En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-0.26 %
4 881.5
-0.41 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-0.24 %
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 555.33
+0.11 %
6 743.81
-0.30 %
1.135
-0.13 %

Musée Pinault: la Mairie de Paris débourse 86 millions d'euros pour la Bourse de commerce

| AFP | 572 | Aucun vote sur cette news
Le bâtiment de la Bourse de commerce a été racheté à la Mairie de Paris pour 86 millions d'euros et doit accueillir le musée d'Art contemporain de François Pinault
Le bâtiment de la Bourse de commerce a été racheté à la Mairie de Paris pour 86 millions d'euros et doit accueillir le musée d'Art contemporain de François Pinault ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

La Mairie de Paris a déboursé 86 millions d'euros pour racheter la Bourse de commerce, qui avait été cédée à la CCI de la capitale et qui doit accueillir le musée d'Art contemporain de François Pinault, a-t-on appris mercredi auprès de la mairie, confirmant une information du Canard Enchaîné.

Dans son édition de mercredi, l'hebdomadaire satirique révèle que le lieu culturel qui accueillera la collection d'art du milliardaire François Pinault à l'automne 2018, deux ans avant les élections municipales, a "déjà coûté au moins 63 millions de trop à la Mairie de Paris".

Bâtiment historique en rotonde, la Bourse du Commerce, attribuée à la chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCI) en 1949, a été rachetée par la Mairie de Paris pour la somme totale de 86 millions d'euros.

Or, selon le Canard, la ville n'aurait dû s'acquitter que de "15 centimes d'euros" pour racheter l'immeuble: "le prix de la Bourse a été fixé, en fait... dès 1949. Alors propriétaire de cette merveille architecturale, la ville décide de la céder à la CCI. Le préfet de Paris en signe la vente pour un franc symbolique".

Mais, précise-t-il, "une condition particulière est ajoutée au contrat": "la transaction peut être annulée si l'immeuble ne sert plus à l'usage principal de services publics dépendant de la chambre de commerce".

Faux, rétorque sur ce point la mairie, en affirmant à l'AFP que le bail de 1949 interdisait à la CCI de vendre le bâtiment à des tiers mais que, dans le cas d'une revente à la ville de Paris, "la CCI était en droit de valoriser le bien".

"Il y a eu une négociation sur le prix. Mais il est donc faux de dire que Paris pouvait acheter au même prix que celui de 1949", se défendent les services de la maire PS de la capitale, Anne Hidalgo.

Par ailleurs, toujours selon la mairie, le montage a été "validé" par France Domaine ainsi que par le Conseil du patrimoine. "Le prix n'était pas anormal", dit-elle.

Autre point soulevé par le Canard, le montant de l'indemnisation versée à la CCI pour ses investissements dans l'immeuble: l'hebdomadaire évoque la somme de 23 millions d'euros. Or, selon lui, un audit de la préfecture d'Ile de France, évaluait ces investissements à 4.3 millions d’euros.

"Les 23 millions constituent une indemnité de reconstitution de service public, pas une indemnisation des investissements réalisés. Cela n'a rien d'inédit", argue la mairie.

Enfin, l'article du Canard rapporte que "la facture de 86 millions d'euros a été remboursée par la cession pour 86 millions d'euros de deux immeubles municipaux à la CCI".

L'information est confirmée par la mairie pour qui, "c'était un échange foncier, donc l'achat s'équilibre financièrement par les autres ventes".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...

Publié le 13/12/2018

Thales et Gemalto ont annoncé avoir obtenu l’Autorisation Règlementaire relative au contrôle des concentrations de la part de l’autorité de la concurrence (Commerce Commission) en…

Publié le 13/12/2018

Lumibird, spécialiste des technologies laser, a annoncé le succès de son augmentation de capital en numéraire avec maintien du droit préférentiel de souscription d’un montant de 7 828 812…

Publié le 13/12/2018

La livraison de ces navires devrait s'échelonner entre le premier et le troisième trimestre 2021.