En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 477.35 PTS
-0.03 %
5 472.50
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 384.77
-0.04 %
DAX PTS
12 369.94
-0.04 %
Dowjones PTS
26 492.21
-0.26 %
7 563.19
+0.00 %
1.177
+0.02 %

Pakistan: Imran Khan, ex-star du cricket désormais Premier ministre

| AFP | 258 | 5 par 1 internautes
Imran Khan, leader du PTI, lors d'un meeting électoral, le 21 juillet 2018 à Islamabad
Imran Khan, leader du PTI, lors d'un meeting électoral, le 21 juillet 2018 à Islamabad ( FAROOQ NAEEM / AFP )

Le nouveau Premier ministre du Pakistan Imran Khan est connu en Occident comme un ancien sportif d'exception aux nombreuses conquêtes féminines mais il affiche un visage beaucoup plus conservateur dans son pays.

Entré en politique en 1996, il aura longtemps rongé son frein avant de parvenir au sommet du pouvoir. L'Assemblée nationale l'a élu vendredi à la tête d'un gouvernement de coalition, après une large victoire de son parti lors des législatives de juillet. Il a prêté serment samedi.

"Je suis ici après 22 ans de combats", a-t-il lancé, combatif, devant les députés. "Aucun dictateur ne m'a pris en charge", a-t-il affirmé, balayant les accusations d'interférence de l'armée en sa faveur pendant la campagne électorale.

L'ex-"capitaine" avait largement bâti sa campagne sur la lutte contre la corruption. Réformiste, il promet l'avènement d'un "Etat-providence islamique" et d'un "Nouveau Pakistan". Les finances sinistrées du pays pourraient pourtant mettre à mal ses ambitions.

Des supportrices de l'opposant politique pakistanais Imran Khan, lors d'un meeting de campagne, le 21 juillet 2018 à Islamabad
Des supportrices de l'opposant politique pakistanais Imran Khan, lors d'un meeting de campagne, le 21 juillet 2018 à Islamabad ( WAKIL KOHSAR / AFP )

Agé de 65 ans, M. Khan est idolâtré par des millions de Pakistanais pour avoir mené l'équipe nationale de cricket, sport roi dans le pays, à sa seule victoire en Coupe du monde en 1992.

Mais il s'affiche aujourd'hui souvent le chapelet à la main. "Il joue la carte religieuse", observe la journaliste Arifa Noor.

Certains le surnomment "Taliban Khan" et l'attaquent pour ses appels répétés au dialogue avec des groupes insurgés violents et pour l'alliance - assumée - de son parti avec un religieux surnommé "père des talibans", Sami ul Haq.

Le capitaine de l'équipe pakistanaise de cricket Imran Khan, le 25 mars 1992 à Malbourne
Le capitaine de l'équipe pakistanaise de cricket Imran Khan, le 25 mars 1992 à Malbourne ( Stephen DUPONT / AFP/Archives )

Il est aussi dépeint comme impulsif et flirte parfois avec des thèmes religieux comme la controversée loi sur le blasphème. Il a récemment déclaré que le féminisme avait "dégradé le rôle de la mère".

Mais pour ses très nombreux partisans, notamment les jeunes, M. Khan est incorruptible et généreux, lui qui a passé des années après sa retraite sportive à construire des hôpitaux ainsi qu'une université.

Parfois comparé au président américain Donald Trump pour ses accents populistes et ses tirades sur Twitter, il juge pour sa part le parallèle "ridicule", dans un entretien avec l'AFP en février dernier.

- Mieux préparés -

Imran Khan et Jemina Goldsmith après leur mariage civil, le 20 juin 1995 à Londres
Imran Khan et Jemina Goldsmith après leur mariage civil, le 20 juin 1995 à Londres ( JOHNNY EGGITT / AFP/Archives )

Son parti, le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), dont le nom signifie "Mouvement pour la justice au Pakistan", a longtemps dû se contenter d'une poignée de sièges.

Sa popularité n'a explosé qu'en 2012, portée par les millions de Pakistanais l'ayant admiré, plus jeunes, alors qu'il brillait dans les stades.

Les classes moyennes, fatiguées de la corruption endémique et lassées de voir les mêmes leaders monopoliser le pouvoir depuis des décennies, se retrouvent dans ses slogans.

Photo fournie par le parti Tehreek-i-Insaaf le 8 janvier 2015 montrant l'opposant politique pakistanais Imran Khan et sa nouvelle femme Reham Khan lors de la cérémonie de mariage à Islamabad
Photo fournie par le parti Tehreek-i-Insaaf le 8 janvier 2015 montrant l'opposant politique pakistanais Imran Khan et sa nouvelle femme Reham Khan lors de la cérémonie de mariage à Islamabad ( HO / PTI/AFP/Archives )

Les élections législatives de 2013 lui permettent de ravir la province du Khyber Pakhtunkhwa (KP, Nord-Ouest), et de poser le PTI comme premier parti d'opposition à l'échelle nationale.

A l'issue de la législature, il reconnaîtra toutefois que le PTI a péché par manque d'expérience dans sa gestion de cette province pauvre et minée par des problèmes de sécurité. Une page qu'il affirme tournée. "On apprend de nos erreurs", assurait-il en février.

- Trois mariages -

Né en 1952 dans une riche famille de Lahore, Imran Khan a étudié dans les meilleures universités pakistanaises et anglaises.

Photo fournie par le parti Tehreek-i-Insaaf le 19 février 2018 montrant l'opposant politique pakistanais Imran Khan (c) et sa nouvelle épouse Bushra Wattoo (2e d), vêtue d'un hijab blanc et d'un voile rouge lui dissimulant le visage, entourés par des proches lors de la cérémonie de mariage à Lahore
Photo fournie par le parti Tehreek-i-Insaaf le 19 février 2018 montrant l'opposant politique pakistanais Imran Khan (c) et sa nouvelle épouse Bushra Wattoo (2e d), vêtue d'un hijab blanc et d'un voile rouge lui dissimulant le visage, entourés par des proches lors de la cérémonie de mariage à Lahore ( HANDOUT / Pakistan Tehreek-i-Insaaf/AFP/Archives )

Diplômé d'Oxford, il se fait rapidement remarquer au cricket dans des clubs anglais. A 19 ans, il débute en sélection nationale du Pakistan et devient le meilleur joueur de son histoire.

Suivirent la retraite sportive et ses années "play-boy", très entouré dans les boîtes de nuits les plus sélects de Londres, jusqu'à son mariage avec Jemima Goldsmith, fille du magnat financier franco-britannique Jimmy Goldsmith, en 1995.

Elle se convertit à l'islam, et le couple aura deux garçons avant de divorcer en 2004. Son deuxième mariage, avec la présentatrice Reham Khan, s'achève en octobre 2015, n'ayant duré que dix mois.

Imran Khan a convolé début 2018 en troisièmes noces avec une femme présentée comme sa conseillère spirituelle, Bushra Bibi. Lors de sa prestation de serment samedi, elle était l'une des seules femmes de l'assistance à porter un hijab blanc ne laissant voir que ses yeux, signe de conservatisme au Pakistan.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/09/2018

Neopost est sous pression en ce début de séance, en retrait de 4,8% à 23,2 euros...

Publié le 26/09/2018

Guerbet prend la tête du SRD à l'ouverture, sur un gain qui avoisine les 10% à 61,4 euros...

Publié le 26/09/2018

Le petit rival californien de Tesla pousse ses pions

Publié le 26/09/2018

Les loyers bruts de Patrimoine & Commerce au 30 juin 2018 se sont établis à 21,4 ME contre 20,6 ME au 30 juin 2017, en hausse de +4,1%, portés...

Publié le 26/09/2018

Orpéa vient de publier des résultats semestriels en forte progression. Ainsi, le gestionnaire de maisons de retraite et de cliniques de soins a dévoilé un résultat net consolidé (part du groupe)…