En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Philippe dans la Sarthe vendredi pour justifier les 80 km/h sur route

| AFP | 244 | Aucun vote sur cette news
Edouard Philippe se rendra vendredi dans la Sarthe pour un déplacement consacré à la sécurité routière pour justifier sa décision contestée de ramener à 80 km/h la vitesse maximale sur les routes secondaires.
Edouard Philippe se rendra vendredi dans la Sarthe pour un déplacement consacré à la sécurité routière pour justifier sa décision contestée de ramener à 80 km/h la vitesse maximale sur les routes secondaires. ( / AFP/Archives )

Edouard Philippe se rendra vendredi dans la Sarthe pour un déplacement consacré à la sécurité routière pour justifier sa décision contestée de ramener à 80 km/h la vitesse maximale sur les routes secondaires.

Le Premier ministre, qui sera notamment accompagné de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, se rendra vendredi matin dans un centre médical prenant en charge des accidentés de la route à Saint-Saturnin près du Mans. Il passera ensuite à la préfecture de la Sarthe.

Interpellé mercredi par le député (LR) du Cantal Vincent Descoeur, qui a qualifié cette mesure d'"injuste et inadaptée", le Premier ministre a affirmé que le gouvernement "ne se résigne(rait) pas à ce plancher sordide de 3.500, 3.600 morts annuels.

"Quand j'ai annoncé cette mesure, j'ai dit, car j'en avais parfaitement conscience, que c'était une mesure impopulaire, qui susciterait de l'agacement, du questionnement, et peut-être de la colère", a poursuivi M. Philippe lors de la séance de questions au gouvernement.

"Je fais comme vous de la politique et j'aime ça. Et si j'aime ça, c'est parce que quand je pense qu'une mesure est bonne pour l'intérêt de mon pays, quand bien même elle est impopulaire, je l'assume", a-t-il insisté.

Mardi soir, lors de son direct hebdomadaire sur Facebook, M. Philippe avait également longuement défendu la mesure, qui lui vaut une baisse de popularité et des critiques d'élus, y compris dans la majorité.

"Je veux me battre pour expliquer pourquoi c'est important", a-t-il souligné, rappelant le lourd bilan qui n'est pas "acceptable" des accidents de la route en 2017 en France (3.693 tués, 77.476 blessés dont un tiers de blessés graves...)

Les Républicains ont lancé lundi une campagne contre le projet de réduire à 80 km/h la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires, "preuve" selon eux de la "fracture territoriale" entretenue par le gouvernement.

Une accusation qui a "outré" le Premier ministre. "Quand je vois l'argument sur le mépris que cette mesure traduirait pour les territoires ruraux, je suis outré par cette remarque", a-t-il dit.

"Quand on a réduit la vitesse de circulation sur le périphérique autour de Paris, de 80 à 70 km/h, on a réduit l'accidentalité sur le périphérique de Paris. Personne ne l'a pris comme une mesure anti-urbaine ou anti-francilienne", a plaidé le Premier ministre.

"Ce ne sont pas les urbains qui meurent dans les accidents de voiture sur les routes secondaires, ce sont ceux qui les utilisent, c'est tous les Français", a-t-il encore souligné.

Le Premier ministre s'était engagé lors de l'annonce de la mesure début janvier à l'abandonner en 2020 si son effet positif sur la mortalité routière n'était pas avéré. Les probables surplus de recettes des radars iront eux intégralement à la prise en charge des accidentés, a-t-il promis.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.