Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 169.41 PTS
+0.06 %
6 190.50
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 860.69
-0.01 %
DAX PTS
15 234.16
+0.21 %
Dow Jones PTS
33 800.60
+0.89 %
13 845.06
+0.63 %
1.190
-0.01 %

Pour ses cinq bougies, La République en marche en quête de souffle

| AFP | 351 | 4 par 9 internautes
Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, le 6 avril 2016 à Amiens
Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, le 6 avril 2016 à Amiens ( FRANCOIS LO PRESTI / POOL/AFP/Archives )

Cinq ans après la création d'En marche !, la machine du candidat Macron affiche un bilan en demi-teinte: le parti présidentiel a échoué à devenir un vaste mouvement transversal, mais il entend prendre du galon lors de la campagne de 2022.

Un "meeting virtuel" pour marquer le coup et... c'est tout: l'anniversaire de LREM sera sobre, mardi, loin de la fougue du 6 avril 2016 à Amiens, lorsqu'Emmanuel Macron avait lancé En marche !, "un truc, un mouvement de jeunesse", tel que l'avait minimisé le ministre de l'Economie d'alors à son patron, le président François Hollande.

Devenu le premier parti de France par sa fortune (23 millions d'euros), voire par son nombre d'adhérents (420.000 revendiqués, mais sans cotisation), La République en marche a depuis connu les splendeurs des législatives puis les misères des municipales, avant des régionales redoutées en juin prochain a priori.

"Oui, on n'est pas ancré dans les territoires", reconnaît l'un de ses porte-parole, le député Roland Lescure, "mais nous avons une capacité à porter les forces militantes, une dynamique et une agilité qu'on peut nous envier et qui peut nous permettre de survivre aux élections".

Cinq ans après la création d'En marche !, la machine du candidat Macron affiche un bilan en demi-teinte
Cinq ans après la création d'En marche !, la machine du candidat Macron affiche un bilan en demi-teinte ( GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives )

La République en marche n'est pourtant pas devenue ce qu'elle entendait être: le rêve d'un grand parti démocrate à l'américaine s'est évanoui au lendemain du triomphe d'Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017. "Lorsqu'on change de nom en passant d'En marche ! à La République en marche, c'était déjà pour devenir une grande plate-forme de toute la majorité. Mais le MoDem a refusé de se dissoudre...", rappelle l'un de ses cadres.

Le grand mouvement autoproclamé "central", qui devait réunir centre gauche et centre droit, a depuis régulièrement étalé ses divergences, du RSA pour les moins de 25 ans aux questions de laïcité, en même temps qu'il a vu une quarantaine de ses députés quitter le navire, alors que les contours du "progressisme" macronien peinent toujours à être définis.

"Tous les partis sont traversés par des oppositions", balaie un membre du gouvernement, qui observe que "nous, nous n'avons pas de frondeurs: personne ne remet en cause la parole et les actes du président de la République".

Corrida et LGBT

Régulièrement promise à une disparition imminente, La République en marche est en outre parvenue à se survivre et demeure au centre du jeu avec ses partenaires du MoDem, d'Agir et des sociaux-démocrates de Territoires de progrès (emmenés par les ministres Jean-Yves Le Drian et Olivier Dussopt, tous deux ex-PS), notamment dans la constitution des listes de la majorité aux régionales.

Le délégué général de LREM Stanislas Guerini le 27 octobre 2020 à Paris
Le délégué général de LREM Stanislas Guerini le 27 octobre 2020 à Paris ( Ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives )

Son "bureau exécutif", le gouvernement du parti, doit être renouvelé en juillet, ce qui pourrait donner lieu à une remise en jeu du mandat de son délégué général, Stanislas Guerini, peu connu du grand public.

Reste à déterminer à quoi peut servir LREM dans la campagne présidentielle de 2022. Réputé éloigné de sa machine à gagner de 2017, Emmanuel Macron avait fait une apparition surprise en "visio" lors des vœux du parti à ses militants il y a trois mois - certains espèrent qu'il en sera de même mardi.

"On sait très bien que LREM ne sera qu'une composante de ce qui portera la candidature d'Emmanuel Macron", avance un haut cadre. Mais, fait observer Roland Lescure, "si on n'a pas le monopole de la macronie, le sous-sol et le rez-de-chaussée que nous sommes sont bien larges".

D'ici à la présidentielle, le parti entend par ailleurs se renouveler en incitant ses militants à s'engager pour diverses causes, de l'interdiction de la corrida à la défense des droits LGBT en passant par l'intégration dans les quartiers, autant de sujets parfois portés par des "associations satellites" ou des structures déjà existantes.

Le mois dernier, une nouvelle structure, "Pour une renaissance européenne", a ainsi été créée, promise à être imitée.

Suffisant pour créer un socle programmatique cohérent? "Tout le monde se fiche de ce que pense La République en marche", évacue un ministre. "LREM, ça sert à distribuer des tracts. Tout le reste, les idées, c'est le président de la République qui le porte".

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
9 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/04/2021

Tessi a réalisé en 2020 un chiffre d'affaires de 412,6 ME, en baisse de 2,3% à périmètre constant proforma...

Publié le 09/04/2021

GeNeuro a fait le point vendredi soir sur sa situation financière pour le premier trimestre 2021. A fin mars, la trésorerie du groupe s’élevait à 4,8 millions d’euros. « Le montant total…

Publié le 09/04/2021

Carmat a émis une deuxième tranche de 650 000 bons de souscription d'actions (BSA) dans le cadre de la ligne de financement en fonds propres Kepler Cheuvreux. Le 27 septembre 2018, la medtech a mis…

Publié le 09/04/2021

New Port, la société de cadres présidée par Alain Dinin, a cédé aujourd'hui 1,2 millions d'actions Nexity, soit 2,14% du capital, ce qui ramène ainsi sa participation au capital de Nexity à…

Publié le 09/04/2021

Bigben Interactive a annoncé la mise en place d'un nantissement au bénéfice des porteurs d'obligations échangeables en actions de la société Nacon tel que prévu lors de…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne