En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 847.53 PTS
-0.42 %
4 816.00
-1.00 %
SBF 120 PTS
3 868.16
-0.38 %
DAX PTS
11 090.11
-0.41 %
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
-2.03 %
1.136
-0.07 %

Migrants: Collomb monte au créneau pour défendre la ligne gouvernementale

| AFP | 330 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lors d'une conférence de presse à Tirana, en Albanie, le 15 décembre 2017
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lors d'une conférence de presse à Tirana, en Albanie, le 15 décembre 2017 ( Gent SHKULLAKU / AFP/Archives )

Gérard Collomb a défendu bec et ongles la ligne gouvernementale sur l'immigration mardi, allant lui-même accueillir des réfugiés pour illustrer l'aspect humaniste d'une politique questionnée jusque dans les rangs de la majorité pour son durcissement vis-à-vis des sans-papiers.

Tôt mardi matin, le ministre de l'Intérieur s'est rendu au siège parisien de l'association France Horizon, pour accueillir en personne 25 réfugiés (érythréens, éthiopiens et soudanais) récemment exfiltrés de Libye.

"Comme vous le savez, la France a une tradition d'accueil des réfugiés", a-t-il lancé au dessus des croissants du petit-déjeuner à ces rescapés, premiers à bénéficier du programme de "réinstallation" de 3.000 personnes depuis l'Afrique lancé par Emmanuel Macron.

Avec ce déplacement non prévu à son agenda, le ministre de l'Intérieur venait défendre le volet "accueil" de sa politique d'immigration, éclipsé ces derniers jours par la polémique croissante autour du projet de recensement des migrants dans l'hébergement d'urgence.

"Non, la politique de la France n'est pas indigne", a-t-il lancé au Sénat lors des questions au gouvernement, alors que les défenseurs des étrangers dénoncent un contexte général de durcissement policier. Mais "autant nous devons accueillir celles et ceux qui sont victimes de la guerre, autant nous ne pouvons pas accueillir l'ensemble des migrants économiques", a-t-il ajouté.

Des réfugiés soudanais arrivent à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 18 décembre 2017, près de Paris
Des réfugiés soudanais arrivent à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 18 décembre 2017, près de Paris ( Jacques Demarthon / AFP )

Le Premier ministre Edouard Philippe a lui aussi défendu ce recensement, assurant que son "seul objet" est de "traiter en priorité ceux qui ont vocation" à obtenir le statut de réfugié.

Malgré ces interventions répétées, la polémique s'est poursuivie mardi sur le projet consistant à envoyer des "équipes mobiles" dans les centres pour recenser les personnes hébergées et les réorienter en fonction de leur situation (réfugiés, déboutés...)

L'idée avouée, du côté de l'Etat, est de rendre de la fluidité au dispositif saturé. "On ne demande pas aux associations de collaborer" et elles "ne fourniront pas de listes" non plus, a assuré M. Collomb, en rappelant que l'Etat "verse 2,1 milliards d'euros" pour cet hébergement d'urgence et que "le moins qu'on puisse dire au contribuable est à quoi sert son argent".

- 'Manque d'humanité' -

Mais il a aussi souligné que "les déboutés auront le sort des déboutés, c'est-à-dire qu'à un moment donné ils seront éloignés" du territoire français. C'est l'une des craintes des associations qui, refusant de devenir des "annexes des préfectures" ont saisi lundi le Défenseur des droits.

Celui-ci a estimé mardi que "les dispositions sur le tri des migrants doivent être retirées, elles ne sont pas légales". La circulaire "n'est que la signature d'une politique à l'égard des étrangers qui manque d'humanité", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre Edouard Philippe, lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée, le 19 décembre 2017
Le Premier ministre Edouard Philippe, lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée, le 19 décembre 2017 ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

Si le ministre de l'Intérieur juge qu'il n'y a dans ce texte "rien de choquant", le chef de file des députés PS, Olivier Faure, a estimé que le gouvernement "remet en cause un droit fondamental".

Et le débat s'est élargi mardi aux députés LREM, dont certains ont exprimé leurs inquiétudes sur la situation des migrants lors d'une réunion à huis clos.

Selon des propos rapportés, le député de Ouistreham (Calvados), Christophe Blanchet, a dépeint la situation dans sa circonscription avec des enfants installés "à même le sol", tandis que Joël Giraud (Hautes-Alpes) évoquait le cas de migrants traversant la frontière et se retrouvant parfois avec "les extrémités gelées".

Face à ces inquiétudes, le chef de file du groupe LREM Richard Ferrand a appelé à ne pas "tomber dans le piège" de la polémique, où un point en apparence technique (l'examen de la situation administrative en hébergement d'urgence) en viendrait à phagocyter le débat.

Car derrière le recensement, c'est aussi le rapport de force autour de la loi "asile et immigration" qui se joue, alors que les derniers arbitrages sont en train d'être tranchés. Les critiques les plus virulentes portent sur l'allongement à 90 jours de la durée maximale de rétention et surtout sur la notion de "pays tiers sûr" (où un migrant pourrait être renvoyé), dans ce texte qui devait être envoyé au Conseil d'Etat "vers le 15 janvier" selon M. Collomb.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 Janvier 2019, 19h00   Cession à Azerion des dernières activités historiques de régie en Belgique, au Portugal et d'une participation en…

Publié le 22/01/2019

WISeKey et le Blockchain Research Institute signent un accord pour créer des Centres d'excellence de la Blockchain interconnectés à travers le monde L'accord a…

Publié le 22/01/2019

Article L.233-8 II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers     Dénomination sociale de l'émetteur…

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 janvier 2019 - L'Assemblée générale mixte de Sodexo s'est tenue le 22 janvier 2019 à la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt, sous la présidence de Sophie…