En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 123.00 PTS
-0.43 %
5 131.50
-0.24 %
SBF 120 PTS
4 115.49
-0.19 %
DAX PTS
11 639.68
-0.64 %
Dowjones PTS
25 572.94
-0.52 %
7 202.33
-1.05 %
1.149
-0.09 %

ND-des-Landes: Philippe boucle sa consultation avant la décision de l'exécutif

| AFP | 475 | Aucun vote sur cette news
Des opposants au projet d'aéroport Notre-Dame-des-Landes manifestent devant le tribunal de Nantes, le 13 janvier 2016
Des opposants au projet d'aéroport Notre-Dame-des-Landes manifestent devant le tribunal de Nantes, le 13 janvier 2016 ( JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives )

Edouard Philippe a bouclé vendredi une semaine d'ultimes consultations avec les élus de l'Ouest sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, avant la très attendue et très sensible décision de l'exécutif d'ici la fin janvier.

Le Premier ministre a reçu dans l'après-midi le Syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest, qui regroupe les élus des 20 collectivités impliquées dans le projet de transfert de l'aéroport de Nantes dans les bocages de Notre-Dame-des-Landes.

Pro-"NDDL", le groupement présidé par le socialiste Philippe Grosvalet comprend notamment la maire PS de Nantes Johanna Rolland et l'ancien président des Pays de la Loire, le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau.

Edouard Philippe quitte l'Elysée après un conseil des ministres, le 13 décembre 2017
Edouard Philippe quitte l'Elysée après un conseil des ministres, le 13 décembre 2017 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Tous ont employé leurs arguments pour tenter d'emporter le feu vert définitif de l'exécutif à un projet quinquagénaire qui selon eux "n'a pas d'alternative" et dont l'abandon serait "une non-décision" foulant aux pieds le référendum local de 2016.

"Ce n'est pas sérieux de vouloir faire croire à la France qu'on pourrait réaménager Nantes-Atlantique en deux ans (de procédures, ndlr). Vous croyez que les Nantais, les collectifs, ne se mobiliseraient pas? Ca serait la même chose, ça veut dire qu'on repart pour dix ans", a plaidé la maire PS de Nantes Johanna Rolland.

"Si l'aéroport n'était pas transféré à Notre-Dame-des-Landes, en réalité, il ne se passerait rien dans ce quinquennat, et très certainement rien dans le quinquennat prochain", a-t-elle pointé.

Pour Bruno Retailleau, "il n'y a pas d'alternative à Notre-Dame-des-Landes, la preuve c'est que les médiateurs écrivent que d'ici 20 à 30 ans il vaudrait mieux garder les terrains compte tenu (de l'évolution) du trafic aérien".

"La justice, la décentralisation, et le suffrage universel, je n'imagine même pas qu'un président de la République française puisse nier ces trois fondements de notre République", a pour sa part affirmé M. Grosvalet, président PS du conseil départemental de Loire-Atlantique.

Ni le Premier ministre ni Matignon ne se sont exprimés à l'issue de ce dernier tour de table, mais M. Philippe a réaffirmé que la décision "n'était pas prise", selon les participants.

Depuis vendredi dernier, le Premier ministre a successivement rencontré les grands élus (parlementaires, maires, présidents de conseils départementaux...) de Loire-Atlantique, puis ceux d'Ille-et-Vilaine, du Morbihan, du Maine-et-Loire, et enfin ceux de Mayenne et de Vendée mardi.

- jusqu'à 350 millions d'indemnisation en cas d'abandon -

Pro ou anti, chacun a pu exprimer sa position une dernière fois, dans le contexte nouveau des conclusions du rapport des trois médiateurs nommés par Edouard Philippe.

Ce dernier a conclu que la construction de Notre-Dame-des-Landes et l'agrandissement de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique étaient deux options "raisonnablement envisageables", remettant ainsi en selle la seconde possibilité, longtemps écartée sous le quinquennat Hollande.

L'immense majorité des élus se sont accordés à réclamer une expulsion de la Zad, même si certains, comme le député LREM Matthieu Orphelin, suggèrent de ne pas mener d'"évacuation violente" et de lancer un projet d'"agriculture durable et de biodiversité" qui évoque l'expérience du Larzac.

Si la décision de construire ou non Notre-Dame-des-Landes sera évidemment prise avec Emmanuel Macron, c'est le Premier ministre qui devrait l'annoncer, selon des sources gouvernementales. Le timing exact reste vague d'ici la date butoir du 31 janvier.

Selon Matignon, M. Philippe pourrait d'ailleurs continuer à consulter dans les prochains jours. "Il consultera autant que nécessaire", a-t-on indiqué.

Le gouvernement a par ailleurs qualifié de "fausse information" un article de franceinfo, citant un ministre anonyme, selon lequel l'exécutif envisagerait de dénoncer le contrat passé avec Vinci en raison de clauses trop favorables au groupe de BTP.

"Les commentaires relayés dans la presse sur une éventuelle résiliation et a fortiori une éventuelle indemnisation du concessionnaire ne traduisent aucunement une quelconque position de l’Etat", selon une source gouvernementale.

En cas d'abandon du projet, l'État devrait verser jusqu'à 350 millions d'euros d'indemnités, selon le rapport des médiateurs. Mais les anti-NDDL suggèrent une transaction avec Vinci, également exploitant de Nantes-Atlantique.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

Casino se reprend après avoir été malmené depuis la mi-journée, suite à des informations circulant dans la presse : Rallye, la maison mère du groupe aurait manipulé les comptes. C’est en…

Publié le 18/10/2018

L’Observatoire français des conjonctures économiques a réduit ses prévisions de croissance de 0,3 point pour 2018 et 2019 pour la France en raison des résultats décevants affichés au premier…

Publié le 18/10/2018

Par courrier reçu le 18 octobre 2018 par l'AMF, la société FIL Limited (Pembroke, Iles des Bermudes) a déclaré à l'Autorité française des marchés...

Publié le 18/10/2018

Casino remonte la pente après avoir décroché un peu plus tôt en séance suite à une information révélée par 'Challenges'...

Publié le 18/10/2018

Les valeurs bancaires sous-performent les marchés en Europe, plombées par les établissements espagnols qui décrochent fortement suite à une décision...