En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 793.36 PTS
-0.41 %
4 782.0
-0.47 %
SBF 120 PTS
3 809.00
-0.60 %
DAX PTS
10 731.81
-0.52 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.140
+0.12 %

Orange: les "gilets jaunes" n'attendent rien de Macron

| AFP | 260 | Aucun vote sur cette news
Des
Des "gilets jaunes" au rond-point d'accès à l'autoroute A7 d'Orange, le 26 novembre 2018 ( Boris HORVAT / AFP )

Installés depuis une semaine sur le rond-point d'accès à l'autoroute A7 d'Orange centre, dans le Vaucluse, les "gilets jaunes" n'attendent rien du gouvernement. Comme Carine, 46 ans, ils pensent même que "les annonces de Macron mardi vont mettre le feu aux poudres".

Divorcée, mère de deux enfants et licenciée il y a un an de la chaîne de magasins discount MacDan, Carine est arrivée la première sur ce rond-point, samedi 17 novembre, à 06h00, à la suite d'un appel sur Facebook. Et depuis, elle répond présente tous les jours.

"Les écoles qui ferment, les services publics qui disparaissent, y en a marre de ce dédain de Paris pour les territoires. Sur ce rond-point, j'ai retrouvé une solidarité que je croyais disparue", explique-t-elle, entourée d'une quarantaine d'autres "gilets jaunes", majoritairement des femmes et des retraités dont le doyen du rond-point, 86 ans.

"Les hommes sont au boulot, ils viennent le soir", explique Danielle, retraitée, qui comme tous les autres ne donne que son prénom. Pendant qu'elle parle à l'AFP, lundi à la mi-journée, un voisin apporte un carton de sandwiches au pâté et des merguez grillent sur un barbecue de fortune.

"Concurrence internationale", "société de consommation pourrie", "taxes infernales", "retraites minuscules": chacun y va de son témoignage. Ces 50 euros de CSG volatilisés sur les 750 euros de retraite du mari de Danielle, ancien plombier-chauffagiste à Caderousse (Vaucluse). Ces 16.000 euros ponctionnés par les taxes carbone en 2018 pour ce routier. Ou ces heures de travail sans voir le résultat: "Avec les prélèvements, le travail, c'est de l'esclavage", plaide Franck, retraité, ancien électricien.

- "Nous, on a des assiettes Ikea" -

Pour tous, il y a eu deux déclencheurs au mouvement des "gilets jaunes": la hausse des taxes sur le gazole "et l'arrogance de Macron". "Comme s'il suffisait de traverser la rue pour que les problèmes disparaissent", accuse Michèle, 63 ans, ancienne correspondante pour la presse régionale et locale, qui tente de faire grossir sa petite retraite en donnant des formations à la généalogie.

"Les +gilets jaunes+ d'Orange-centre vous remercient, enfin fiers d'être français", clame le slogan en rouge sur une banderole accrochée à quelques palettes et surmontée d'un drapeau tricolore, à l'entrée du rond-point. Mais rien de politique derrière ce message, jurent-ils en choeur: "De toutes façons, on n'a plus confiance, on nous a trop menti", accuse Danielle.

"Je suis là depuis dix jours, personne ne sait qui vote pour qui", insiste Michèle, arrivée samedi 17 à minuit et désormais "accro à son rond-point". A quelques mètres, Augustin Raffray, membre du service communication de la mairie d'Orange dirigée par Jacques Bompard, ex-Front National désormais membre de la Ligue du Sud, est venu aux nouvelles. "Juste pour faire le point sur les blocages", assure-t-il à l'AFP.

Parmi le personnel politique, seul Jean Lassalle, député des Pyrénées Atlantiques et candidat à la présidentielle 2017, a grâce à leurs yeux. "Comme lui, ils devraient tous porter un gilet jaune", insiste Carine, en critiquant l'argent dépensé "pour les fastes des gens là haut". Comme "ces 500.000 euros de faïence de l'Elysée, alors que nous, on a des assiettes Ikea", souligne une mère au foyer. "Le minimum qu'il devrait annoncer Macron mardi, c'est de relancer l'impôt sur la fortune", lâche sa voisine. Une revendication partagée unanimement autour d'elle.

Tous dénoncent les dégradations samedi à Paris: "Ce n'était pas des +gilets jaunes+, mais des casseurs infiltrés", assure Carine, persuadée que "le gouvernement voulait que ça dégénère". "Ils n'arrêtent pas de répéter qu'il y a eu deux morts depuis le début du mouvement, s'insurge Roger, artisan dans le BTP. Mais il y a combien de morts chaque année, par suicides, à cause de la mondialisation et des licenciements !"

Colère unanime également face aux chiffres de mobilisation annoncés par le ministère de l'Intérieur samedi: "106.301 manifestants à travers la France, ils ont dit ! C'était qui le 1, il était où, celui-là ?", ironise Danielle.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

Près de 7% du capital a tourné...

Publié le 10/12/2018

Noxxon Pharma bondit de 22% à 1,84 euro désormais dans un volume fourni ce matin, représentant près de 6% du tour de table, après une pointe à 2,06...

Publié le 10/12/2018

Déclaration des transactions sur actions propres réalisées du 3 au 7 décembre 2018     Paris, le 10 décembre 2018     Présentation agrégée par jour et par…

Publié le 10/12/2018

Eramet chute de plus de 23% à 49,64 euros après avoir atteint 48,12 euros, soit son plus bas niveau depuis juillet 2017, pénalisé par une nouvelle inquiétante. Le groupe minier a constaté des…

Publié le 10/12/2018

Société Générale Corporate & Investment Banking (SG CIB) complète son offre marchés avec l’ouverture d’ici fin 2018, à Paris, d’une capacité de compensation pour compte de tiers sur les…