5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Moralisation: 4 députés REM s'engagent à publier leurs rendez-vous avec des lobbies

| AFP | 169 | Aucun vote sur cette news
La députée La République en marche (REM) Aurore Bergé, le 19 juin 2017 à son arrivée à l'Assemblée nationale à Paris
La députée La République en marche (REM) Aurore Bergé, le 19 juin 2017 à son arrivée à l'Assemblée nationale à Paris ( Thomas Samson / AFP/Archives )

Quatre députés de la République en marche (REM), dont Matthieu Orphelin et Aurore Bergé, décidés à "aller plus loin" que les projets de loi de moralisation, s'engagent à publier la liste des rencontres avec les lobbies pour "éloigner tout soupçon de conflit d'intérêts", dans un communiqué diffusé mardi.

"Afin d'afficher la plus grande transparence et d'éloigner tout soupçon de conflit d'intérêts", les députés, qui comptent aussi Bérangère Abba et Sylvain Maillard, prennent "l'engagement de rendre publique la liste des rencontres (...) avec des lobbies et groupes d'intérêts, dans une logique d'+agenda ouvert+".

"De telles réunions de travail sont utiles pour notre vie démocratique et pour que la loi soit la mieux connectée possible aux réalités, mais elles n'ont pas à être tenues secrètes. Cette transparence de l'agenda est simple à mettre en œuvre et permettra d'ailleurs aux citoyen-nes de mieux connaître la réalité du travail parlementaire", plaident-ils.

Disant avoir été auparavant "des citoyens engagés et attentifs", ces quatre élus REM affirment avoir "vu des comportements, des pratiques qui appartiennent à un monde dont nous devons définitivement tourner la page".

Ces élus répondent à ceux qui "feront le procès d'une trop grande exemplarité qui virerait au voyeurisme ou au tribunal populaire" que "le statu quo serait pire". "D'autres diront que nous jetons l'opprobre sur l'ensemble des élus. Nous leur disons que justement nous savons faire la différence et que pour celles et ceux qui seraient tentés par des pratiques tolérées autrefois, il y aura des garde-fous", ajoutent-ils.

Au nom de la transparence sur l'utilisation de l'argent public, ces quatre "marcheurs" vantent aussi l'interdiction des emplois familiaux comme "une règle éthique et de bon sens, en application depuis 2009 au Parlement européen, mais aussi en Allemagne ou en Italie".

Sur la justification des dépenses liées à l'indemnité représentative de frais de mandat, ils lancent aux "parlementaires qui seraient tentés de s'y opposer" qu'ils "oublient un peu vite que c'est déjà la règle partout ailleurs: dans les collectivités, les entreprises, les associations!".

Et malgré "l'utilité que peuvent revêtir les montants attribués via la réserve parlementaire pour le soutien aux associations et aux collectivités, son attribution par le parlementaire seul et de manière discrétionnaire ne saurait se poursuivre", affirment encore ces députés.

Enfin, dans une Assemblée où "l'irruption de la société civile est une bonne chose", ces REM défendent l'interdiction des activités de conseil, "pour se prémunir de la suspicion généralisée sur d'éventuels conflits d'intérêts".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS