En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.87 PTS
+1.51 %
4 806.0
+1.51 %
SBF 120 PTS
3 824.22
+1.45 %
DAX PTS
10 775.58
+1.45 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.139
+0.30 %

Plus en paix avec les catholiques, Macron rend visite au pape mardi

| AFP | 542 | 3 par 1 internautes
Le président Emmanuel Macron prononce un discours devant la Conférence des évêques de France au Collège des Bernardins à Paris le 9 avril 2018
Le président Emmanuel Macron prononce un discours devant la Conférence des évêques de France au Collège des Bernardins à Paris le 9 avril 2018 ( ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives )

Crise migratoire, chrétiens d'Orient, changement climatique... Emmanuel Macron sera reçu mardi matin par le pape François, avec lequel il devrait aborder plusieurs sujets brûlants, sur fond de détente dans les relations entre les catholiques et le sommet de l'Etat.

Après cette audience au Vatican, le président de la République se rendra dans l'après-midi à Saint-Jean-de-Latran pour recevoir son titre de chanoine d'honneur de cette basilique qui est la cathédrale de l'évêque de Rome, donc du pape.

Cette distinction symbolique revient automatiquement au chef de l'Etat français, tradition qui remonte au roi Henri IV, même si le gaulliste Georges Pompidou et les socialistes François Mitterrand et François Hollande ne sont pas venus en prendre possession.

"Il n'y a aucune dimension spirituelle. On peut choisir de la recevoir ou pas, ici le choix a été fait d'aller jusqu'au bout. Il n'y a pas d'enjeu de laïcité", glisse-t-on à L'Elysée, anticipant les critiques des défenseurs d'une stricte séparation entre les religions et la sphère publique. Le député Insoumis Alexis Corbière a ainsi dénoncé dimanche sur Twitter "un mépris de la laïcité telle qu'exprimée dans la loi de 1905. La République doit refuser définitivement ce titre. Pas de laïcité à géométrie variable!"

En 2007, Nicolas Sarkozy avait saisi l'occasion pour prononcer une allocution faisant l'éloge du "curé" ou du "pasteur" par rapport à "l'instituteur" dans la "transmission des valeurs", suscitant une polémique à gauche.

Le président Emmanuel Macron prononce un discours devant la Conférence des évêques de France au Collège des Bernardins à Paris le 9 avril 2018
Le président Emmanuel Macron prononce un discours devant la Conférence des évêques de France au Collège des Bernardins à Paris le 9 avril 2018 ( ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives )

Pas de "discours du Latran" à l'agenda d'Emmanuel Macron, qui s'est déjà longuement exprimé, le 9 avril, au collège des Bernardins à Paris. Invité par la Conférence des évêques de France (CEF), il avait alors déclaré vouloir "réparer" le "lien" entre l'Église et l'Etat, "abîmé" notamment depuis l'adoption du mariage homosexuel en 2013, et avait appelé les catholiques à s'investir dans la chose publique.

La gauche avait critiqué une atteinte à la laïcité dans ce "discours des Bernardins", a contrario bien reçu dans les rangs de l'Eglise.

- "Ils ont de quoi discuter" -

C'est dans ce contexte de dialogue pacifié que le pape reçoit Emmanuel Macron. Baptisé à 12 ans dans la foi catholique, l'ancien assistant du philosophe protestant Paul Ricoeur se présente aujourd'hui en "agnostique" sensible à la "transcendance".

De quoi vont parler le premier pape issu de la compagnie de Jésus et l'ancien élève, justement, d'un lycée jésuite - où il a rencontré sa future épouse Brigitte?

"Tous les deux ont prononcé de vibrants plaidoyers sur l'Europe, ont des convictions affirmées sur les migrants, une vision de la contribution des religions dans la société, une préoccupation des chrétiens du Moyen-Orient et plus généralement de la paix dans le monde et des risques qu'elle encourt", observe le porte-parole de la CEF, Mgr Olivier Ribadeau Dumas. "Je crois qu'ils ont de quoi discuter pendant une demi-heure", durée habituelle des audiences papales, poursuit le prélat.

L'aide au développement et le réchauffement climatique pourraient aussi être évoqués, selon l'Elysée. Il est moins probable que la conversation s'étende à l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, promesse de campagne du candidat Macron peu populaire dans l'Eglise.

Le pape François pose avec des migrants qui tiennent une banderole sur laquelle est écrit en italien
Le pape François pose avec des migrants qui tiennent une banderole sur laquelle est écrit en italien "Personne n'est étranger" le 11 avril 2018 au Vatican ( TIZIANA FABI / AFP/Archives )

Le dossier des migrants, qui déchire l'Europe et sur lequel le pape François met en avant l'impératif évangélique de l'accueil, devrait être en tête de l'ordre du jour. Juste avant sa rencontre avec le souverain pontife, Emmanuel Macron petit-déjeunera en compagnie de la communauté catholique Sant'Egidio, cheville ouvrière de plusieurs "couloirs humanitaires" acheminant des exilés syriens en Europe. Dans la délégation présidentielle figurera la présidente du Secours catholique, Véronique Fayet, qui n'a pas ménagé ses critiques contre la politique migratoire de l'exécutif, jugée trop restrictive.

"Je pense que le pape n'en restera pas à une formule de politesse sur les migrants", prédit pour sa part l'ancien "curé des politiques" Matthieu Rougé, évêque nommé de Nanterre.

Emmanuel Macron s'entretiendra aussi avec le cardinal secrétaire d'Etat, Pietro Parolin, avant une rencontre avec la communauté française et une conférence de presse.

Le chef de l'Etat sera accompagné au Vatican de son épouse Brigitte, du ministre de l'Intérieur - chargé des cultes - Gérard Collomb et de celui des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Il devrait profiter de son audience au Saint-Siège pour inviter le pape en France, comme l'avait fait son prédécesseur, en vain. Mais si un voyage est aujourd'hui "envisagé" selon le président de la CEF Georges Pontier, la France ne semble pas faire partie des priorités du pape argentin.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Copyright GlobeNewswire Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien : http://hugin.info/143549/R/2228613/875251.pdf Information…

Publié le 11/12/2018

Suez cède 2,3% à 12,05 euros, pénalisé par le statu quo d'Engie. Son principal actionnaire (32% du capital) a finalement décidé de conserver cette participation, révèle les Echos. Ce choix…

Publié le 11/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir enfoncé, le 5 décembre dernier, le niveau de support majeur des 7.82 euros. Du côté des indicateurs techniques, le RSI…

Publié le 11/12/2018

Eramet s'effondre de 12% à 57,2 euros à l'ouverture du marché, au plus bas depuis 14 mois...