En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.05 PTS
+0.00 %
5 178.50
-
SBF 120 PTS
4 141.15
-
DAX PTS
11 776.55
-
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+0.00 %
1.155
-0.17 %

Portable à l'école: "signal" ou loi "cosmétique", l'interdiction votée à l'Assemblée

| AFP | 292 | Aucun vote sur cette news
Fini les portables à l'école et au collège à la rentrée prochaine: l'Assemblée nationale a entamé jeudi les débats sur une proposition de loi LREM reprenant une promesse de campagne d'Emmanuel Macron, mais dénoncée comme
Fini les portables à l'école et au collège à la rentrée prochaine: l'Assemblée nationale a entamé jeudi les débats sur une proposition de loi LREM reprenant une promesse de campagne d'Emmanuel Macron, mais dénoncée comme "cosmétique" par les oppositions ( JUNG YEON-JE / AFP/Archives )

Fini les portables à l'école et au collège à la rentrée prochaine: l'Assemblée nationale a adopté jeudi une proposition de loi LREM reprenant une promesse de campagne d'Emmanuel Macron, mais "cosmétique" pour les oppositions.

Après 4H30 de débat, le texte a été adopté à main levée, soutenu par LREM, MoDem et UDI-Agir. Tous les autres groupes ont dénoncé son "inutilité", voire une "tartufferie" (LR).

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a défendu "une loi du XXIe siècle" qui envoie "un signal à la société française sur cet enjeu de société", en prévoyant une "interdiction effective" des portables.

"Etre ouvert aux technologies du futur ne signifie pas que nous devons les accepter dans tous les usages", a-t-il plaidé, listant les "mauvais usages" tels que cyber-harcèlement, consultation de sites pornographiques, addiction aux écrans...

S'il a reconnu que l'interdiction est déjà "dans les faits possible", cet ex-directeur général de l'enseignement scolaire auprès du ministre de droite Luc Chatel de 2009 à 2012, a fait valoir que son effectivité "n'est pas assurée".

Le code de l'éducation interdit, depuis la loi du 12 juillet 2010, les portables "durant toute activité d'enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur". Mais le ministre a défendu le besoin "d'une base juridique beaucoup plus solide".

Le texte LREM entend interdire l'usage de tout objet connecté dans les écoles et collèges, avec des exceptions "pour des usages pédagogiques" ou les enfants handicapés. Les activités extérieures, comme le sport, seront aussi concernées pour les quelque 8,5 millions d'élèves du public.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer le 6 juin 2018
Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer le 6 juin 2018 ( Alain JOCARD / AFP )

"Nous passons d'un principe d'autorisation, sauf là où c'est interdit, à un principe d'interdiction", a résumé le président de la commission des Affaires culturelles et de l'Education Bruno Studer (LREM), ex-professeur d'histoire-géo.

Les chefs d'établissements, pour qui la mesure est utile à défaut d'être un "big bang", auront à décider des modalités de mise en oeuvre (lieux, conditions).

Alors que près de neuf jeunes sur dix de 12 à 17 ans (86%) possèdent un smartphone, la rapporteure Cathy Racon-Bouzon (LREM) a insisté sur le fait qu'"en pratique" la disposition n'est appliquée que dans "la moitié" des établissements, plusieurs élus de la majorité vantant "un droit à la déconnexion" pour les enfants.

- "Gadget" -

Mais les groupes d'opposition sont montés au créneau contre un texte revenant, à leurs yeux, à "enfoncer des portes ouvertes".

Voulant traduire "coûte que coûte" les promesses de campagne du président, la majorité s'est engagée "dans une pure opération de communication", a dénoncé l'ex-prof de maths Frédéric Reiss (LR). Son collègue Patrick Hetzel, ancien directeur de l'enseignement supérieur auprès de Valérie Pécresse, a dénoncé "un simulacre" et une "belle tartufferie".

A gauche aussi, Michèle Victory (PS) a épinglé un "changement purement cosmétique", Sabine Rubin (LFI) un "gadget". Les communistes ont jugé le texte "absurde", l'ex-ministre Marie-George Buffet soulignant que "l'outil existe" et que le problème est dans son application.

Dans un communiqué, la FCPE, première fédération des parents d'élèves, a fustigé "un texte qui n’apporte rien" et "ne comporte aucun volet pédagogique, aucun volet d’éducation aux usages du numérique".

"Certains essayent de nous dire que cette loi est inutile", a répliqué le ministre, mais "allez sur une plage où il est interdit de se baigner sauf quand c'est autorisé, ou une plage où il est autorisé de se baigner sauf quand c'est interdit. Vous verrez que vous ne vous baignerez pas avec la même fréquence", a-t-il affirmé, récusant le reproche d'"une loi pour les apparences".

Le texte, qui prévoit aussi de renforcer la formation des élèves à un "usage responsable" du numérique, a pratiquement été inchangé dans l'hémicycle. Un amendement LREM a néanmoins inscrit dans la loi la possibilité pour le personnel enseignant de confisquer les portables.

Les élus du groupe majoritaire, qui avaient envisagé d'étendre l'interdiction du portable aux personnels et enseignants, ont fait machine arrière, M. Blanquer ayant jugé que ce ne serait "pas opportun", notamment pour éviter des "effets pervers" en termes de sécurité.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/10/2018

La Première ministre britannique Theresa May, le 10 octobre 2018 à Londres ( Adrian DENNIS / AFP/Archives )La Britannique Theresa May retrouve mercredi soir ses collègues européens en plein…

Publié le 17/10/2018

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo (G) serre la main au prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Ryad, le 16 octobre 2018 ( LEAH MILLIS / POOL/AFP )Le secrétaire d'Etat…

Publié le 17/10/2018

Le secrétaire général de Force Ouvrière Pascal Pavageau à Matignon, le 30 août 2018 ( BERTRAND GUAY / AFP/Archives )La direction élargie de Force ouvrière se réunit mercredi matin à…

Publié le 17/10/2018

Michel Barnier, négociateur du Brexit pour l'Union Européenne, et Donald Tusk, président du Conseil Européen, le 16 octobre 2018 à Bruxelles ( OLIVIER HOSLET / POOL/AFP )L'Union européenne a…

Publié le 16/10/2018

Un employé s'occupe de plants de cannabis à des fins médicales, le 5 décembre 2016 à Smiths Falls au Canada ( Lars Hagberg / AFP/Archives )A partir de mercredi, les Canadiens pourront…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

Natixis confirme son "intérêt à explorer la logique d'un rapprochement industriel de ses activités de paiement avec celles du groupe Ingenico"...

Publié le 17/10/2018

Le chiffre d'affaires consolidé augmente de 7%[1] à taux de change constants et en francs suisses. Le chiffre d'affaires de la division Pharma est en hausse de…

Publié le 16/10/2018

L'opération de Thales devrait être réalisée peu de temps après l'obtention de toutes les Autorisations Règlementaires, ce qui est envisagé au 1er trimestre 2019.

Publié le 16/10/2018

La box Noviacare by Pharmagest est associée à des capteurs dont l'objectif est d'accompagner le senior dans son quotidien et de détecter les situations à risque éventuelles...