En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 843.49 PTS
-1.09 %
4 842.0
-0.96 %
SBF 120 PTS
3 853.50
-1.00 %
DAX PTS
10 850.94
-0.68 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.00 %
1.129
-0.62 %

Modernisation de la justice: coup d'envoi des débats à l'Assemblée

| AFP | 197 | Aucun vote sur cette news
La garde des Sceaux Nicole Belloubet à l'Assemblée nationale, le 24 octobre 2018
La garde des Sceaux Nicole Belloubet à l'Assemblée nationale, le 24 octobre 2018 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Tribunaux engorgés, prisons surpeuplées: l'Assemblée nationale a entamé lundi l'examen de la réforme de la justice qui entend adapter l'institution au XXIe siècle mais suscite les critiques des magistrats, des avocats et des oppositions.

"Mon ambition est simple: je souhaite que les Français se sentent protégés, écoutés, pris en considération par l'ensemble de notre système judiciaire", a expliqué la garde des Sceaux Nicole Belloubet en donnant le coup d'envoi des débats, prévus pour durer toute la semaine, avec une soixantaine d'articles et plus de 1.500 amendements au menu.

La ministre a expliqué avoir voulu construire une réforme "globale et concrète" en s'appuyant "sur des propositions de terrain" et pas sur des "considérations exclusivement idéologiques".

La justice doit bénéficier "des moyens nécessaires, pour rattraper un retard évident", a-t-elle dit.

Le premier article du texte fixe l'évolution du budget de la justice sur les cinq ans du quinquennat dans le cadre d'une loi de programmation: De 2017 à 2022, il aura progressé de 6,7 à 8,3 milliards, soit 24% d'augmentation.

Ces moyens supplémentaires permettront la création de plus de 6.500 emplois (1.100 en 2018), la livraison de 7.000 nouvelles places de prison, le lancement de 8.000 autres et la création de 20 centres éducatifs fermés pour mineurs.

La réforme elle-même s'articule autour de différents axes: notamment simplifier les procédures civiles comme celle du divorce et rendre la procédure pénale plus efficace en donnant de nouveaux outils aux enquêteurs et en protégeant mieux les victimes.

Il s'agit aussi de revoir l'organisation judiciaire avec la fusion des tribunaux d'instance et de grande instance et la numérisation des procédures, diversifier la prise en charge des mineurs délinquants et enfin alléger la charge des juridictions administratives.

Parmi les autres mesures phares figurent la création d'un parquet national antiterroriste et d'un nouveau tribunal criminel.

- "justice clochardisée" -

Les élus LREM ont indiqué lundi ne pas exclure d'autres évolutions du projet de loi dans l'hémicycle sur les conditions de détention ou les amendes forfaitaires.

Mais le texte reste mal accepté par les magistrats et avocats qui critiquent un projet "purement gestionnaire" et prônent une justice plus "humaine et accessible".

Certains redoutent des fermetures de sites, d'autres mettent en balance la dématérialisation des procédures et les risques de fracture numérique, d'autres encore dénoncent un recul de la présence et du contrôle des juges. Le conseil national des Barreaux (CNB) a appelé lundi à une journée "justice morte" le 22 novembre.

L'association Observatoire international des prisons (OIP) a quant à elle demandé aux députés à modifier en profondeur le texte "afin qu'il soit à la hauteur de la crise pénale et pénitentiaire actuelle".

Au 1er octobre, on dénombrait 70.714 détenus avec une densité carcérale de 118% (1.353 détenus dormant sur un matelas posé à même le sol).

Les oppositions ont également critiqué le projet de loi. Plusieurs groupes (LR, PCF, PS) ont déposé des motions de rejet préalable du texte ou de renvoi en commission qui ont été rejetées.

"On ne peut que partager votre constat sur une justice malade, sinistrée, clochardisée mais je doute que votre réforme soit de nature à améliorer la situation", a lancé Philippe Gosselin (LR).

Nicole Belloubet devant la prison des Baumettes à Marseille, le 26 octobre 2018
Nicole Belloubet devant la prison des Baumettes à Marseille, le 26 octobre 2018 ( Christophe SIMON / AFP )

"Avoir ramené la promesse d'Emmanuel Macron de construire 15.000 places de prison à 7.000 places relève de l'escroquerie. Il en faudrait 11.000 pour seulement garder la tête hors de l'eau", a-t-il dit.

"Votre texte manque totalement d'ambition", a approuvé l'insoumis Alexis Corbière, mais en appelant lui à "sortir du tout carcéral".

"Votre projet nous propose une justice désincarnée, déterritorialisée et virtualisée", a dénoncé de son côté le communiste Sébastien Jumel qui redoute des fermetures de sites.

"Faute de volonté politique de doter la justice de moyens suffisants", vous multipliez "les occasions de s'en passer", a-t-il ajouté.

"Ce projet présente des risques significatifs concernant la qualité de la justice et l'égalité des droits", a jugé pour sa part la socialiste Marietta Karamanli.

"Nous maintiendrons les hommes, les lieux et les compétences", a promis Mme Belloubet assurant ne pas méconnaître non plus la question de la fracture numérique: "Pour nous, le numérique ne vient pas se substituer mais s'ajouter à l'accueil physique", a-t-elle dit.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Les marchés actions se replient nettement en raison de craintes sur la croissance mondiale. En Chine, la croissance de la consommation en novembre est au plus bas depuis 15 ans à +8,1% et la…

Publié le 14/12/2018

Rothschild & Co remplacera Solocal Group au sein de l’indice SBF 120 à partir du 24 décembre 2018, a annoncé Euronext.source : AOF

Publié le 14/12/2018

La situation demeure toujours délicate pour Ford Motor en Chine. Le constructeur automobile américain vient d'y constater un recul de ses ventes de 55% à 52 434 véhicules pour le mois de novembre…

Publié le 14/12/2018

Le titre casse un large canal baissier en place depuis mai dernier. Du côté des indicateurs techniques, les cours évoluent au-dessus de leurs moyennes mobiles à 20 et 50 séances tandis que le RSI…

Publié le 14/12/2018

LVMH a frappé un grand coup. Le groupe français a conclu un accord pour acquérir la chaîne d'hôtels haut de gamme Belmond. La transaction valorise les fonds propres de Belmond 2,6 milliards de…