En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 947.72 PTS
+0.37 %
5 942.50
+0.34 %
SBF 120 PTS
4 691.92
+0.37 %
DAX PTS
13 345.53
+0.16 %
Dow Jones PTS
28 722.85
+0.66 %
9 090.93
+0. %
1.100
-0.2 %

Municipales à Paris: avec Hidalgo, 10 candidats pour un jeu d'alliances incertain

| AFP | 290 | 1 par 1 internautes
La maire PS de Paris Anne Hidalgo lors du lancement de sa campagne de réélection, le 13 janvier 2020
La maire PS de Paris Anne Hidalgo lors du lancement de sa campagne de réélection, le 13 janvier 2020 ( Alain JOCARD / AFP )

L'annonce de candidature d'Anne Hidalgo achève de lancer la bataille de Paris, rendue d'autant plus incertaine en raison d'alliances possibles au "troisième tour" que certains candidats discutent en catimini entre deux déplacements de terrain.

"Cette campagne va se faire beaucoup sur les propositions", assure Jean-Louis Missika, président de "Paris en Commun", plateforme de soutiens à Anne Hidalgo, composée des socialistes, communistes, élus Générations, anciens écologistes et personnalités de la société civile.

Qui peut gagner ? Dans un dernier sondage publié par Ifop courant décembre, Anne Hidalgo devance, avec 22,5% des intentions de vote, le candidat LREM Benjamin Griveaux (17%), la LR Rachida Dati (17%), le dissident LREM Cédric Villani (14%) et l'écologiste David Belliard (12,5%).

Entrée en dernier dans la campagne samedi, l'ancienne inspectrice du Travail entend conserver son avantage avec un menu chargé: logement le mercredi, santé le jeudi, et des déplacements tous les jours avant la présentation officielle du programme le 6 février, avec un meeting.

"Est-ce qu'on en a encore sous la pédale ? La réponse est oui !", s'enthousiasme son directeur de campagne et tête de liste dans le XIIe arrondissement, Emmanuel Grégoire, auprès de la presse, qui assure que les trois prochaines semaines seront rythmées par des "annonces fortes". Mais "pour l'effet +blast+, il faut attendre un peu", assure à l'AFP un proche de la maire PS sortante.

En face, c'est le règne de "la confusion et la multiplicité des candidatures", tacle M. Missika, effaré qu'"aujourd'hui, on ne sache pas qui est le principal adversaire d'Anne Hidalgo".

"Panier percé"

Le candidat investi par LREM pour la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, le 2 octobre 2019 sur le parvis du Trocadéro à Paris
Le candidat investi par LREM pour la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, le 2 octobre 2019 sur le parvis du Trocadéro à Paris ( JOEL SAGET / AFP )

Depuis huit mois, et les premières tractations, dix candidats (en comptant la maire actuelle) sont sur la ligne de départ.

"La réalité est simple: si nous continuons chacun dans notre couloir, aucune de nos propositions ne sera mise en œuvre puisque la réélection de la maire sortante sera acquise", a écrit mardi Pierre-Yves Bournazel (Agir, centre droit) au candidat officiel LREM Benjamin Griveaux, et le dissident Cédric Villani qui refuse toujours de rencontrer son rival.

La main tendue, en décembre, de David Belliard (EELV) à Cédric Villani pour la création d'une "coalition pour le climat" n'a pas trouvé davantage d'écho, et suscite toujours incompréhension chez les militants écologistes et partenaires de gauche.

Restent les élus MoDem, qui après avoir décliné la proposition de rejoindre le camp d'Anne Hidalgo, doivent encore choisir entre Cédric Villani et Benjamin Griveaux d'ici fin janvier.

Cette élection "n'est pas comme d'habitude et comporte beaucoup plus d'inconnues", juge auprès de l'AFP l'élue de Génération.s dans le XIXe arrondissement, Léa Filoche, qui s'interroge sur les conséquences dans la campagne d'"alliances entre adversaires ou d'adversaires (avec des alliés)".

Convaincus qu'aucune de ces personnalités n'obtiendra de majorité absolue au troisième tour le 28 mars, lors du vote des conseillers de Paris pour le maire de Paris, certains veulent croire en leur chance dans un quatrième tour et s'avancent en rassembleur, à l'instar de l'ex-communicant de François Hollande, Gaspard Gantzer (candidat de "Parisiennes, Parisiens"), et de Pierre-Yves Bournazel.

Des ambitions également prêtées à Emmanuel Grégoire qui a, lui, catégoriquement nié faire partie des prétendants et dénonçant des "rumeurs mal intentionnées" auprès de l'AFP.

"C'est surréaliste !", s'énerve un proche de Macron, dénonçant une manœuvre "totalement antidémocratique". "On ne peut pas élire un maire qui ne s'est pas présenté devant les électeurs."

"C'est totalement absurde !", abonde Jean-Louis Missika, rappelant que "le mode de scrutin à la proportionnelle avec une prime majoritaire" rend impossible le cas où "le Conseil de Paris est ingouvernable" et où il faut un nouveau round de votes, pour obtenir "un maire de Paris qui sort d'une pochette surprise et pas des urnes".

Les rumeurs ont le vent en poupe, et ce dans tous les camps. "Les paniers sont percés chez les autres", ironisait lundi M. Grégoire devant une presse, médusée. Selon lui, "chez Benjamin Griveaux, on nous donne beaucoup d'informations sur Cédric Villani; et chez Cédric Villani, on nous donne beaucoup d'informations sur Benjamin Griveaux".

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/01/2020

Le groupement composé d’Icade Promotion et du Groupe DUVAL a été désigné lauréat de l’appel à opérateurs pour l’aménagement du secteur Courbet-Cerdan-République situé au centre-ville…

Publié le 29/01/2020

A compter du 28 Janvier, Denis Le Vot est nommé directeur régions, commerce et marketing pour le groupe Renault et membre du Comité Exécutif groupe (CEG). Il sera rattaché à Clotilde Delbos,…

Publié le 29/01/2020

Santander (+3,75% à 3,684 euros) a pris la tête de l’indice espagnol Ibex grâce à des résultats meilleurs que prévu, mais surtout à un ratio de solvabilité plus solide qu’anticipé. En…

Publié le 29/01/2020

La publication des ventes annuelles de LVMH semble plonger les investisseurs dans l'expectative. En repli de près de 2% en début de séance, le titre a en effet rapidement rebondi de plus de 2%.…

Publié le 29/01/2020

Les jours d'Isabelle Kocher à la tête d'Engie semblent bel et bien comptés...