En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 909.45 PTS
-
4 892.0
-
SBF 120 PTS
3 901.62
-
DAX PTS
10 929.43
-
Dowjones PTS
24 527.27
+0.64 %
6 763.96
+0.89 %
1.137
-0.03 %

Paul Manafort, sulfureux lobbyiste tombé dans l'affaire russe

| AFP | 283 | Aucun vote sur cette news
L'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort (c), le 21 juin 2016 à New York
L'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort (c), le 21 juin 2016 à New York ( Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Formellement inculpé lundi dans l'affaire russe, Paul Manafort est un lobbyiste expérimenté, habitué des cercles politiques de Washington, qui a conseillé plusieurs présidents américains et même quelques dictateurs étrangers, avant de brièvement prendre les rênes de la campagne présidentielle de Donald Trump.

Le stratège républicain de 68 ans a dirigé la campagne de Donald Trump de juin à août 2016, après le limogeage de Corey Lewandowski, le premier directeur de campagne de l'homme d'affaires. Il avait notamment pour tâche de rassurer les dirigeants du parti décontenancés par le succès du milliardaire new-yorkais auprès des électeurs républicains.

Rapidement, son goût pour de juteux contrats de consultant politique auprès de sulfureux dirigeants étrangers l'a rattrapé. Les révélations selon lesquelles il faisait l'objet d'une enquête pour avoir reçu plusieurs millions de dollars de l'ex-président ukrainien pro-russe, Viktor Ianoukovitch, l'ont poussé à la démission le 19 août 2016.

C'est cette affaire qui a conduit le procureur spécial Robert Mueller à l'inculper dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentiel ainsi que les liens entre la Russie et la campagne Trump.

Paul Manafort fait l'objet de 12 chefs d'inculpation, parmi lesquels complot contre les Etats-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non déclarations de comptes détenus à l'étranger, a annoncé lundi le porte-parole de M. Mueller.

Plus de 75 millions de dollars ont transité par des comptes offshore gérés par Paul Manafort et l'un de ses associés. Paul Manafort est accusé d'avoir blanchi à lui seul 18 millions de dollars.

Il s'est rendu de lui-même lundi matin dans les bureaux du FBI à Washington et doit comparaître devant une juge dans la journée.

- Dictateurs et oligarques -

Après avoir conseillé les présidents Gerald Ford dans les années 1970 et Ronald Reagan dans les années 1980, Paul Manafort s'est tourné vers des dirigeants étrangers prêts à payer des millions de dollars pour améliorer leur image à Washington: le dictateur philippin Ferdinand Marcos, le Somalien Mohamed Siad Barré ou Jonas Savimbi en Angola.

Viktor Ianoukovitch s'est attaché ses services au milieu des années 2000, alors qu'il mettait sur pied un parti qui l'a emmené à la présidence, avant d'être chassé du pouvoir en 2014.

Son ancien partenaire de lobbying, Roger Stone, un conseiller politique du président Richard Nixon aux méthodes controversées, l'a ensuite fait entrer dans la campagne présidentielle de Donald Trump.

"Paul est un vrai professionnel et je lui souhaite le plus grand succès", avait déclaré Donald Trump après sa démission.

La Maison Blanche a cependant minimisé sa contribution. Paul Manafort "a joué un rôle très limité pour un temps très limité", avait déclaré en mars l'ex-porte-parole du président, Sean Spicer.

L'acte d'inculpation de M. Manafort ne suggère pas de collusion entre l'équipe du candidat républicain et les autorités russes. Il menait toutefois des activités de conseil auprès d'oligarques milliardaires liés à Moscou.

Il a également participé à une réunion de Donald Trump Jr. avec une avocate russe liée au Kremlin qui voulait offrir à l'équipe de campagne des informations préjudiciables sur Hillary Clinton, en juin 2016, dans la Trump Tower.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Cette facilité modifie et proroge l'ouverture de crédit syndiqué signée par le groupe Nexans en 2015...

Publié le 12/12/2018

Dominico de Carvalho est nommé représentant permanent de la société Aviva France...

Publié le 12/12/2018

Les économies d'énergies réalisées par Gazonor au travers de ces nouveaux moteurs vont contribuer à l'amélioration de la rentabilité

Publié le 12/12/2018

L'assemblée générale ordinaire des actionnaires de Maurel & Prom, réunie sur 2e convocation, s'est tenue le 12 décembre (9h30) au Cercle National des...

Publié le 12/12/2018

  Paris, le 12 décembre 2018 N° 17-18   Compte rendu des Assemblées Générales  du mercredi 12 décembre 2018             Établissements Maurel &…