En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Moralisation: les Insoumis veulent réorienter le débat vers "le rôle corrupteur de l'argent"

| AFP | 253 | Aucun vote sur cette news
Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise, le 27 juin 2017 à l'Assemblée nationale
Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise, le 27 juin 2017 à l'Assemblée nationale ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )

En finir avec le "pantouflage", limiter les écarts de salaires de 1 à 20 ou "aller chercher l'argent des exilés fiscaux": les Insoumis entendent réorienter les débats à l'Assemblée sur les projets de loi de moralisation pour cibler la "finance reine".

"Bien sûr, tout ce qui concourra à exercer les contrôles indispensables pour que le statut de l'élu ne donne pas lieu à de la prévarication ou à quelque autre forme de turpitude sera le bienvenu", a déclaré mardi le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon lors d'un point de presse.

Mais, a-t-il aussitôt ajouté, "nous ne nous laisserons pas attraper" dans un débat consistant à "nous auto-flageller", car "les problèmes de la démocratie en France ne sont pas causés par le mauvais fonctionnement de ceux qui sont élus", mais "par le rôle corrupteur de l'argent, la toute-puissance de la finance".

"Puisque l'occasion nous est donnée, nous allons donc intervenir très fort dans cette direction", a dit ce député des Bouches-du-Rhône, soulignant "la difficulté de changer l'axe d'un débat en plein été sans appui populaire".

Observant que le projet avait été amené "sur les genoux de M. Macron" à "un moment de grand trouble en raison des costumes de M. Fillon et des emplois de sa famille", cet ancien candidat à la présidentielle a estimé qu'il tombait désormais "en pleine crise d'autoritarisme" du chef de l'Etat "qui veut réduire le nombre de parlementaires, d'élus locaux", "une ambiance où on dirait que les élus sont coupables de tous les maux de la terre".

"L'objectif, c'est de cibler cette finance reine, cette finance qui, à coût de millions, (..) détruit la confiance dans notre pays", a affirmé à ses côtés Bastien Lachaud.

Ce député de Seine-Saint-Denis a détaillé les mesures que défendront les Insoumis: "en finir avec le pantouflage" (passage d'un fonctionnaire dans le privé), contraindre "les membres des conseils d'administration des sociétés commerciales à présenter un casier judiciaire vierge", "limiter les écarts de salaires de 1 à 20", "aller chercher l'argent des exilés fiscaux" ou "renforcer la liberté de la presse" en luttant contre la concentration des médias.

Pour restaurer la confiance, il a aussi mis en avant le renforcement du rôle des citoyens avec notamment des élus "révocables" et davantage de référendums d'initiative populaire.

Les deux textes du gouvernement (ordinaire et organique), votés jeudi au Sénat, seront examinés par les députés à partir de mercredi en commission et du 24 juillet dans l'hémicycle.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…