En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 771.39 PTS
+1.76 %
4 769.5
+1.96 %
SBF 120 PTS
3 774.39
+1.76 %
DAX PTS
11 798.06
+1.2 %
Dow Jones PTS
25 638.99
+0.36 %
9 483.24
+0.44 %
1.105
+0.39 %

Municipales: Patriat (LREM) craint "une rupture d'égalité" entre candidats

| AFP | 350 | 3.20 par 5 internautes
François Patriat en avril 2019 à Matignon
François Patriat en avril 2019 à Matignon ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Le chef de file des sénateurs LREM François Patriat a dit samedi craindre "une rupture d'égalité" entre candidats lors du second tour des municipales prévu le 28 juin, du fait de la difficulté pour les non-sortants de faire campagne.

"Je comprends la décision du gouvernement qui est de vouloir solder l'épisode des municipales (...), j'entends bien aussi la volonté de pouvoir relancer les intercommunalités pour relancer l'économie", a déclaré M. Patriat sur Europe 1. "Mais malgré tout je m'interroge sur la sincérité de ce scrutin".

"On nous dit qu'on va pouvoir aller voter, mais je pense qu'il va y avoir une rupture d'égalité entre les candidats (...)", a-t-il poursuivi. "Rupture d'égalité" entre des candidats non sortants et des maires sortants "qui ont fait campagne avec des masques, avec des tests, dans les écoles, dans les cantines, dans les Ehpad (...) qu'on a vus à la télévision, dans la presse, et qui se trouvent de facto en position de force tout à fait déséquilibrée par rapport à leurs challengers", a développé le sénateur de la Côte-d'Or.

En outre, s'il y avait une "reprise" de l'épidémie, "la responsabilité reviendrait intégralement sur le chef de l'Etat, ce que je ne souhaite pas", a encore argumenté François Patriat, rappelant qu'il était lui-même partisan de "repousser les élections, de refaire deux tours", au moins pour les grandes agglomérations.

"Le groupe LREM au Sénat est loyal, solidaire du gouvernement", a-t-il toutefois assuré, excluant de s'opposer à une décision "prise collégialement par le Premier ministre en accord avec le gouvernement".

Le président (LREM) de l'Assemblée nationale Richard Ferrand avait lui-même estimé mardi qu'il n'était pas "raisonnable" d'envisager un second tour des élections municipales dès la fin juin, "alors même que les campagnes ne peuvent pas se dérouler puisqu'on ne peut pas réunir plus de dix personnes".

Sur la même longueur d'onde, le chef de file centriste de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a souligné sur France Info qu'il y a des communes "où cela va se jouer à quelques voix. Et on l'a vu au mois de mars, une partie de l'électorat ne va pas voter par peur, une autre par manque d'information. Donc on va fausser le résultat".

"Sans campagne électorale pas de choix éclairé. Avec le coronavirus une participation trop faible pour garantir la sincérité du scrutin", a-t-il encore jugé.

"En République, la démocratie ne se limite pas aux seuls jours de scrutin. Si on nous dit qu'il ne peut pas y avoir de campagne avant d'aller aux urnes, alors le vote ne doit pas avoir lieu. Sinon, c'est une démocratie de basse intensité qui se met en place", a pour sa part estimé le député de La France insoumise Alexis Corbière sur BFMTV.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 3.20
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mai 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/05/2020

(Zonebourse.com) Nous soldons le turbo call infini Vontobel OD45V portant sur la parité EUR/USD à 9.1 EUR. Ce produit dérivé a été conseillé…

Publié le 28/05/2020

8h45 en FranceConsommation des ménages en avrilInflation en maiPIB (définitif) du premier trimestre11h00 en zone euroInflation en mai (première estimation)14h30 aux Etats-UnisRevenu et consommation…

Publié le 28/05/2020

Avec la transformation inéluctable du commerce physique

Publié le 28/05/2020

Moody’s a dégradé jeudi la note de crédit de long terme de Renault de « Ba1 » à « Ba2 ». Le groupe au losange s’enfonce donc encore un peu plus dans la catégorie spéculative. La…

Publié le 28/05/2020

Amundi a obtenu le flatteur statut de 'Super Management Company' en Irlande...