En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 825.22 PTS
-0.59 %
4 819.0
-0.56 %
SBF 120 PTS
3 836.04
-0.56 %
DAX PTS
10 820.85
-0.41 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
+0.00 %
1.134
+0.30 %

"Gilets jaunes": Marine Le Pen "craint" que les annonces du gouvernement "ne calment pas la colère"

| AFP | 1186 | 4.75 par 4 internautes
La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, à Sofia en Bulgarie le 16 novembre 2018
La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, à Sofia en Bulgarie le 16 novembre 2018 ( NIKOLAY DOYCHINOV / AFP/Archives )

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, important soutien des "gilets jaunes", a dit mardi "craindre" que les annonces du gouvernement pour apaiser ce mouvement "ne calme(nt) pas la colère" et dénoncé des mesures "électoralistes" à six mois des élections européennes.

"Je crains que cela ne calme pas la colère (…) et croyez-moi je ne m'en réjouis pas (…). Personne ne peut se réjouir de ce chaos mais on est obligé de constater qu'il est de la responsabilité du gouvernement", a déclaré la dirigeante du RN dans les couloirs de l'Assemblée nationale, après plusieurs mobilisations des "gilets jaunes" marquées par des violences.

Elle a estimé que les "gilets jaunes" était "un mouvement spontané, populaire (…) qui ne peut pas être encadré par des syndicats et partis politiques. Individuellement, chaque Français qui souffre va analyser les propositions du gouvernement et va voir si elles correspondent à ses attentes".

"Évidemment je n'aurai aucune influence sur cette mobilisation, son importance et sa régularité", a assuré la finaliste de la présidentielle en 2017.

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé dans la journée la suspension de plusieurs mesures fiscales pour "ramener l'apaisement", dont un moratoire de 6 mois sur la hausse des taxes des carburants et sur le durcissement du contrôle technique automobile, ainsi qu'un gel des prix du gaz et de l'électricité, mais sans convaincre ni l'opposition ni les protestataires.

Mme Le Pen a vu dans ces mesures "une forme, toujours, d'intransigeance, le sentiment qu'ils (l'exécutif, ndlr) ont raison envers et contre tout le monde, et en plus cette petite pincée d'électoralisme", du fait que dans six mois auront lieu les élections européennes.

"Ce n'est pas un recul, c'est une apparence de recul. (…) Est-ce qu'on en est encore dans la manœuvre, dans les faux semblants, dans la manipulation politicienne?", a-t-elle demandé.

"Un moratoire n'est qu'un report. Ça n'est évidemment pas à la hauteur des attentes et de la précarité dans laquelle se débattent les Français", avait réagi, avant ces annonces, la présidente du RN, dont l'électorat soutient fortement le mouvement selon plusieurs études.

"Si ça se limite à cela, (c'est) trop tard, trop peu. Ça ne répond pas au problème de fond: pouvoir d'achat, crise de la représentativité, fracture territoriale. Ce sera ressenti comme du mépris encore... et la preuve que le déni continue", avait-elle précisé auprès de l'AFP.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 4.75
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                             Paris, le 17 Décembre…

Publié le 17/12/2018

Ingenico (-6,45% à 53,68 euros) affiche l’une des plus fortes baisses de l’indice SBF 120, le spécialiste des transactions sécurisées ayant fermé la porte à un rapprochement avec les…

Publié le 17/12/2018

Boeing a livré ce week-end à la compagnie Air China un appareil 737 MAX. L’assemblage de l’appareil a été finalisé sur le site de Zhoushan, situé dans l’est de la Chine. Une première.…

Publié le 17/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir stoppé son rebond technique aux environs du niveau de résistance majeur des 37.54 euros. Du côté des indicateurs techniques, le…

Publié le 17/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France. Pour les salariés ayant un salaire annuel brut inférieur à 25 000 euros,…