5 128.06 PTS
+0.25 %
5 131.50
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 101.87
+0.31 %
DAX PTS
12 223.31
+0.40 %
Dowjones PTS
21 812.09
-0.40 %
5 851.78
+0.00 %
Nikkei PTS
19 353.77
-0.42 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Pénibilité: feu vert de l'Assemblée nationale au futur dispositif

| AFP | 122 | Aucun vote sur cette news
La ministre du Travail Muriel Pénicaud et le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale le 12 juillet 2017
La ministre du Travail Muriel Pénicaud et le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, à l'Assemblée nationale le 12 juillet 2017 ( ALAIN JOCARD / AFP/Archives )

L'Assemblée nationale a donné jeudi son feu vert au gouvernement pour modifier par ordonnances les règles de prise en compte de la pénibilité au travail, malgré les critiques de l'ensemble de la gauche et des syndicats sur le nouveau dispositif envisagé.

Les députés ont voté à main levée cet article, contenu dans le projet de loi d'habilitation visant "le renforcement du dialogue social" et pour lequel la ministre du Travail Muriel Pénicaud a assuré "ne rien lâcher sur la justice sociale", mais vouloir simplifier le dispositif pour les entreprises.

Les députés communistes, Insoumis et Nouvelle Gauche (ex-PS) ont cherché en vain à supprimer cette réforme, qui répond "à l'impatience du Medef" pour la gauche de la gauche, et fait passer d'un "système de prévention à un système de réparation" pour les ex-socialistes.

Si, comme l'a été Emmanuel Macron, "l'on travaille chez Rotschild on vieillit mieux, plus longtemps et en meilleure santé que si l'on est docker" par exemple, a lancé Sébastien Jumel (PCF).

En revanche, les élus La République en Marche ont soutenu une "amélioration" à leurs yeux permettant une application effective du compte pénibilité. "Nous sommes pragmatiques", cette solution "maintient les droits des salariés" et "sera complétée par une réforme des retraites ambitieuse", a vanté ainsi Aurélien Taché.

Les députés LR se sont aussi prononcés pour, le dispositif actuel étant, selon eux, "totalement inapplicable".

Réforme emblématique du précédent quinquennat, le compte pénibilité permet aux salariés du privé occupant un poste pénible de cumuler des points afin de partir plus tôt à la retraite, se former ou travailler à temps partiel sans perte de salaire.

Avec la nouvelle mouture, annoncée samedi par le Premier ministre Edouard Philippe aux partenaires sociaux, le principe est inchangé pour six critères mais il change de façon notoire pour quatre (manutention de charges lourdes, postures pénibles, vibrations mécaniques et risques chimiques).

Les employés exposés à ces quatre risques pourront encore bénéficier d'un départ anticipé à la retraite, mais seulement quand "une maladie professionnelle a été reconnue" et quand "le taux d’incapacité permanente excède 10%".

A l'occasion du débat sur cet article, le chef de file des députés Nouvelle Gauche, Olivier Faure, a questionné la ministre sur une interview d'Emmanuel Macron publiée jeudi notamment dans Ouest France, où il affirme vouloir "basculer" en 2018 "les cotisations sociales, salariales et patronales" vers la CSG "afin de mieux rémunérer le travail". Il s'est demandé s'il s'agissait d'une erreur concernant les cotisations patronales, jusqu'à présent exclues de la réforme. La ministre a botté en touche.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/08/2017

Les marchés européens continuent leur parcours hésitant, rebondissant après une matinée de cotation après avoir reculé hier. Le manque de catalyseur pour prendre une direction claire est…

Publié le 24/08/2017

EDF rebondit de 0,53% à 9,185 euros après avoir confirmé l'objectif de production nucléaire annuelle de 390-400 térawattheure (TWh) annoncé le 28 juillet lors des résultats semestriel. Le titre…

Publié le 24/08/2017

   idi  INVESTIR EN PRIVATE EQUITY       Nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social au 31 juillet 2017   (Article L. 233-8 II du Code de…

Publié le 24/08/2017

Les compagnies exploitant l'A350-900 doivent télécharger un correctif logiciel afin d'éviter une surchauffe éventuelle du système hydraulique et un...

Publié le 24/08/2017

L'opération annoncée en juillet a été bouclée...

CONTENUS SPONSORISÉS