En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 911.55 PTS
+0.04 %
4 905.5
+0.08 %
SBF 120 PTS
3 905.14
+0.09 %
DAX PTS
10 962.01
+0.30 %
Dowjones PTS
24 691.38
+0.67 %
6 817.23
+0.79 %
1.133
-0.31 %

"Pour que la France reste la France": nouvelle polémique chez LR

| AFP | 319 | Aucun vote sur cette news
Laurent Wauquiez en visite en Irak, le 6 juin 2018
Laurent Wauquiez en visite en Irak, le 6 juin 2018 ( Zaid AL-OBEIDI / AFP )

"Pour que la France reste la France": l'intitulé d'un tract des Républicains a suscité une nouvelle vague de critiques en interne sur la méthode de Laurent Wauquiez, à commencer par Virginie Calmels, numéro deux du parti, qui dénonce un "dysfonctionnement".

C'est un simple tract sur fond bleu, présenté lundi à la presse et accompagnant un dossier à charge contre Emmanuel Macron, que LR compte distribuer ce week-end dans toute la France à l'occasion d'une opération de mobilisation baptisée "le printemps des Républicains". Mais son intitulé "Pour que la France reste la France" a mis le parti en émoi.

Dans ce document, qui doit être distribué à 1,5 million d'exemplaires par les militants du parti, il est également écrit qu'en France, "il n'y a jamais eu autant d'impôts", "jamais eu autant d'immigrés", ni "un tel risque terroriste", "une telle pression communautariste", "une telle flambée de délinquance" ou encore "de telles fractures territoriales".

Suivent les préconisations du parti dirigé depuis décembre par Laurent Wauquiez: "règle d'or" de non-augmentation des impôts, expulsion de 300.000 clandestins, internement préventif des "fichés les plus radicalisés" ou encore un "bouclier rural".

Les dirigeants et porte-parole du parti ont beau arguer que l'expression "pour que la France reste la France" a en son temps été utilisée par Nicolas Sarkozy, par François Mitterrand et même par Emmanuel Macron, l'initiative est loin de faire l'unanimité en interne.

La critique la plus étayée est venue de Virginie Calmels. La première adjointe d'Alain Juppé à Bordeaux a indiqué n'avoir pas été consultée sur ce document et a trouvé "dommage que sur des sujets comme un tract, et plus généralement sur nos positions politiques, ça n'ait pas fait l'objet d'une validation par les instances qu'il (M. Wauquiez) a lui-même créées".

Mme Calmels alimente ainsi publiquement les reproches régulièrement adressés depuis son élection à Laurent Wauquiez sur un management solitaire, mené au seul moyen de quelques collaborateurs fidèles, sans réel partage de la décision avec les principaux ténors politiques du parti.

- "Vide abyssal" -

Sur le fond, la représentante de l'aile libérale a aussi regretté un tract "peut-être inutilement anxiogène" et "déséquilibré" au profit des thèmes régaliens -autre reproche régulièrement adressé à M. Wauquiez- avec le môt "chômage" comme "grand absent".

L'initiative de la direction du parti a aussi suscité une critique plus feutrée du président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau: "Il faut se méfier des slogans; le pire pour nous serait de remplacer la pensée par des tracts".

Le président du Sénat Gérard Larcher, en revanche, a semblé vouloir calmer le jeu, appelant à "ne pas surjouer" cette affaire. "La France reste la France ? C'est une interrogation d'une majorité de Français, j'en suis certain", a-t-il jugé.

"Politiquement, il y a la nécessité d'un mouvement politique qui se situe entre l'extrême-droite et Emmanuel Macron, qui ne laisse pas l'espace et qui ne laisse pas Emmanuel Macron choisir ses opposants aux deux extrêmes", a-t-il poursuivi, jugeant normal l'expression de diverses "sensibilités".

Mais du côté de chez "Libres!", le mouvement de Valérie Pécresse, principale rivale de M. Wauquiez au sein de LR, la critique est sévère.

Le slogan "ne choque pas" le député Robin Reda, proche de la présidente de l'Ile-de-France. Mais "ce qui me choque, c'est le vide abyssal de ce tract", a-t-il attaqué sans ménagement.

"La droite dans laquelle je crois, la droite républicaine, c'est une droite de gouvernement, qui est donc amenée potentiellement à diriger le pays", a-t-il cinglé, reprenant l'expression "droite de gouvernement" employée cette semaine par Mme Pécresse. Comme pour mieux reléguer Laurent Wauquiez dans les rangs des populistes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 13/12/2018

La Direction générale de l’armement a passé auprès d’Airbus Defence and Space (groupe Airbus) une commande ferme pour trois avions de ravitaillement et de transport multi-rôle Airbus A330…

Publié le 13/12/2018

Les marchés européens marquent une pause après deux séances de rebond. Si une certaine détente s’est constatée sur les fronts des tensions commerciales et du budget italien, les investisseurs…

Publié le 13/12/2018

L'Union Financière de France Banque annonce la désignation de Dominico de Carvalho en qualité de représentant permanent d'Aviva France au sein du conseil d'Administration en remplacement de Pascal…

Publié le 13/12/2018

En novembre 2018, l'indice des prix à la consommation (IPC) se replie de 0,2 % sur un mois, après un rebond de 0,1 % en octobre. L'Insee confirme ainsi ses premières estimations dévoilées le 30…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Le Conseil d’administration de Renault a maintenu Carlos Ghosn dans ses fonctions de PDG du groupe, compte tenu d’un rapport préliminaire jugeant conforme sa rémunération sur la période…

Publié le 13/12/2018

Natixis Investment Managers annonce le lancement de Flexstone Partners, société de gestion qui regroupe trois de ses affiliés spécialisés en private equity : Euro-PE, Caspian Private Equity et…

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration de Renault s'est réuni sous la Présidence de Philippe Lagayette, administrateur référent et a débattu de son ordre du jour...

Publié le 13/12/2018

Sanofi trébuche de 1,8% ce jeudi à 78,4 euros dans un marché actif, l'U...