En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 363.79 PTS
+0.28 %
5 368.0
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 309.93
+0.31 %
DAX PTS
12 157.67
+0.51 %
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.80 %
1.167
-0.15 %

Pour Hamon, "la gauche est une famille polytraumatisée"

| AFP | 294 | Aucun vote sur cette news
Benoît Hamon lors d'une rencontre avec les salariés en grève de la faim de l'Hôpital psychiatrique du Rouvray le 29 mai 2018
Benoît Hamon lors d'une rencontre avec les salariés en grève de la faim de l'Hôpital psychiatrique du Rouvray le 29 mai 2018 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

Benoît Hamon, fondateur du mouvement Générations, a jugé jeudi que la "gauche est une famille polytraumatisée", qui a "besoin de se réinterroger sur les solutions qu'elle veut mettre en oeuvre" plutôt que de se jeter "des noms d'oiseaux".

"La gauche est une famille polytraumatisée (...) je ne pense pas qu'elle le soit pour si longtemps que cela mais elle a besoin de se réinterroger sur les solutions qu'elle veut mettre en œuvre", a estimé l'ancien ministre socialiste sur franceinfo.

"On a beaucoup parlé d'identité" à gauche, mais "pourquoi avons-nous déçu ? Parce que les solutions que la gauche proposait s'apparentaient soit à des solutions de droite, (soit) étaient inefficaces à régler les problèmes concrets des Français", a-t-il poursuivi.

"Il me semble que ce sont à travers les questions écologiques, du rapport au travail, à la démocratie, que la gauche se régénérera et qu'elle sortira de cette phase polytraumatisée où on se jette en permanence des noms d'oiseaux au visage", a plaidé l'ancien candidat à la présidentielle.

Interrogé sur les rapports entre son mouvement et le parti Europe-Ecologie-Les Verts, qui se sont tendus ces dernières semaines sur fond de préparation des listes pour les prochaines élections européennes, Benoît Hamon a assuré que le fil "n'est pas coupé".

"Je souhaite, et je continue à dire, qu'il faut que nous incarnions collectivement aux européennes une liste en commun. Il me semble qu'on ne peut pas décréter l'urgence écologiste et partir en ordre dispersé aux élections", a-t-il déclaré.

"Il faut une force politique puissante en Europe pour répondre à l'urgence écologique sinon il y aura de l'écologie partout sauf au Parlement européen", a-t-il précisé dans un tweet.

"Cher @benoithamon, l'écologie ne t'a pas attendu pour exister au niveau européen, le travail des @GreensEP (élus écologistes au Parlement européen, NDLR) est très respecté et depuis longtemps, parfois un peu de respect, même chez un néo-converti, ne nuit pas !", lui a répondu l'eurodéputé écologiste Pascal Durand, également sur Twitter.

Benoît Hamon a par ailleurs acté une nouvelle fois un "désaccord stratégique" avec Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise sur la question européenne.

"Le clivage" n'est pas entre "anti-européens" et "pro-européens", a-t-il avancé. "Aujourd'hui certains acteurs s'entendent pour résumer ce débat en un référendum pour ou contre Macron, et pour ou contre l'Europe", a-t-il regretté, pointant la responsabilité du chef de l'Etat, "qui se détourne du vrai débat", "mal à l'aise" selon lui "parce qu'il a échoué dans son couple avec Angela Merkel à réorienter la construction européenne".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

Selon le 'Financial Times', l'investisseur activiste CIAM a écrit à la direction de Scor pour lui reprocher son rejet de l'offre de rachat soumise en août par l'assureur Covéa.

Publié le 18/09/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES DU 10 AU 14 SEPTEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par…

Publié le 18/09/2018

Le projet de retrait de la cote de Tesla, finalement avorté fin août, a déclenché une enquête judiciaire aux Etats-Unis, selon l'agence 'Bloomberg'. En cause, la communication erratique d'Elon…

Publié le 18/09/2018

Vinci a annoncé le succès d’une émission obligataire de 1,750 milliard d’euros, répartis entre une souche de 0,75 milliard d’euros à échéance septembre 2025, assortie d’un coupon de…

Publié le 18/09/2018

PARIS-LA DEFENSE (FRANCE), 18 septembre 2018 - Le Conseil de surveillance de Tarkett a décidé de nommer Fabrice Barthélemy en qualité de Président du Directoire de Tarkett par…