En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 131.19 PTS
-0.81 %
5 143.50
-0.54 %
SBF 120 PTS
4 122.30
-0.46 %
DAX PTS
11 712.39
-0.54 %
Dowjones PTS
25 595.91
-0.78 %
7 252.87
-0.32 %
1.154
-0.30 %

ND-des-Landes: évacuation quelle que soit la décision sur l'aéroport, selon Castaner

| AFP | 368 | Aucun vote sur cette news
Les activistes de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes le 2 décembre 2016
Les activistes de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes le 2 décembre 2016 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Le délégué général de La République en marche Christophe Castaner a souligné dimanche que l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes se ferait par la "force" si nécessaire, indépendamment du choix de construire ou non un aéroport sur ce site.

"Il faut distinguer les deux choses, la question de l'aéroport et, de l'autre côté, une question de sécurité et de sécurité sanitaire en particulier, d'occupation irrégulière d'un certain nombre de sites", a dit M. Castaner lors de l'émission Dimanche en politique de France 3.

"Ceux qui occupent actuellement le site ont montré que leur capacité de négociation était réduite et généralement ils ont fait des coups de force", a ajouté M. Castaner, mais "évidemment, le moment venu, on leur demandera de restituer les lieux qu'ils occupent". "L'Etat de droit implique dans son exécution des conditions de force mais une force juste, une force raisonnée, avec évidemment l'ambition de ne blesser personne", a-t-il conclu.

"Nous voulons une issue pacifique; nous tendrons la main (aux zadistes)", a souligné de son côté la secrétaire d'Etat Brune Poirson sur BFMTV.

"S'ils ne prennent pas cette main tendue, le bras de l'Etat sera extrêmement ferme", a assuré la secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. "C'est une zone de non-droit. A certains endroits cela s'apparente à un camp retranché", a-t-elle souligné.

Quant au choix du site de l'aéroport nantais, le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement a souligné sur France 3 que le rapport remis mercredi au Premier ministre avait présenté deux hypothèses.

"Depuis 30 ans on a décidé que c'était Notre-Dame-des-Landes ou rien, je pense qu'aujourd'hui on a une autre option, qui nécessite de prendre quelques semaines, mais pas beaucoup, d'ici fin janvier, pour décider laquelle des deux solution est la meilleure".

Interrogé sur le référendum organisé en 2016 en Loire-Atlantique, qui a appuyé à 55% la construction d'un nouvel aéroport, M. Castaner a estimé que "peut-être que si on avait posé la question dans le référendum sur le fait qu'il y avait deux solutions qui étaient proposées, et pas seulement une seule solution, le choix aurait été plus juste".

"Si vous avez des éléments nouveaux, il ne faut pas être buté, ça vaut pour les politiques, ça vaut aussi pour un référendum", a-t-il souligné.

En revanche le patron des députés LREM Richard Ferrand, interrogé dans Le Grand jury RTL/Le Figaro/LCI a souligné que "le Conseil régional de Bretagne (...) s'est encore réuni la semaine dernière et a réaffirmé que Notre-Dame-des-Landes paraissait être la meilleure solution".

"Je n'ai pas d'inquiétude particulière" sur la décision qui sera prise par le gouvernement, a-t-il ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2018

Les deux organisations collaboreront de manière rapprochée pour lutter contre les menaces de cybersécurité Mons, 17 octobre, 2018 - Atos, leader international de la transformation…

Publié le 17/10/2018

(La reprise de cotation a été demandée à Euronext pour l'ouverture de la séance du jeudi 18 octobre 2018.) Après sept années de travail en commun,…

Publié le 17/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 17/10/2018

Air France KLM grimpe de 1,9% à 8,1 euros en milieu d'après-midi à Paris...

Publié le 17/10/2018

Activité commerciale soutenue