En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 861.51 PTS
-0.30 %
4 859.00
-0.30 %
SBF 120 PTS
3 879.62
-0.24 %
DAX PTS
11 135.87
-0.62 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.136
+0.03 %

Polémique sur le salaire de Chantal Jouanno, organisatrice du grand débat national

| AFP | 405 | 3 par 2 internautes
L'ex-ministre Chantal Jouanno, le 9 décembre 2015 à Issy-les-Moulineaux
L'ex-ministre Chantal Jouanno, le 9 décembre 2015 à Issy-les-Moulineaux ( MIGUEL MEDINA / AFP )

La révélation du salaire de Chantal Jouanno, la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), qui est chargée de l'organisation du "grand débat national", a suscité une polémique, certains "gilets jaunes" et leurs soutiens la prenant à partie.

Son salaire s'élèverait à 14.666 euros bruts mensuels, selon La Lettre A parue lundi, soit un revenu quasi-équivalent à celui du président de la République ou du Premier ministre, qui touchent chacun 15.140 euros bruts par mois.

"C'est le salaire fixé par les autorités pour les présidents de la CNDP, quels qu'ils soient", avait expliqué lundi Chantal Jouanno au micro de franceinfo. "Cela ne dépend pas de moi et ça n'est pas lié au grand débat national".

"Je comprends (que ça puisse choquer) et je pense que c’est important aussi que les gens disent pourquoi ça les choque, en quoi ça pose problème, et à la limite, s’ils veulent faire une proposition pour réviser ce salaire, ils en sont totalement libres", avait ajouté Mme Jouanno en invitant à mettre ce sujet au programme du "grand débat".

"14.500 euros de salaire ferme pour +débattre+, mais ça fait des décennies que je mène des débats, des articles, des meetings, des vidéos, bénévolement; j'imaginais pas que c'était possible ce genre de trucs", s'est indigné l'ancien inspecteur du travail et ex-représentant de l'aile gauche du PS, Gérard Filoche, sur Twitter.

Manuel Bompard, directeur de campagne de La France insoumise, a dénoncé sur BFMTV des "rémunérations excessives quand, dans le même temps, le président de la République n'est pas capable d'annoncer une hausse des salaires".

"J'ai le sentiment que (les Français en colère) vont mal le prendre", a estimé pour sa part la porte-parole de LR Laurence Sailliet sur BFMTV.

Le député et porte-parole du Rassemblement national, Sébastien Chenu, s'est dit "choqué" et a jugé "indécent" le salaire de Mme Jouanno. "Quel est le taré chez En Marche qui a accepté un contrat qui lui donne un salaire de ce montant?", a-t-il demandé sur LCI.

Pour son poste en 2018, Chantal Jouanno a reçu 172.425 euros bruts (selon les rapports annexes à la loi de Finances 2019), soit 10% de plus que son prédécesseur.

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a pris sa défense mardi. "A un moment donné, il va quand même falloir qu'on reprenne le sens de la mesure. Il y a des joueurs de foot qui gagnent un million d'euros par mois et ça ne choque personne", a-t-il réagi sur Europe 1.

"Si on considère qu'exercer des responsabilités politiques, c'est quelque chose qui ne doit pas être rémunéré ou qui doit être rémunéré simplement au salaire minimum, eh bien ça veut dire qu'on considère qu'il n'y a plus d'échelle de valeurs dans les responsabilités", a estimé le ministre, qui n'est "pas pour que tout le monde gagne pareil partout".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Saint-Gobain aurait chargé Goldman Sachs d’organiser la cession de son activité distribution de bâtiment en Allemagne, Raab Karcher, dans le cadre du programme de cessions d’actifs non…

Publié le 21/01/2019

Lundi 21 janvier8h00 en en AllemagnePrix à la production en décembre14h00 en SuissePerspectives économiques mondiales du FMIMardi 22 janvier11h00 en AllemagneIndice ZEW du sentiment des…

Publié le 21/01/2019

Le London Stock Exchange envisage de lancer une offre concurrente à celle d’Euronext sur la Bourse norvégienne, Oslo Børs, affirme le journal britannique, Evening Standard. L’opérateur de la…

Publié le 21/01/2019

HERMES INTERNATIONAL                                                                  21/01/2019        Bilan…

Publié le 21/01/2019

Paris, le 21 janvier, 2019 - Atos, leader international de la transformation digitale, lance aujourd'hui sa nouvelle solution Evidian SafeKit 100% logicielle, qui assure aux…