En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 851.14 PTS
-0.93 %
4 845.5
-0.89 %
SBF 120 PTS
3 855.45
-0.95 %
DAX PTS
10 874.53
-0.46 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.00 %
6 767.97
+0.00 %
1.127
-0.72 %

"Pays de merde" : les médias en mal de la bonne traduction

| AFP | 496 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump à Washington, le 10 janvier 2018
Le président américain Donald Trump à Washington, le 10 janvier 2018 ( Brendan Smialowski / AFP/Archives )

Le président américain Donald Trump a posé une colle inhabituelle aux médias du monde entier, tenus de puiser dans leurs lexiques les plus fleuris pour traduire ses propos, rapportés, sur les "pays de merde" ("shithole countries" en version originale).

Terme très vulgaire, "shithole" se réfère aux latrines extérieures pour désigner un endroit particulièrement repoussant.

Toute la difficulté pour les traducteurs consiste à reproduire au mieux la grossièreté du langage mais aussi, parfois, à ménager la sensibilité du public, selon un florilège rapporté par les bureaux de l'AFP.

En français, de nombreux médias, dont l'AFP, ont retenu la formule très crue de "pays de merde", proche du sens littéral et conforme au style souvent sans fioritures de M. Trump - qui a toutefois laissé entendre vendredi ne pas avoir utilisé l'expression incriminée -.

Des dictionnaires bilingues comme le Harrap's suggèrent toutefois des alternatives moins grossières, comme "porcherie", "taudis" ou "trou paumé".

La presse espagnole est à l'unisson de la française avec "paises de mierda", des médias grecs introduisant quant à eux une nuance : "pays de chiottes".

Aux Pays-Bas, le grand quotidien Volkskrant et une bonne partie de la presse néerlandophone esquivent la vulgarité en utilisant le terme "achterlijke", ou "arriéré".

En Russie Ria Novosti parle de "trou sale", mais Troud (journal syndical) va plus loin avec "trou à merde".

- 'Trous à rats' -

En Italie, le Corriere della Sera avance "merdier" (merdaio), et l'agence tchèque CTK choisit de son côté de parler de "cul du monde".

Les médias allemands optent souvent pour l’expression "Dreckslöcher", qui peut se traduire par "trous à rats". L'allégorie animalière est aussi de mise dans la presse serbe, avec l'expression "vukojebina", à savoir "l'endroit où les loups copulent".

En Asie les médias semblent davantage à la peine pour trouver le mot juste en langue locale, tout en évitant parfois de choquer.

Au Japon, la chaîne NHK a choisi de parler de "pays crasseux", l'agence Jiji utilisant un terme familier mais pas forcément injurieux pouvant de traduire par "pays ressemblant à des toilettes".

Les médias chinois se contentent en général de parler de "mauvais pays", évitant de reproduire l'expression originale dans sa grossièreté.

La version la plus allusive et la plus imagée revient sans conteste à l'agence taïwanaise CNA, qui évoque des "pays où les oiseaux ne pondent pas d'oeufs".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Philippe Lagayette administrateur référent, président en exercice du conseil d’administration de Renault, dément les rumeurs de presse faisant état de divergences au sein du conseil à…

Publié le 14/12/2018

Rothschild & Co remplacera Solocal Group au sein de l’indice SBF 120 à partir du 24 décembre 2018, a annoncé Euronext.source : AOF

Publié le 14/12/2018

Merck&Co a annoncé le rachat du groupe français Antelliq, spécialiste des produits d'identification numérique pour animaux. Le laboratoire américain déboursera environ 2,1 milliards d'euros pour…

Publié le 14/12/2018

Le titre casse un large canal baissier en place depuis mai dernier. Du côté des indicateurs techniques, les cours évoluent au-dessus de leurs moyennes mobiles à 20 et 50 séances tandis que le RSI…

Publié le 14/12/2018

LVMH a frappé un grand coup. Le groupe français a conclu un accord pour acquérir la chaîne d'hôtels haut de gamme Belmond. La transaction valorise les fonds propres de Belmond 2,6 milliards de…