5 281.58 PTS
+1.13 %
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
+1.11 %
DAX PTS
12 451.96
+0.86 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 720.25
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Pas d'"amour charnel pour la France" chez Macron, selon Wauquiez

| AFP | 216 | Aucun vote sur cette news
Laurent Wauquiez, favori de l'élection à la présidence des Républicains, le 30 septembre 2017 à Souvigny-en-Sologne (Loir-et-Cher)
Laurent Wauquiez, favori de l'élection à la présidence des Républicains, le 30 septembre 2017 à Souvigny-en-Sologne (Loir-et-Cher) ( GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives )

Laurent Wauquiez, favori de l'élection à la présidence des Républicains, a dénoncé "le désert de l'âme" chez Emmanuel Macron qui, selon lui, n'a pas "d'amour charnel pour la France" mais une "haine de la province", dans un entretien au Journal du Dimanche.

Invité à dresser le portrait du chef de l'Etat, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes admet qu'"incontestablement", il fait partie des "gens audacieux qui imposent leur chance" et qu'il a "du respect pour cette force", avant de se livrer à une attaque au vitriol d'Emmanuel Macron.

"Ce qui me frappe chez lui, c’est le désert de l’âme", "il n’est porté que par un seul projet : lui-même", lâche Laurent Wauquiez. "Contrairement à ce qui émanait d’un Pompidou, d’un Giscard, d’un Mitterrand, d’un Chirac, d’un Sarkozy ou même, à sa façon, de Hollande le Corrézien, je ne sens pas chez Macron un amour charnel pour la France".

Chez le président, "il y a de la morgue", celle "de l’enfant capricieux et de l’adulte arrogant", ajoute-t-il, jugeant qu'il "oppose les générations et divise les Français en deux catégories : ceux qui réussissent et +ceux qui ne sont rien+".

Affirmant qu'il est "le plus parisien des présidents qu’on n'ait jamais eu", il l'accuse d'être "hanté par une haine de la province".

Invité dimanche du "Grand Jury" RTL-LCI-Le Figaro, M. Wauquiez, accusé jusque dans son camp de multiplier les attaques ad hominem pour essayer de s'imposer comme l'opposant numéro un au chef de l'Etat, a poursuivi dans le même registre : "les Français attendent de la fermeté, des convictions (...) ils n'attendent pas un petit président arrogant et capricieux qui, dès qu'on ose le contester, hausse le ton et vous demande de vous taire".

"Il parle de nation européenne, il ne parle de nation française (...) Je trouve beaucoup de froideur, un vrai manque d'empathie quand il va vers les Français", a ajouté M. Wauquiez.

Interrogé sur ces propos, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Eric Woerth, a pris ses distances avec M. Wauquiez, du moins sur la forme : "Je n'emploierai pas ces mots, je ne crois pas qu'il y ait une haine du président de la République à l'encontre des Français ou des territoires".

En revanche, le député de l'Oise "partage l'opinion" de Laurent Wauquiez "sur l'idée que le président ne connaît pas les Français".

Qu'est-ce qui lui fait dire ça ? "Un peu tout, sa façon très technocratique d'aborder les sujets, sa façon d'en rajouter pour créer des images d'empathie... Quand on est obligé de prendre le premier enfant qui passe dans les bras, évidemment devant les caméras, ce n'est pas très naturel", a jugé M. Woerth.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

Le Premier ministre, qui visitait vendredi une usine L'Oréal, n'est pas inquiet après l'annonce par Nestlé de la non reconduction du pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettencourt…

Publié le 16/02/2018

Le Gabon a annoncé vendredi la réquisition de la SEEG, filiale eau et électricité du groupe français, ainsi que son intention de résilier son contrat de concession.

Publié le 16/02/2018

Le désaccord concernant les conditions de diffusion des chaînes de TF1 sur le réseau d'Orange se poursuit. Orange a annulé des campagnes publicitaires prévues sur TF1...

Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

CONTENUS SPONSORISÉS