En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 569.93 PTS
-0.79 %
5 585.00
-0.52 %
SBF 120 PTS
4 400.54
-0.53 %
DAX PTS
12 357.45
-0.59 %
Dowjones PTS
27 299.26
-0.13 %
7 922.33
-0.06 %
1.122
+0.10 %

Nicolas Hulot appelle à l'unité dans la "guerre" pour le climat

| AFP | 231 | 1 par 1 internautes
Nicolas Hulot le 22 novembre 2018 sur le plateau de France 2 à Saint-Cloud
Nicolas Hulot le 22 novembre 2018 sur le plateau de France 2 à Saint-Cloud ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

L'ancien ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a appelé à l'unité par-delà les clivages politiques afin d'affronter la "guerre" contre le dérèglement climatique, dans un entretien à paraître dans Dimanche Ouest-France.

"Il est urgent d'affronter la réalité climatique, écologique plutôt que de toujours lui tourner le dos. Nous devons absolument nous rassembler, au-delà de toutes nos barrières politiques, religieuses pour changer nos modes de vie. En temps de guerre, on est capable de s'unir sur l'essentiel. Et nous sommes en guerre!", estime M. Hulot dans le journal.

"Ce modèle économique est obsolète. On est au bord de l'abîme", poursuit l'ancien ministre. "Quand Notre-Dame brûle, les flammes sont visibles, que l'on soit croyant ou pas, on est tout prêt à prendre un seau pour aller aider les pompiers. La planète se consume, mais on continue à cultiver nos différences, à s'appuyer sur des idéologies creuses".

"Il faut arrêter de dire aux gens qu'on a une grippe alors qu'il s'agit bien d'une tumeur", insiste-t-il.

Nicolas Hulot, qui a démissionné du gouvernement en septembre 2018, se dit "prêt" à apporter son "soutien à un gouvernement qui fera la démonstration qu'il veut véritablement faire rentrer l'écologie dans la modernité". "Je ne serai pas avec lui politiquement, mais je serai derrière en appui pour faire en sorte que les citoyens adhèrent. C'est beaucoup plus important que de reprendre une posture partisane", explique-t-il.

S'il affirme qu'il ne sera pas candidat aux municipales, M. Hulot appelle cependant "les maires de tous bords" à "faire un effort" pour "cesser de consommer des terres agricoles à tous crins avec des projets immobiliers, des projets de grandes surfaces, des projets d'une autre époque au moment où il faut revitaliser les cœurs des villes".

Parallèlement à cet entretien, M. Hulot part en guerre contre le Ceta, l'accord de libre échange entre l'Union européenne et le Canada, dans une tribune publiée par le Journal du dimanche.

"Disons non au Ceta actuel pour rouvrir la négociation", plaide-t-il, en rappelant que "la ratification du Ceta par la France sera discutée puis votée à l'Assemblée à partir du 9 juillet".

"Ratifier le Ceta (...) est un choix entre deux mondes, entre deux avenirs", selon lui.

"L'un favoriserait le moins-disant environnemental, sanitaire et social et pénaliserait encore un peu plus les agriculteurs en les exposant à toujours plus de concurrence internationale déloyale", développe-t-il. "L'autre permettrait de se laisser le temps de construire des relations commerciales équilibrées, qui n'oublient ni l'ambition environnementale, ni la protection sociale, ni la dignité humaine".

"Dans quelques mois, le futur Premier ministre du Canada pourrait être Andrew Scheer, un conservateur qui a voté contre la ratification de l'accord de Paris" sur le climat, fait valoir l'ancien ministre.

"Que fera-t-on alors du Ceta, si le Canada décidait de ne pas tenir ses engagements climatiques ou de suivre Donald Trump en quittant à son tour l'accord de Paris ?", s'interroge-t-il.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2019

Cette acquisition s'inscrit dans le cadre d'un partenariat long terme entre AltaGroupe et les managers-actionnaires du groupe Daniel Féau

Publié le 17/07/2019

Le secteur du luxe est recherché en bourse en ce milieu de semaine à l'image de Hermes qui grimpe de 2,14% à 648 euros en tête du CAC40...

Publié le 17/07/2019

Boeing va consacrer la moitié des 100 millions de dollars promis au titre de l’aide financière à court terme aux familles des victimes des vols Lion Air 610 et Ethiopian Airlines 302. À cet…

Publié le 17/07/2019

AXA annonce l'extension de sa stratégie Payer-to-Partner dans les marchés émergents. L'assureur va créer un écosystème de santé numérique et physique en ouvrant ses propres centres médicaux…

Publié le 17/07/2019

Jusqu'à présent, l'aventure boursière de Showroomprivé n'a pas enrichi grand monde à l'exception notable des fondateurs de la société...