En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 413.66 PTS
-0.29 %
5 416.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 339.68
-0.16 %
DAX PTS
12 550.87
+0.08 %
Dowjones PTS
25 019.41
+0.38 %
7 375.82
+0.00 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

Le gouvernement bannit l'écriture inclusive des textes officiels

| AFP | 624 | 4 par 1 internautes
Le Premier ministre Edouard Philippe prononce un discours lors du 100e Congrès des maires de France, à Paris, le 21 novembre 2017
Le Premier ministre Edouard Philippe prononce un discours lors du 100e Congrès des maires de France, à Paris, le 21 novembre 2017 ( JACQUES DEMARTHON / AFP )

L'écriture inclusive n'a pas sa place dans les textes officiels: le Premier ministre est intervenu mardi dans un débat qui agite la France depuis plusieurs mois, en bannissant des communications ministérielles cette forme discutée d'élargissement des mots au féminin.

L'écriture inclusive a pour but de mettre sur un pied d'égalité les femmes et les hommes. Outre l'utilisation de mots "neutres", elle préconise d'user à la fois du féminin et du masculin quand on s'adresse aux hommes et aux femmes, et remet en cause la règle d'accord de la langue française selon laquelle, au pluriel, "le masculin l'emporte sur le féminin".

Elle se traduit notamment par des graphies comme "les député.e.s" ou "les électeur.rice.s" ou par une règle d'accord avec le sujet le plus proche, par exemple "Louis et Louise sont belles".

Dans une circulaire sur "les règles de féminisation", dont l'AFP a obtenu copie, Edouard Philippe "invite" ses ministres, "en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel de la République française, à ne pas faire usage de l'écriture dite inclusive".

"Outre le respect du formalisme propre aux actes de nature juridique, les administrations relevant de l'Etat doivent se conformer aux règles grammaticales et syntaxiques, notamment pour des raisons d'intelligibilité et de clarté de la norme", justifie le chef du gouvernement dans cette note devant être publiée mercredi au JO.

Le Premier ministre Edouard Philippe, le 15 novembre 2017 à Paris
Le Premier ministre Edouard Philippe, le 15 novembre 2017 à Paris ( Martin BUREAU / AFP/Archives )

En début de soirée lors d'un échange vidéo avec les internautes sur Facebook, le Premier ministre s'est défendu d'avoir voulu "clore le débat", même si selon lui "pour l'égalité entre les femmes et les hommes, il y a des combats qui me semblent parfois aussi symboliques mais souvent plus importants".

"Après tout si les gens ont envie de débattre de cela, parlons-en. (Mais) je suis là pour faire en sorte que l'on écrive le français dans les textes officiels conformément aux règles qui sont utilisées dans la grammaire officielle", s'est-il justifié, en observant le grand retentissement médiatique de sa décision.

Dès 2015, le Haut conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes (HCE), instance placée auprès du Premier ministre, avait publié un guide avec dix recommandations pour inciter les pouvoirs publics à adopter une communication "sans stéréotypes de sexe".

Sa présidente, Danielle Bousquet, a jugé mardi que "tout frein à une communication égalitaire" était "dommageable".

- Féminisation des fonctions -

La circulaire vise à apporter une "clarification après des initiatives dans certaines administrations" et à "clore la polémique", a expliqué Matignon à l'AFP.

Mais le gouvernement est par ailleurs résolument engagé dans le renforcement de l'égalité entre les femmes et les hommes, grande cause nationale du quinquennat Macron, ont assuré M. Philippe et son entourage.

Portée par des cercles féministes, l'écriture inclusive est vivement critiquée tant par des membres du gouvernement que par l'Académie française, la qualifiant d'"aberration" et de "péril mortel" pour la langue française.

Des initiatives se sont néanmoins multipliées dans le monde de l'éducation, du travail ou des médias pour rendre les femmes plus visibles.

Ainsi, la Ville de Paris va continuer à autoriser l'écriture inclusive, a indiqué à l'AFP Hélène Bidard, adjointe PCF à la lutte contre les discriminations de la maire PS Anne Hidalgo.

Le ministère du Travail a publié début octobre un guide de bonnes pratiques pour aider les petites et moyennes entreprises à atteindre l'égalité professionnelle, qui préconise notamment d'écrire "les client.e.s".

Dans une tribune, 314 professeurs des écoles, collèges et lycées ont récemment déclaré "avoir cessé ou (s')apprêter à cesser d'enseigner" cette règle de grammaire, s'attirant les "inquiétudes" du ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer.

Pour en terminer avec ce sujet, le Premier ministre précise dans sa circulaire les règles d'accord qui doivent s'appliquer dans les actes administratifs: "le masculin est une forme neutre qu'il convient d'utiliser pour les termes susceptibles de s'appliquer aux femmes", indique-t-il.

En revanche, quand l'auteur d'un texte officiel ou la personne nommée est une femme, il convient bien d'écrire "la ministre", "la secrétaire générale" et de féminiser la fonction en se référant à un guide ("Femme, j'écris ton nom...") élaboré par le CNRS et l'Institut national de la langue française.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

Lundi 16 juillet 2018AERONAUTIQUELe salon britannique de Farnborough ouvre ses portes jusqu'au 22 juillet.Mardi 17 juillet 2018ALSTOMLe groupe ferroviaire tiendra son assemblée générale qui portera…

Publié le 16/07/2018

Greenyard abandonne 34,5% désormais à environ 7,5 euros dans un volume très étoffé, représentant 3% du tour de table...

Publié le 16/07/2018

Wataniya Airways confirme une commande de 25 appareils de la famille A320neo...

Publié le 16/07/2018

Pour le salon aéronautique de Farnborough