En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Pour succéder à Ferrand à la tête des députés LREM, pas d'évidence

| AFP | 201 | Aucun vote sur cette news
Richard Ferrand donne une conférence de presse à Tours, le 11 septembre 2018
Richard Ferrand donne une conférence de presse à Tours, le 11 septembre 2018 ( GUILLAUME SOUVANT / AFP )

A la recherche du "mouton à cinq pattes" : les candidatures risquent de se bousculer sans qu'aucune ne s'impose vraiment à la tête des députés macronistes, après le départ mercredi de Richard Ferrand pour le perchoir de l'Assemblée.

"Le job est compliqué, avec un gros volet RH, et une dimension sacrificielle aussi", d'après Jean-Baptiste Djebbari, à l'unisson de ses collègues qui évoquent une fonction "ingrate" de "gestion des ambitions et des conflits", comme sous toutes les législatures.

Pourtant, l'enjeu est de taille. Le président du groupe majoritaire est un rouage essentiel pour le pouvoir : il doit garantir le vote des textes dans l'hémicycle, éviter les dissonances, et donner de l'impulsion en phase avec le gouvernement.

Il s'agit aussi ici d'animer un collectif d'un an d'âge et de 312 membres, tantôt perçus comme "godillots", tantôt traversés par des débuts de fronde.

"Jamais nous n'avons fait défaut, jamais nous ne ferons défaut", a lancé mardi Richard Ferrand au Premier ministre, invité avec plusieurs membres du gouvernement du séminaire de rentrée parlementaire LREM à Tours.

Officiellement, l'exécutif ne se mêle pas de cette élection interne, conséquence du jeu de chaises musicales depuis l'entrée de l'ex-président de l'Assemblée François de Rugy au gouvernement. Les députés "marcheurs" choisiront "librement" en fonction "des "compétences et de l'engagement", assure le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, évacuant la question d'un homme ou d'une femme, sur l'échiquier très masculin de la macronie.

"Il faut quelqu'un capable de rassembler un groupe susceptible de se fracturer, de mobiliser les troupes, et aussi qui connaisse bien les mécanismes de l'Assemblée et ait de la surface médiatique", énumère une source parlementaire.

C'est pourquoi "il n'y a pas de profil qui s'impose à tous", reconnaît la députée Marie Guévenoux, issue de la droite. "Difficile de succéder à Richard (Ferrand) qui avait une légitimité et une autorité supérieures à qui que ce soit", renchérit son collègue Pierre Person, de sensibilité de gauche.

Après l'investiture haut la main lundi du député du Finistère pour la présidence du Palais Bourbon, les modalités du prochain vote des députés LREM ont été tranchées dès mardi matin.

- "Autorégulation" -

Le dépôt des candidatures sera ouvert à partir de mercredi 20H00 et pour 24 heures. Il n'y a pas de parrainages nécessaires, et les binômes sont proscrits. Le vote aura lieu mardi prochain.

Alors que de nombreux noms circulent depuis plusieurs jours, la députée de Paris Laetitia Avia a été la première à se déclarer mardi. "Etant ni de gauche ni de droite, et issue de la société civile, mon positionnement est avant tout celui d’une +marcheuse+", fait valoir celle qui est également cadre dirigeante du parti LREM.

Parmi les autres prétendants possibles : les porte-parole du groupe Aurore Bergé (ex-LR) et Gabriel Attal, la présidente de la commission des Affaires sociales Brigitte Bourguignon (ex-PS) et encore celui des Affaires économiques Roland Lescure.

Défaits lundi dans la compétition pour le perchoir, Barbara Pompili, Cendra Motin et Philippe Folliot n'ont pas l'intention de concourir à nouveau.

En réunion à huis clos mardi matin, les députés sont convenus d'une "autorégulation" pour éviter "pléthore de candidatures", selon plusieurs participants.

"C'est l'intérêt du groupe" dans un contexte de rentrée compliqué, et "il faudra bien retravailler demain ensemble", explique une de ses figures.

Avant l'examen à l'Assemblée d'un série de textes aux enjeux économiques et sociaux (Pacte sur les entreprises, lutte contre la fraude, budgets...), Edouard Philippe a exhorté les parlementaires à sortir du "tourbillon de l'actualité" pour se "consacrer à l'essentiel", le programme des réformes.

Le chef du gouvernement leur a aussi demandé de "rester" eux-mêmes en vue d'"une année de bagarre", notamment avec les élections européennes. Richard Ferrand a promis que "l'an II sera un grand cru".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 22/09/2018

Rod Rosenstein, le numéro 2 de la Justice, à Washington, le 18 septembre 2018 ( SAUL LOEB / AFP )Donald Trump faisait face vendredi à une nouvelle polémique explosive sur sa capacité à…

Publié le 21/09/2018

La déception des joueurs de Monaco après le match nul concédé face à Nîmes, le 21 septembre 2018 au stade Louis-II ( VALERY HACHE / AFP )Monaco n'y arrive pas! L'équipe de la Principauté a…

Publié le 21/09/2018

Défilé Antonio Marras, le 21 septembre 2018 à Milan ( Andreas SOLARO / AFP )Antonio Marras a présenté vendredi à l'occasion de la semaine de la mode de Milan une collection qui poursuit sa…

Publié le 21/09/2018

Les concerts de Médine prévus les 19 et 20 octobre au Bataclan, objets d'une intense polémique, sont annulés et reportés au 9 février 2019 au Zénith ( PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives )Objet…

Publié le 21/09/2018

Selon le président du Medef départemental, en Mayenne 50% des offres d'emplois ne sont pas pourvues ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP/Archives )Avec un taux de chômage de 5,8%, second parmi les…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…