRA a annoncé la signature du contrat pour la construction et la livraison de la gare Old Oak Common de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) HS2, pour 1 milliard de…

Publié le 17/09/2019

La technologie de membrane de GTT a été choisie pour la conception de six éthaniers de grande capacité (VLEC1), construits par les chantiers navals coréens Hyundai Heavy Industries (HHI) et…